Menu

Championnats d’Europe espoirs : Wilfried Happio et Hilary Kpatcha en patrons

Bouquet final pour l’équipe de France avec deux nouveaux titres pour Wilfried Happio sur 400 m haies et Hilary Kpatcha à la longueur. L’argent d’Alexis Phelut sur 3000 m steeple et des deux collectifs du 4×100 m ainsi que le bronze d’Evelina Mendes et du 4×400 m masculin, permettent aux Bleus de repartir de Gävle avec dix-sept médailles.

Sacré champion d’Europe juniors il y a deux ans à Grosseto (Italie), Wilfried Happio revient une nouvelle fois d’un rendez-vous continental avec une médaille d’or autour du cou. En y ajoutant la manière. L’athlète du CA L’Hay Les Roses part comme une fusée, sa foulée est propre et parfaitement rythmée entre les obstacles. Impressionnant de facilité dans les premiers 200 m, on sait aussi que la deuxième partie de la course lui a toujours été favorable. Il met le feu aux poudres pour se détacher dans le virage et se présenter largement en tête à la huitième haie. Son temps de 49″03, synonyme de niveau de performance requis pour les Mondiaux de Doha (49″10) confirme que le protégé de Marc Vecchio est bien le numéro un de la spécialité sur le Vieux-Continent : « Je suis très content ! Je suis parti plus fort dans la première partie de course que sur les autres tours, c’était le schéma prévu. Je me suis dit que c’était maintenant ou jamais car même si je serai encore espoir l’année prochaine, il n’y aura pas de championnats. Je suis fier de ma team car ce n’était pas évident de changer complètement d’environnement en intégrant l’INSEP. Maintenant je vais essayer de confirmer mon chrono aux championnats de France élite dans deux semaines avant de penser à Doha », a-t-il expliqué au micro de la FFA. Visiblement pas émoussé cet effort, il s’est pressé de s’emparer du drapeau tricolore sitôt la victoire acquise. Espoir deuxième année, il s’impose, avec Victor Coroller et Ludvy Vaillant, comme le nouveau prodige du 400 m haies français. Wilfried Happio connaît une trajectoire linéaire qui pourrait l’emmener vers les sommets de la discipline mondiale.

.
Ça plane pour Hilary Kpatcha

Hier, Hilary Kpatcha, après les qualifications où elle s’était envolée à 6,81 m, avait lancé : « Je viserai le titre » ». La sauteuse du CA Balma a tenu parole. Son premier bond, mesuré à 6,73 m (+0,5 m/s), assommait le concours. La protégée de Jean-Luc Senat est restée concentrée sur la suite de son concours mais n’est pas parvenu à améliorer sa marque. Qu’importe, elle relègue sa dauphine, la Hongroise Petra Beáta Farkas (6,55 m), à dix-huit centimètres : « Je n’avais pas spécialement de pression, je me suis juste dit : c’est la finale, on y va et on refait comme hier. J’ai réussi à faire 6,73 m ça va. Après j’avoue que j’ai eu un peu plus de mal sur la suite du concours car je manquais un peu de jus. Mais franchement je suis super contente. Malgré ma performance je suis restée sur mes gardes car tout peut arriver sur un concours, j’en avais été la preuve hier ».

.
Alexis Phelut et Evelina Mendes au rendez-vous

A l’issue d’une course tactique partie sur des bases peu rapides (passage en 6’01 au 2000 m) Alexis Phelut décroche la médaille d’argent sur 3000 m steeple en 8’45″04 battu dans les derniers mètres par l’Allemand Frederik Ruppert titré en 8’44″49 : « C’est un sentiment mitigé. Une médaille c’est toujours bon à prendre. J’avais la deuxième performance en arrivant et je fais deuxième. J’ai senti que je commençais à sauter au milieu de la course, je me suis dit que cela allait être compliqué donc au final je suis content de prendre cette médaille même si bien sûr j’aurai préféré gagner surtout que j’avais déjà fait deuxième il y a deux ans ». En course pour une médaille également, Louis Gilavert a terminé sixième en 8’48″28 tandis qu’Anthony Pontier a coupé la ligne au douzième rang (8’57″21).

Pour ne rien gâcher, la très bonne nouvelle du jour vient d’Evelina Mendes qui a pris une magnifique breloque bronzée au javelot. Arrivée en Suède avec la quatrième meilleure performance européenne de l’hiver (55,74 m), elle devait, pour grimper sur la boite, se montrer sous son meilleur jour, ce qui fut le cas. La championne de France espoirs a attendu le jour J pour sortir LA grosse performance, celle après laquelle elle courait depuis plusieurs semaines. L’athlète de l’ESCO44, qui a désormais cinq titres nationaux à son actif, a réalisé une très bonne entrée en matière avec un premier essai mesuré à 55,57 m. A ce moment-là, l’athlète coachée par Olivier Delattre occupait le troisième rang du concours. Un classement qui ne bougera plus jusqu’à la fin.

.
De l’argent pour le sprint français

Le quatuor, composé d’Amaury Golitin, Ryan Zeze, Yanis Ammour et Max Sirguey, est sacré vice-champion d’Europe espoirs du 4×100 m en 39″57 derrière l’équipe d’Allemagne vainqueur en 39″22 mais devant la Belgique (39″77). Même en l’absence de Cynthia Leduc, le 4×100 m féminin (Lesly Regulier, Éloïse De La Taille, Estelle Raffai et Sarah Richard Mingas) est allé dérocher également la deuxième place en 43″82. L’Allemagne s’impose une nouvelle fois en 43″45. Le clan français enregistre une dix-septième et dernière médaille et c’est du côté du 4×400 m masculin qu’il faut aller la chercher. Loic Prévot, Teo Andant, Lidji Mbaye et Fabrisio Saidy montent sur la troisième marche du podium en 3’05″36. C’est encore l’Allemagne qui remporte la première place en 3’03″92. Les relais français sont passés tout près du grand chelem. Mais le 4×400 m féminin n’a pas réussi à s’inviter à la fête. Initialement quatrième, le collectif (Diana Iscaye, Léna Kandissounon, Laurine Xailly et Kalyl Amaro) est finalement disqualifié pour quelques appuis sur la ligne intérieure de son couloir.

Les Bleus terminent la compétition avec dix-sept breloques dont cinq titres continentaux. En 2017 à Bydgoszcz (Pologne), les Tricolores avaient déjà frappé fort en montant sur treize podiums. Au tableau des nations, la France termine troisième derrière l’Allemagne et la Pologne.

Tous les résultats, en cliquant ici. Happio Happio

Inscrivez-vous à notre newsletter