Menu

Cross d’Allonnes : Michaël Gras en patron

Le Cross d’Allonnes, support de qualification pour l’Euro de Samorin en Slovaquie (10 décembre), a vu Michaël Gras s’imposer devant Freddy Guimard et Benjamin Malaty alors que Benjamin Choquert empoche le dernier ticket qualificatif à prendre ce dimanche. Entre retournements de situation et sensations, les épreuves de sélection ont également réservé leur lot de surprises avec l’abandon d’Hassan Chahdi. Récit.

Avec un tel casting, la lutte ne pouvait qu’être rude. Le public a apprécié le spectacle offert par les meilleurs crossmen nationaux du moment et la course des seniors hommes fut un modèle du genre avec une bagarre au sommet. À ce petit jeu, Michaël Gras avec abnégation et volonté de marquer son territoire, s’offre une superbe victoire française (6ème au scratch) dans la Sarthe et sera au rendez-vous continental début décembre : « J’étais moyennement bien mais tout le monde était plus ou moins dans le dur aujourd’hui. Je manquais un peu de jus à la moitié et c’est à ce moment-là que j’ai décidé d’attaquer. La course elle se jouait entre les français et l’objectif c’était la sélection. La première place française c’est du bonus parce que je me serai contenté de rentrer dans les quatre ».

Avec un succès autour du parc de Chaoué, la première partie du contrat est remplie. Cependant le plus dur reste à faire, et la concurrence européenne va être acharnée. Mais au vu de sa performance de ce jour, il ne serait pas étonnant de le voir dans le top 10 en Slovaquie.

.

Guimard, Malaty et Choquert au rendez-vous

Derrière, les protagonistes se sont plongés dans une lutte sans merci pour décrocher les trois derniers billets mis en jeu aujourd’hui. Belle deuxième place tricolore de Freddy Guimard qui semblait un peu surpris de sa performance : « J’étais dans le dur dès le début de course mais il fallait se faire mal et se dire que les autres allaient mal aussi. Ça s’est beaucoup joué au mental, j’étais à fond du début à la fin ».

La bonne opération de ce dimanche est pour Benjamin Malaty, qui arrache la troisième place : « Près de deux mois après un marathon (Berlin) ce n’est jamais évident. Je suis bien rentré dans ma bulle pour pouvoir faire la plus belle course possible et j’ai retrouvé mes sensations de crossman que j’avais perdues ces dernières saisons. Aujourd’hui j’avais vraiment à cœur de me faire plaisir et cela a été le cas ».

Le quatrième et dernier billet composté pour l’Europe centrale est décroché par Benjamin Choquert qui ne semble pas avoir pâti de son départ houleux, ni d’une première partie de course sur la pointe des pieds. Il a retrouvé des sensations pour s’assurer le Graal.

.

Hassan Chahdi met le clignotant

Mais que serait un cross de sélection digne de ce nom sans surprises ni retournements de situation ? Coup dur pour Hassan Chahdi qui a vendu chèrement sa peau en menant régulièrement le groupe de français mais a dû abandonner à la mi-course, victime d’un point de côté : « J’étais plutôt dans la gestion mais j’ai eu quelques moments de déconcentration, je n’ai pas bien respiré. Au fur et à mesure que la course avançait la douleur devenait trop intense. Les Europe de cross ? J’ai bien évidemment envie d’y aller mais je n’ai pas envie de prendre la place de quelqu’un d’autre ». Même mésaventure pour Alexandre Saddedine qui dans cette lutte implacable et sanguinolente s’est occasionné une légère entorse à la cheville.

.

Yoann Kowal n’a pas démérité

Avec sur la liste des engagés Yoann Kowal, le champion d’Europe du 3000 m steeple à Zurich en 2014, l’équipe organisatrice aussi compétente soit-elle, aurait pu ponctuer son parcours d’obstacles par exemple des buttes ou des troncs d’arbre pour lui effacer la différence entre la piste et le cross. Trêve de plaisanterie. Le Périgourdin a de nouveau prouvé qu’il avait les capacités de rivaliser avec les grands de l’Hexagone dans les labours et termine vingt-deuxième de la course.

 

Arthur Dirou

Rédacteur / Administrateur