Menu

Téo Andant rejoint l’INSEP

Le double champion de France juniors du 400 m Téo Andant souhaite donner une nouvelle orientation à sa jeune carrière et part s’entraîner à l’INSEP. A 19 ans et après quatre ans aux côtés de son entraîneur Jacques Candusso, il retrouvera Marc Vecchio, le coach de l’international Mame-Ibra Anne. Le monégasque a donné les premières explications de son choix à stadion-actu.fr.

Ce n’est plus un secret pour personne, le monégasque Téo Andant a du talent. Du haut de ses 18 ans, son palmarès prend de l’épaisseur compétition après compétition. Désormais étudiant en STAPS, le spécialiste du tour de piste a pris l’avion de Nice ce matin, en direction de Paris et de l’INSEP. En effet, la conciliation entre carrière sportive et études devenait une véritable difficulté : « La fac de Nice était à trente minutes de voiture de chez moi à Menton et je m’entraînais à Monaco. Je faisais des allers-retours en voiture et pour aller aux entraînements, c’est du stress constant. Tu arrives au stade en étant fatigué et pas pleinement concentré, confie-t-il avant d’ajouter, en septembre, je pensais que j’allais rester à Monaco, mais au fur et à mesure, ça n’allait pas et j’avais envie de changer d’air et découvrir un autre cadre d’entraînement. »

.

Un choix mûrement réfléchi

Contacté par Fabien Lambolez, CTS de la Ligue de la Nouvelle Aquitaine, plusieurs solutions s’offraient à lui pour mener sa double vie, comme l’aménagement des horaires à la fac ou intégrer l’INSEP. Il choisira finalement la deuxième option : « Mon coach (Jacques Candusso) ne veut que mon bien, et si je me sentais pas très motivé, il fallait que je parte. C’est lui qui m’envoie sur Paris pour que je puisse réussir mon double projet. Il trouve que c’est mieux d’être dans une structure et un encadrement propice au haut niveau. »

Ce choix, accompagné par son entraîneur, s’inscrit dans la perspective de poursuivre sa carrière bien au-delà des Championnats internationaux chez les jeunes, avec pour objectif d’être le plus performant possible chez les seniors : « Cela n’a pas été une décision qui a été simple, elle a été prise en concertation avec ma famille qui m’a toute conseillé de partir sur Paris. Dans la vie, il faut faire des choix, si j’ai envie de faire une grande carrière et faire une belle saison cette année, c’est la bonne solution ».

.

Mame-Ibra Anne comme nouveau partenaire d’entraînement

Sincèrement, avec Mame-Ibra Anne comme partenaire quoi de mieux pour aider le jeune prodige à progresser ? Fer de lance du 400 m hexagonal depuis plusieurs années (record à 45″26 en 2015), le Francilien est un atout et un repère en terme d’expérience pour le demi-finaliste des Europe juniors cet été. Si on écoute bien Téo Andant, qui entame un nouveau départ, l’un des arguments clés, qui l’a décidé de rejoindre l’INSEP est la présence d’un coach avec qui il a de suite accroché, Marc Vecchio : « Mon entraîneur et moi-même avons eu un excellent contact avec lui lors des Europe juniors à Grosseto (Italie) cet été ».

En plein cœur du Bois de Vincennes, le recordman de France cadets en salle (48″05) ne va pas révolutionner sa façon de courir : « L’entraînement que je vais faire avec Marc va être la continuité de ce que je faisais avec Jacques ». Quand on lui demande ce que serait une année 2018 réussie, le monégasque, dont l’échéance principale sera les Championnats du monde juniors à Tempere (Finlande), répond : « Pousser la porte de la finale ».

.

L’attachement à son club et à son entraîneur

Téo Andant le reconnaît : « L’INSEP c’est vraiment la bonne structure pour continuer à progresser ». Désireux de découvrir l’entraînement du haut niveau et de le faire dans des conditions optimales, il a choisi d’intégrer la structure parisienne. Attaché à la ville et à son club, il ne tourne pas le dos à ses années monégasques et arborera fièrement les couleurs de l’AS Monaco Athlétisme pour une huitième année consécutive. Après quatre ans passés auprès de Jacques Candusso, le fait de s’éloigner de son mentor ne sera pas simple : « On ne coupe pas les ponts avec Jacques, on reste en lien et il aura toujours un coup d’œil sur mes entraînements et mes résultats. Il a fait beaucoup pour moi et je ne le remercierai jamais assez pour ça. Tout ce qu’on visait cette année, on l’a atteint ensemble », se félicite le néo-parisien.

Véritable compétiteur, le vice-champion d’Europe juniors du relais 4×400 m cet été rêve déjà des jeux Olympiques de Paris : « Le stage national de Boulouris (21-26 octobre) était axé sur le thème des JO 2024, on commence tout doucement à y penser et on a tous envie d’y être. Courir devant son public et dans le Stade de France c’est quelque chose de magique, sourit-il. Ça a été l’occasion de revoir les copains et ça nous motive pour reprendre l’entraînement chacun de notre coté », conclut-il.

Faites lui confiance pour dompter le tour de piste.

Arthur Dirou

Rédacteur / Administrateur