Menu

Championnats de France Cadets-Juniors : Les cadors doublent la mise

La logique a été respectée à Dreux lors de la troisième et dernière journée des Championnats de France Cadets-Juniors. Tant du côté des sprinters que des concours, avec le doublé réussi pour Melvin Raffin, Estelle Raffaï et Cyrena Samba-Mayela. Plusieurs jeunes pousses ont également profité de ce rendez-vous pour décrocher le sésame pour les échéances internationales. Retour sur les temps forts.

 

En plus de courir vite avec son titre de champion de France sur la ligne droite vendredi, Melvin Raffin sait également sauter loin sur trois bonds. Soyons honnête, pour cette dernière qualité, le sociétaire de Savigny Senart Athletisme a prouvé qu’il avait déjà un peu de bouteille. Mais le recordman du monde juniors du triple saut (17,20 m) est également capable d’assurer le show, ne tergiversant pas pour demander la clap au public Drouais.

Scotché à 16,57 m (- 1,3 m/s) dès son premier essai, le triple sauteur n’a pas trouvé les ressources nécessaires pour aller plus loin, dans un concours émaillé de X, où un seul de ses six essais a été validé. Une performance qui ne restera pas dans les annales mais l’essentiel est là. Il repart d’Eure-et-Loir avec deux breloques en or dans la poche.

Deux coachs, Teddy Tamgho (pour le saut) et Laurence Billy (pour le sprint), certainement très fiers de ce jeune homme de 19 ans qui ne cesse de prendre de l’envergure : « J‘ai fait de bons championnats de France. L’objectif était d’abord de gagner, et pas de faire une performance, donc je suis satisfait de ma journée. Je n’ai pas fait le sixième essai, parce que j’étais fatigué après le 100 m, c’était mieux en vue de l’avenir. J’ai comme objectif de gagner les Europe dans quinze jours, et je vais m’entraîner pour. En plus, trois camarades d’entraînement qui vont ensemble aux championnats d’Europe, ça fait plaisir ! ».

 

.

Estelle Raffaï, reine du sprint

Nombreux athlètes ont fait le plein de confiance avant leur grand championnat respectif et réalisent des performances encourageantes. Sur le demi-tour de piste, Estelle Raffaï reçoit sa deuxième médaille d’or en trois jours, après sa première place sur 100 m vendredi. Victorieuse en 23″73 (+ 0,9 m/s), elle devance largement Marine Mignon, deuxième en 24″28 : « Le contrat est rempli pour les titres, mais pas pour les chronos. Je suis un peu déçue aujourd’hui parce que je me suis complètement crispée à la fin de la course, et c’est une grosse faute. J’étais un peu fatiguée, parce que j’ai eu du mal à enchaîner ».

Sur la même distance mais chez les cadettes, Cyrena Samba-Mayela, sacrée hier sur 100 m haies, survole les débats en l’emportant en 23″99 (+ 0,5 m/s), laissant sa dauphine Gemina Joseph à plus de sept dixièmes (24″73) : « Je suis très, très contente de ce doublé 100 m haies – 200 m. Ces championnats de France se sont très bien passés pour moi  ».

Plus de suspense chez les garçons, avec la victoire de Paul Tritenne (21″73) en cadets et de Loïc Prévot (21″75) en juniors qui ont dû s’arracher jusqu’au bout pour couper en tête la ligne d’arrivée. A noter que le premier nommé a pris sa revanche sur 200 m après sa deuxième place sur 100 m il y a deux jours : « Je fais une assez bonne sortie de virage, puis je manque de jus à la fin, mais avec les 100 m et le relais du matin, je suis mort ! Je suis content d’être assez performant dans un tel état de fatigue. Cela fait plaisir d’être à nouveau champion de France. »

.

Romain Gavillion remporte le duel

Parmi les attractions de la journée, on attendait avec impatience un duel au sommet entre Romain Gavillion, Pierre Cottin et Gauvain Guillon-Romarin tous les trois débarrassés des minima pour l’Euro juniors. A l’issue d’un concours d’une incroyable intensité c’est Romain Gavillion qui l’emporte finalement avec 5,15 m, au bénéfice du nombre de sauts franchis au premier essai devant Gauvain Guillon-Romarin alors que Pierre Cottin lâche prise à 5,05 m : « Je suis content de ma place, mais pas trop de ma performance. C’est ma moins bonne de la saison, j’attendais clairement plus. Les conditions de vent n’étaient pas faciles, mais j’ai eu de la chance avec ce paramètre, contrairement à mes collègues. Après le titre, j’ai eu une baisse d’énergie et de concentration ».

Chez les juniors filles, en franchissant 4,10 m, Alice Moindrot s’adjuge le titre avec en prime le niveau de performance pour les Europe de sa catégorie. Wilfried Happio est sacré champion de France du 400 m haies chez les juniors garçons avec un chrono de 51″26. Même joie pour le cadet Clément Ducos qui avec chrono de 52″69 s’acquitte du niveau de performance requis pour les Mondiaux de Nairobie. Un énorme cap de franchi pour le Girondin, qui sera à suivre de près dans le futur. Il devrait être accompagné au Kenya de Shana Grebo, auteur d’un chrono de 60″54 en cadettes.

.

On soulignera les 6,18 m (+1,1 m/s) de la junior Angélica Berriot au saut en longueur, qui empoche à la fois la victoire et sans doute un ticket pour les Europe de Grosseto : « Je suis très satisfaite, parce que j’ai fait un concours vraiment régulier. La performance est correcte, même si j’aurais pu être plus solide à l’impulsion d’après ma coach. Mais il y a le résultat au bout, c’est le plus important. Il fallait défendre le titre, et rien n’était gagné d’avance ». Toujours côté des sauts, Diane Mouillac remporte le titre en longueur chez les cadettes avec un bond à 6,06 m (- 0,6 m/s). Une belle performance pour la Lyonnaise qui n’avait jamais franchi la barre des six mètres avant ce week-end, mais qui reste à quatre centimètres des minima pour les Mondiaux de sa catégorie.

Côté lancers, on retiendra les 71,69 m au javelot cadets de Teuraiterai Tupaia et les 75,44 m au marteau juniors de Yann Chaussinand. Tous les deux confirment qu’ils peuvent prétendre rentrer en finale, voir plus si affinités, lors de leurs compétitions internationales cet été.

.

Les marcheuses juniors à l’heure européenne

Performance prometteuse pour David Kuster pour sur 10 000 m chez les juniors en 42’34″95 et qui malgré la fatigue et la pression mise par Justin Bournier (42’47″29), échoue pour une poignée de secondes de son record personnel (42’21″90 en 2016) : « En ce moment, je ne suis pas vraiment au top, et je le ressens. Je ne sais pas trop pourquoi, mais la canicule m’a beaucoup affecté, je n’ai pas pu m’entraîner comme je le voulais. Bon, je me suis quand même battu pour gagner la course, c’est bien ».

Chez les juniors filles, les favorites ont tenu leur rang. Les marcheuses des Pays de la Loire sont très en forme, réalisant un triplé. Camille Aurrière (48’20″98) est sacrée devant Éloïse Terrec (48’22″07) s’acquittant toutes les deux du NPR pour l’Euro de Grosseto : « On avait prévu de se relayer pendant cinq kilomètres avec Éloïse Terrec, et cela nous a bien aidé pour aller chercher toutes les deux les minima pour les Europe juniors. Toute seule, cela aurait été beaucoup plus compliqué ». Leonie Cellard (54’41″26) décroche la médaille de bronze.

Sur le 5 000 m marche cadets, Valentin Chaumette (22’13”36) devance de cinq centièmes Matteo Duc, à l’issue d’un sprint échevelé. Enfin, Manon Lefresne, au-dessus du lot en 24’18″26 conserve son titre acquis l’année dernière à Châteauroux mais rate pour trois petites secondes les minima pour les Mondiaux (24’15”).

Réactions : www.athle.fr

Inscrivez-vous à notre newsletter