Menu

Agnès Raharolahy : « Belgrade est une étape importante »

Agnès Raharolahy n’en finit plus de progresser. Déjà auréolée d’un titre de double Championne d’Europe avec le relais 4x400m, l’athlète du Nantes Métropole Athlétisme va honorer vendredi (9h45) sa première sélection individuelle sur 400m. A deux jours des Championnats d’Europe en salle, elle fait un point sur son état d’esprit. Ultra motivée, sereine, son mental sera sans aucun doute une force. 

Agnès Raharolahy a passé un cap important cet hiver. En descendant pour la première fois de sa carrière sous les 53″ en salle (52″97) aux France Elite à Bordeaux, elle décroche son billet pour sa première sélection individuelle dans un grand championnat. La Nantaise aurait préféré être sacrée sans les défections de ses deux camarades placées devant elle au bilan national, mais la protégée d’Emmannuel Huruguen ne fait pas la fine bouche : « Je suis très contente de ce premier titre mais j’avoue qu’il est différent à savourer des titres que j’ai gagnés chez les jeunes parce que je sais que les deux meilleures performeuses françaises de la saison n’étaient pas là. » Elle est comme ça Agnès Raharolahy. Pas prétentieuse pour un sou, mais déterminée. 

Et pas question de vivre cette première sélection comme une simple récompense, même si elle est justifiée au regard de ses performances depuis trois ans avec le relais 4x400m : « Cette sélection n’est pas du tout anecdotique. Belgrade est une étape importante. J’ai déjà l’expérience des grands championnats grâce au relais, mais l’appréhension de la compétition quand on sait qu’on est seule dans ses blocks est différente. » .

.

Des progrès cet hiver

Régulière tout au long de la saison hivernale, la championne de France espoirs 2014 va devoir franchir un nouveau cap en Serbie pour continuer à progresser. Cependant, la spécialiste du 400m pourra s’appuyer sur ses expériences des championnats d’Europe et des Jeux olympiques l’an dernier, deux compétitions où elle a beaucoup appris : « Je ne sais pas si c’est la meilleure saison de ma carrière mais en tout cas, je crois que c’est la première saison depuis que je suis en capacité de faire des sélections chez les grands où je n’ai pas eu de pépins physiques ». Par ailleurs, la Ligérienne qui s’entraîne quotidiennement à Nantes n’est pas surprise de cette première cape chez les A : «  Mes conditions d’entraînement sont idéales. J’habite tout près du Stadium qui pour la saison hivernale est vraiment un atout. J’ai un entraîneur à l’écoute qui me connaît très bien et un groupe d’entraînement au top ».

.

Expérience et plaisir en individuel

Habituée à porter le maillot tricolore en catégories jeunes et avec le relais (9 sélections en A), l’athlète de 24 ans arrive en Serbie sans pression et cherchera surtout à gagner en expérience en essayant de se faire plaisir. En effet, même s’il s’agira de sa première sélection à ce niveau, la Nantaise souhaite désormais s’illustrer aussi en individuel et possède des atouts pour se hisser au niveau des meilleures. Agnès Raharolahy aborde ces championnats d’Europe avec autant d’ambition que d’humilité. En s’appliquant techniquement, elle est capable d’améliorer rapidement son record personnel : « Je ne me suis pas fixée d’objectif particulier. Je veux surtout montrer que j’ai compris comment on court un 400m et que je suis capable de me faire confiance. Ainsi je pense qu’avec ces éléments le chrono viendra de lui même ». 

.

Objectif podium avec le relais

Tenante du titre européen en salle sur 4x400m il y a deux ans à Prague, Agnès Raharolahy est certaine que le relais offre les garanties les plus sérieuses. Elle fait partie d’un collectif qui a progressé en maturité et où toutes ses coéquipières ont battu leur record personnel en salle cet hiver (Floria Gueï, Déborah Sananes, Estelle Perrossier et Louise-Anne Bertheau) : « L’objectif du relais est bien sûr de conserver le titre. Néanmoins, je pense qu’on a toutes nos chances. Il y a de très belles équipes en face de nous mais cette année, comparé à Prague il y a deux ans, on a une équipe plus homogène ». Un discours combatif, que ses coéquipières tenteront aussi d’appliquer sur la piste. 

Agnès Raharolahy a encore tout l’avenir devant elle mais veut désormais passer à la vitesse supérieure : « La saison hivernale ne change rien à mes plans pour cet été. L’objectif reste le même, la qualification individuelle. La grande compétition demande un chrono. Les deux sont liés. Si je suis la logique de mon objectif qui est la qualification individuelle alors oui je peux dire que je vise les minimas pour les Championnats du Monde en août ».

Rendez-vous à partir de vendredi 9h45 sur Eurosport pour suivre Agnès Raharolahy et les séries du 400m féminin.

 

Inscrivez-vous à notre newsletter