Menu

Interclubs : Ensemble, c’est tout !

Les Interclubs se dérouleront cette année le 6 mai pour le 1er tour et le 20 mai pour le second. A deux semaines du début de l’événement, coup de projecteur sur le premier grand rendez-vous de la saison estivale. Christophe Lemaitre, Aurel Manga et Laura Valette qui portent haut les couleurs de leur club depuis de nombreuses années, évoquent leur bonheur de disputer la compétition. 

Les Interclubs ou quand l’athlétisme devient un sport d’équipe. Étape capitale de la saison pour les clubs, les Interclubs permettent de transformer, le temps de deux dimanches du mois de mai, un sport individuel en sport d’équipe. Cette épreuve permet également de rassembler des athlètes habitués à rouler pour eux-mêmes. Le médaillé de bronze des JO de Rio sur 200 m Christophe Lemaitre qui effectue sa 12e saison avec Aix-les-Bains en est l’un des meilleurs ambassadeurs. S’il jouera évidemment les premiers rôles à domicile lors de la finale Elite, l’Aixois a fait part de son enthousiasme de participer à l’événement : « C’est la compétition qui lance un peu la saison, et tu la commences avec tes coéquipiers du club. Et même si c’est pas du niveau d’un Meeting de Diamond League, tu as envie déjà de faire une performance pour le club. L’ambiance, c’est ce qui me plaît le plus. Les athlètes qui donnent de la voix pour supporter ceux qui sont sur la piste. Les interclubs, c’est un peu comme une fête ».

En presque douze ans sous les couleurs de l’ASA Athlé, il a des anecdotes à raconter. Le sprinteur français, qui en a un bon stock, se remémore un souvenir croustillant : « Je me souviendrai toujours de la fois où on est rentré en train, qu’on avait un wagon rien que pour nous et qu’on était tous déguisé. On avait même fait un Harlem Shake dans le hall de la gare ». L’édition 2018 aura une saveur particulière pour le club puisqu’il il jouera à domicile : « Des interclubs réussis, ça serait pour nous de réussir un podium à la maison ».

.
Aurel Manga vise le titre avec le CA Montreuil

Dans un sport aussi individuel que l’athlétisme, cette épreuve par équipes procure des émotions particulières. La compétition conserve d’ailleurs une popularité qui ne se dément pas : « Je retrouve ce que j’aime au hand dans les interclubs, s’enthousiasme Aurel Manga. Le temps de deux week-ends on pense en équipe et on se bat pour celle-ci ». Avec son club du CA Montreuil, quinze fois vainqueur du Championnat de France des clubs dont quatorze fois consécutivement de 1997 à 2010, il souhaite continuer d’y écrire les plus belles pages : « Mon plus beau souvenir reste le titre de champion de France de l’an dernier mais j’ai en également de très bons avec l’équipe de Val de-Reuil  (de 2011 à 2014) ».

Pour le médaillé de bronze des Mondiaux en salle du 60 m haies cet hiver, qui affiche en plus d’une grande détermination, un bon état d’esprit collectif, les Interclubs sont également l’opportunité d’enrichir le palmarès : « On souhaite remporter un second titre successif forcément, et la fin de la grève SNCF pour qu’on puisse rentrer tranquillement après ! ».

.
Mon club, ma famille

Pour tout athlète et peu importe le niveau, le mois de mai coïncide généralement avec cette compétition. Chacun n’hésite pas à donner de sa personne, et se met au service du collectif. Fidèle à son club du Nantes Métropole Athlétisme depuis ses débuts en 2005 (ASPTT Nantes), Laura Valette, championne de France Elite en salle du 60 m haies, explique que les Interclubs « sont les deux premières courses de la saison, c’est donc un bon tremplin. Ce qui me plaît c’est de partager les émotions avec les gens du club qu’ils soient des athlètes, des bénévoles ou des dirigeants. On donne son maximum pour un résultat collectif et non personnel ce qui rajoute une pression positive. Le maintien du NMA en Elite B serait une bonne réussite et la montée en Elite A ce serait la cerise sur le gâteau ! ».

Alors, qui a dit que l’athlétisme était un sport individuel ?

Arthur Dirou

Rédacteur / Administrateur

Inscrivez-vous à notre newsletter