Wilfried Happio et Ludvy Vaillant veulent affoler le chrono à Tokyo

31 juillet 2021 à 16:22

Les deux hurdlers français Wilfried Happio et Ludvy Vaillant sont qualifiés pour les demi-finales du 400 m haies des Jeux olympiques de Tokyo programmées dimanche, où ils n’auront plus rien à perdre.

Le 400 m haies est une des épreuves les plus suivies sur ces Jeux. Avec pour tête d’affiche le nouveau recordman du monde Karsten Warholm (46″70), bien sûr, mais le Norvégien de 25 ans fait face à une concurrence relevée, qui pourrait bien le priver d’or. Derrière, les Français font partie de ceux qui se battent pour les accessits. À propos du niveau actuel des cadors de la discipline, Wilfried Happio n’est pas avare en compliments : « C’est un pur kiff de voir des mentors comme ça dans notre discipline, ça fait briller le 400 m haies à l’internationale. Moi ça me fait vibrer, ça me motive tous les jours à l’INSEP. Quand je ressens un peu de fatigue, je pense à ces gars. Je suis ravi qu’il y ait autant de niveau ».

À 22 ans, le représentant du Lille Métropole Athlétisme vit ses premiers Jeux olympiques. Triple champion de France Elite de la discipline, il gravit peu à peu les échelons. Avec deux titres européens chez les jeunes (en juniors, puis espoirs), sa progression est constante, même si les chronos n’ont pas été au rendez-vous cette année. Wilfried Happio est bien conscient que la marche est peut-être élevée cette saison pour viser les sommets, mais il se montrait optimiste avant son entrée en lice : « Avec le coach, on savait que j’allais partir aux Jeux avec mes armes. À moi de les aiguiser. 48″, c’est envisageable, ça reste un championnat où tous les compteurs sont remis à zéro. »

Courir au niveau de son record pour l’un, exploser le chrono pour l’autre

Son coéquipier Ludvy Vaillant, 26 ans, a un peu plus d’expérience dans les rendez-vous internationaux. À Londres en 2017 et à Doha en 2019, il n’a jamais passé le cap des demi-finales. Mais sa quatrième place à Berlin et son record personnel (3e meilleur performeur français de l’histoire), font de lui un candidat sérieux à la finale. Pour cela, le Martiniquais doit courir à son meilleur niveau, soit 48″30, un chrono réalisé au Meeting de Paris en 2019.

La première partie du contrat est remplie pour le duo tricolore : tous deux ont obtenu leur ticket pour les demies. Ils ont dû tout de même attendre que toutes les séries se terminent, afin de valider leur qualification au temps. Des minutes stressantes, où la performance d’un athlète peut mettre fin aux rêves d’un autre. 49″39 pour Happio, 49″23 pour Vaillant. Ça passe. Tous les deux étaient assez satisfaits de leur dernière ligne droite. En demies dimanche, ils n’auront rien à perdre. Le cut pour la finale devrait être plus proche des 48″, que des 49″. Pour espérer franchir encore un tour, Happio devra battre son record personnel (49″03) : « Je ne vais rien lâcher. Je veux prouver ce que je vaux. Je veux repartir de Tokyo sans regrets, après avoir rendu fier ma famille, mes amis, et le pays. »

Texte : Mathilde L’Azou
Crédits photos : Solène Decosta

ARTICLES RÉCENTS
BONS PLANS
BONS PLANS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !