Jean-Pierre Schoebel : « Le Meeting de Monaco sera une mise en bouche avant les Jeux olympiques de Paris »

10 juillet 2024 à 11:50

Le Meeting de Monaco 2024 qui se déroule ce vendredi 12 juillet a attiré, une fois de plus, plusieurs stars de l’athlétisme. Les regards seront notamment tournés vers les Français Sasha Zhoya (110 m haies) et Gabriel Tual (800 m) ainsi que les Norvégiens Karsten Warholm (400 m haies) et Jakob Ingebrigtsen (1500 m). Directeur de la compétition élue meilleur meeting du monde à sept reprises dans son histoire depuis sa création, JeanPierre Schoebel a passé en revue les nombreux temps forts en prévision et les dernières actualités de l’événement de la Principauté.

 

Les derniers préparatifs du Meeting de Monaco

« Tout se passe bien dans l’organisation. C’est sûr que c’est une période intense, toujours au moment de l’événement, je dirais du sprint final pour nous, pour l’emballage. C’est vrai que les années olympiques, c’est toujours particulier, mais je pense qu’on va mettre quelque chose sur pied qui sera intéressant et j’en suis persuadé. »

 

Le casting 2024

« On est satisfait du plateau. On sait qu’il peut y avoir toujours une petite défection de dernière minute. On sait également qu’on peut avoir de nouvelles rentrées qu’on n’a pas encore annoncées. On est encore en discussion. Il y aura du moins bien et il y aura du mieux. Je vous le garantis. »

 

Plusieurs athlètes présents à Monaco ont brillé dimanche à Paris

« On aimerait bien faire aussi bien ! On a vu à Paris un 800 m exceptionnel ! En tout cas, nous, on est très contents de ré accueillir de nouveau Gabriel Tual, le Français, qui a fait une course exceptionnelle à Paris et qui vient tout de suite confirmer. Pour nous, ce qui nous fait d’autant plus plaisir, c’est que ce record de France battu à Paris, était détenu depuis 2014 par Pierre-Ambroise Bosse à Monaco. On aimerait bien un jour le reprendre. Ce serait dur, deux fois de suite mais bon… C’est très sympa de sa part d’avoir continué à honorer son engagement. On est contents et je pense que le public sera content de l’accueillir. Sachant qu’il sera bien entouré, avec une belle densité au départ. Le podium de Paris est également à Monaco avec Marco Arop (champion du monde en 2023 à Budapest) en plus. »

 

Jakob Ingebrigtsen veut marquer les esprits

« On est très contents que Jakob Ingebrigtsen revienne chez nous. C’est toujours un plaisir de l’accueillir. On a toujours en mémoire qu’on était les premiers à lui donner sa chance, alors qu’il était inconnu, c’était un jeune espoir. Je crois qu’il nous renvoie l’ascenseur en revenant chez nous. Le 1500 m chez nous, ça a toujours été une course de très bon niveau. Je pense qu’on ne sera pas déçus avec Timothy Cheruiyot et d’autres qui, à mon avis, seront contents de pouvoir prendre l’aspiration de ces deux champions. »

 

Un 400 m haies royal

« On sait qu’on aura un très bon 400 m haies, ça c’est clair. Karsten Warholm est un fidèle du Meeting de Monaco et c’est pour ça qu’on choisit toujours cette épreuve avec plaisir. Il vient et il nous fait toujours des courses de très haut niveau, comme l’an dernier où il a battu le record du meeting. Il est ici chez lui. Cette année, la course sera très relevée avec notamment Alison dos Santos et Rai Benjamin, en très grandes formes. Ça promet une course de folie ! »

 

 

Le 110 m haies devrait aller vite

« Outre bien sûr Grant Holloway, il ne faut pas oublier l’Italien Lorenzo Simonelli, qui a montré sa forme en étant champion d’Europe. On est toujours intéressé par les athlètes italiens. On a un public qui est en grande partie composé d’Italiens. On est très content que Sasha Zhoya, après sa victoire au Meeting de Paris, a voulu confirmer et revenir s’essayer. On l’attend et je crois que le public l’a aussi. C’est un grand honneur. »

 

Un concours féminin de haute voltige

« On est content de revoir la perche féminine au Meeting de Monaco. On retrouvera deux perchistes qui ont brillé cet hiver, à savoir la Britannique Molly Caudery et la Canadienne Alysha Newman. Elles auront face à elles les deux championnes du monde de Budapest, l’Australienne Nina Kennedy et l’Américaine Katie Moon. Et on est ravi que Marie-Julie Bonnin puisse se joindre à la fête après ses 4,70 m à Sotteville-lès-Rouen. Le record de France avait été battu ici à Monaco, par Ninon Chapelle… »

 

Le sautoir en hauteur déplacé

« On essaie toujours d’apporter du mieux, et de mettre les athlètes dans les meilleures conditions. Par exemple, vous verrez qu’on a un peu déplacé le sautoir en hauteur. Le sautoir, dans sa configuration initiale pouvait gêner les courses. On l’a donc décalé pour ne pas gêner les coureurs, et permettre aux sauteurs d’avoir de meilleures conditions. On essaie aussi au niveau du spectacle de faire des effets de lumière et des effets sonores, tout pour qu’on évolue vers un show tout en profitant de l’aspect sportif quand même. »

 

Vers une démarche plus durable

« C’est au centre des intérêts parce que c’est quelque chose qu’on a intégré depuis quelques années et qu’on met en place progressivement. Ce n’est pas nouveau chez nous, mais on s’est toujours penché, et d’ailleurs, on veut aller sur les certifications, et on a œuvré dans ce sens-là. Nous nous sommes engagés pour réduire les trajets au maximum. Par exemple, pour réduire notre impact, on a un partenariat avec un constructeur automobile de voitures électriques, afin de faire le trajet depuis Nice, d’où les athlètes arrivent. Sur place, il n’y a plus de transport. Les athlètes logent au pied du terrain d’échauffement, en face du stade. Toutes ces adaptations nous ont permis de réduire notre empreinte carbone de façon significative. »

 

Les points forts du Meeting de Monaco

« On a une chance c’est d’avoir un très beau Stade Louis-II qui est fait pour l’athlétisme, avec un public qui est très près du huitième couloir. Il y a une interaction immédiate. On a une bonne météo, on a de bonnes conditions atmosphériques, on est au niveau de la mer. C’est quand même attractif quand on propose à un athlète sportif de venir courir à Monaco. C’est une destination agréable. On a une équipe qui travaille beaucoup et qui essaie d’innover afin que les athlètes puissent établir les meilleures performances possibles. Les athlètes aiment venir à Monaco, et on leur rend bien. On a été élu meilleur meeting du monde à 7 reprises, et de nombreux records du monde ont été battu ici. Cela nous pousse à nous faire mieux tous les ans ! »

 

Le meilleur de l’athlétisme est proposé aux spectateurs

« Pour moi, c’est réussi quand les gens partent et se disent qu’ils ont passé une bonne soirée. C’est-à-dire qu’ils ont vu quelque chose de dynamique, sans temps mort avec une soirée privilégiée. Et je dirais, qu’on serait la mise en bouche avant les Jeux olympiques de Paris. L’avantage d’un meeting d’athlétisme, c’est qu’en deux heures de temps ou deux heures et demie de temps, on voit quelque chose qu’aux Jeux olympiques, il nous faudrait une semaine, matin et soir, pour voir. On propose au public un petit condensé de ce qui se fait de mieux. Et voilà, une belle mise en bouche avant les Jeux de Paris 2024. »

Informations et billetterie : herculis.com

Propos recueillis par Dorian Vuillet
Crédits photos : STADION

ARTICLES RÉCENTS
NOUVEAUTÉS
NOUVEAUTÉS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !