Menu

Championnats d’Europe par équipes : Le bronze au bout du suspense pour les Bleus

Comme lors des deux dernières éditions, la France monte sur la troisième marche du podium des Championnats d’Europe par équipes. 1,5 point devant les Italiens avant l’ultime épreuve, le 4×400 m masculin, les Bleus ont brillamment conservé leur troisième place à Bydgoszcz ce dimanche. Les Bleus se sont notamment appuyés sur la victoire d’Alexandra Tavernier au marteau ainsi que sur les podiums individuels de Pascal Martinot-Lagarde (110 m haies), Renaud Lavillenie (perche), Benjamin Compaoré (triple saut), et enfin Eloyse Lesueur qui réalise les minima pour Doha à la longueur. La victoire collective revient au pays hôte, la Pologne, devant l’Allemagne.

Incroyable dénouement ! L’équipe de France possédait 1,5 point d’avance sur l’Italie avant la dernière épreuve. S’ils voulaient monter sur le podium pour la troisième fois consécutivement (2015 et 2017), les Français devaient tenir à distance les Italiens lors du 4×400 m masculin, ou dans le pire des cas, terminer juste derrière eux. Si les Transalpins ont battu les Tricolores sur le fil (3’02″04 contre 3’02″08), le clan tricolore conserve heureusement 0,5 point d’avance au final et grimpe sur la boite (316,5 contre 316 points). Les athlètes français qui n’avaient jamais fait mieux que la troisième place durant cet événement, n’ont malheureusement pu grimper d’un cran sur le podium. Europe équipes Europe équipes Europe équipes

.
Alexandra Tavernier sur la bonne pente

Quand Alexandra Tavernier est lancée, plus rien ne peut l’arrêter dans l’aire de marteau. La vice-championne d’Europe de Berlin est montée en puissance durant tout le concours. Son premier essai est validé à 70 mètres pile, le deuxième à 72,66 m, le troisième à 72,79 m puis le quatrième et ultime jet à 72,81 m. La protégée de Gilles Dupray remporte avec brio le concours devant la Polonaise Joanna Fiodorow (72,13 m) et l’Ukrainienne Iryna Klymets (71,67 m). Une performance qui lui permet de récolter un maximum de points avec 12 unités supplémentaires pour la France  : « Le concours n’était pas gagné d’avance, avec les Polonais qui se transcendent chez eux. J’ai réussi à me sortir les tripes. Comme je l’avais dit aux France, il fallait que je réapprenne à gagner. Le plateau rugueux était compliqué à gérer et la technique n’est pas encore là. Je suis en plein rush à l’entraînement. Mais la régularité se met en place », se félicite-t-elle au micro de la FFA. Les lancers longs tricolores féminin (marteau, javelot et disque) n’ont pas eu à rappeler leur bonne santé. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : sur 36 points possibles, 35 ont été engrangés par la France, en incluant la première place d’Alexie Alaïs au javelot (12 points) et la deuxième place de Mélina Robert-Michon au disque (11 points).

.
Les tauliers au rendez-vous

La France a pu compter sur plusieurs de ses têtes d’affiches pour récolter de précieux points dans l’escarcelle bleue. Atteint d’un début de mononucléose depuis quelques semaines, Pascal Martinot-Lagarde n’est pas encore à son top au niveau du chrono. Néanmoins, il a indiqué être pleinement opérationnel. En finale du 110 m haies, le champion d’Europe de Berlin prend une belle deuxième place en 13″46 avec un vent défavorable de 1,8 m/s et reste à distance de sa meilleure performance de la saison (13″34 à Lausanne le 5 juillet). Si PML a très bien jailli des blocks, il n’a pas pu résister au retour de l’Espagnol Orlando Ortega, vainqueur en 13″38, et qui a déjà réalisé 13″05 cet été : « Sur le papier, c’est une course logique. Mais j’ai vraiment eu l’impression que je pouvais gagner. Je crois que j’ai dominé la première partie de course, avec un gros travail jusqu’à la troisième ou quatrième haie. Ortega a réussi à mettre un taquet au milieu. Il ne creuse pas à la fin. Je vais maintenant partir en stage à Montpellier avec Wilhem (Belocian) ».

Parmi les autres satisfactions de l’après-midi, Eloyse Lesueur, qui a connu de nombreux déboires ces dernières années, semble avoir repris du poil de la bête. La preuve ? La championne du monde en salle de Sopot en 2014 réalise au centimètre près le niveau de performance requis pour les Mondiaux de Doha en décollant à 6,72 m (+1,0 m/s) en longueur et se classe troisième du concours : « J’ai fait ma part du job pour moi et pour l’équipe. Le contrat est plus que rempli à 100 %. Je vais maintenant pouvoir bosser des trucs très intéressants à l’entraînement. Je commence à prendre confiance en moi et en mon corps ». Benjamin Compaoré a pris la troisième place du triple saut avec 16,67 m (+2,7 m/s). Même classement pour Renaud Lavillenie à la perche qui efface une barre à 5,71 m et pour Mouhamadou Fall qui boucle le 200 m en 20″70 (-1 m/s). On soulignera aussi la quatrième place de Liv Westphal sur 5000 m en 15’49″11, son meilleur chrono de la saison mais aussi celle de Maroussia Paré sur le demi-tour de piste en 23″25 au couloir numéro 1. A domicile, il n’y a pas à dire, la Pologne était trop forte en totalisant 345 points, loin devant l’Allemagne (317,50) qui l’avait devancé à Lille il y a deux ans. Les Bleus ont donné toutes les raisons d’être confiant dans l’avenir à moins de deux mois des Mondiaux de Doha, même si la concurrence sera plus coriace.

Inscrivez-vous à notre newsletter