Menu

Championnats d’Europe en salle : Combien de médailles pour les Bleus ?

La Fédération Française d’Athlétisme a dévoilé mardi une liste de 47 sélectionnés pour les Championnats d’Europe en salle à Glasgow (1er au 3 mars). Tour d’horizon des meilleures chances tricolores pour ce rendez-vous continental indoor.

Si Kevin Mayer fait l’impasse sur l’Euro et ne briguera pas une deuxième couronne continentale à l’heptathlon, si Mahiedine Mekhissi ne visera pas un septième sacre européen pour cause de petite forme, si Floria Gueï a mis sa carrière entre parenthèse le temps d’avoir son premier enfant, l’équipe de France a toujours fière allure. Autour d’un trio majeur composé de Pascal Martinot-Lagarde, Solène Ndama et Rénelle Lamote. Combien de médailles pour la France en Ecosse ? Nous avons passé au crible les principales chances de podiums de la délégation tricolore.

.
Les hurdleurs et le rêve du double triplé

Le 60 m haies est devenu le principal pourvoyeur de médailles pour la délégation française. Récompensé lors des trois éditions précédentes (3e en 2013 à Göteborg, 1er en 2015 à Prague et 2e en 2017 à Belgrade), Pascal Martinot-Lagarde peut en témoigner largement. C’est simple, lors des trois dernières éditions, 5 des 9 médailles mises en jeu sont revenues aux Bleus. Or, argent, bronze : il y a quatre ans à Prague, les Français avaient réussi un retentissant triplé. Et comme deux des trois médaillés, PML et Wilhem Belocian, sont encore de la partie à Glasgow, en plus d’Aurel Manga, troisième des Mondiaux de Birmingham l’hiver dernier, les hurdlers sont particulièrement attendus. Si sur le papier, l’Espagnol Orlando Ortega sera dur à déloger du podium, la tentation est grande de rêver à un exploit réédité. C’est ambitieux mais pas irréaliste.

.
Les sauteurs attendus

Discipline de tradition en France, le saut à la perche peut encore sourire au clan tricolore. En l’absence de Renaud Lavillenie, blessé à une cuisse, Axel Chapelle et Alioune Sene sont des candidats à ne pas écarter dans la course aux médailles. Le podium de la perche semble être compliqué à atteindre pour Ninon Guillon-Romarin (4,63 m) avec la présence de trois filles à plus de 4,80 m. Elle devra déjouer les pronostics et a pour objectif d’améliorer ou de se rapprocher de son record de France perché à 4,75 m de haut.

Dans le bac à sable, Yoann Rapinier arrive en Ecosse avec la deuxième meilleure performance des engagés au triple saut et ne peut donc pas cacher une certaine ambition. Actuellement quatrième au bilan européen avec 14,39 m, Rouguy Diallo a le podium en ligne de mire. Même classement continental pour le sociétaire du Nantes Métropole Athlétisme Jean-Pierre Bertrand (8,04 m) en longueur qui fait partie des espoirs français côté concours. Longtemps blessée, la sauteuse en longueur Eloyse Lesueur-Aymonin est bien décidée à reprendre sa marche victorieuse. 

.
Le sprint et le demi-fond en force

Le sprint français a des atouts. Auteure de son record personnel en séries du 60 m à Paris fin janvier, Orlann Ombissa-Dzangue avait ensuite tiré un trait sur les Championnats de France à Miramas (16-17 février) pour une blessure à la cuisse gauche survenue en finale. Peu importe qu’elle ne se soit pas mesurée au chronomètre sur la ligne droite depuis, la Marseillaise s’est spécifiquement préparée pour cette échéance du Vieux Continent. Sa camarde Carolle Zahi (7″24) est une candidate plus que crédible à une place en finale. Même constat pour les hommes Marvin René (6″63) et Amaury Golitin (6″65) qui arrivent à Glasgow avec de sérieuses références.

Le demi-fond a l’intention d’apporter plusieurs breloques dans l’escarcelle française. La double vice-championne d’Europe du 800 m Rénelle Lamote, qui court après un premier sacre européen, compte bien nous montrer l’étendu de son talent. À 25 ans, c’est le moment. Si comme il est de coutume en championnat, la finale du 3000 m se révèle tactique, alors il faudra surveiller Djilali Bedrani, vainqueur sur la distance lors des France. Jimmy Gressier, grand espoir de la discipline, fait partie des outsiders pour un éventuel podium mais on va lui laisser le temps de grandir avant d’en faire un vrai candidat aux médailles. Cependant le double champion d’Europe espoirs de cross a rarement déçu dans les rendez-vous qui comptent. Valeur sûre de la discipline Yoann Kowal sera forcément attendu pour la breloque dans la Commonwealth Arena. Sur 1500 m, la concurrence s’annonce forte mais un top 3 n’est pas hors de portée pour Simon Denissel et Samir Dahmani.

.

Solène Ndama double

Une médaille est espérée, et le plus précieux métal n’est pas une utopie pour Solène Ndama, qui a signé dimanche la meilleure performance mondiale au pentathlon (4672 points) lors des Championnats de France, passant près du record de France détenu par Antoinette Nana Djimou (4723 unités en 2011). Le programme le permettant, la Bordelaise doublera les épreuves combinées (vendredi) et  le 60 m haies (samedi et dimanche si qualifications) à Glasgow. Basile Rolnin, qui occupe le quatrième rang à l’heptathlon, ne devrait pas être loin de la boite.

Vainqueures il y a quatre ans, les relayeuses du 4×400 m rêvent de réaliser le même exploit. Déborah Sananes, Agnès Raharolahy et Amandine Brossier ont prouvé aux France Elite à Miramas qu’elles étaient prêtes à s’arracher pour une médaille d’or. Côté messieurs, les relayeurs Fabrisio Saidy, Lidji MbayeMame-Ibra Anne, Nicolas Courbière, Thomas Jordier et Victor Coroller ont le potentiel pour se mêler à la bataille pour les premières places. Bien sûr, il y aura des bonnes surprises et des déceptions. Mais les Bleus peuvent envisager de titiller entre trois et cinq breloques.

Tous derrière les Bleus ! 

NOS ÉVÉNEMENTS

Inscrivez-vous à notre newsletter