Menu

Championnats du Monde de Doha : Bigot et Martinot-Lagarde montrent les muscles

Quentin Bigot a décroché la première médaille de la France aux Championnats du Monde de Doha (Qatar) en remportant l’argent au marteau au terme d’un concours plein de maîtrise. Dans la foulée, Pascal Martinot-Lagarde s’est paré d’une superbe médaille de bronze sur 110 m haies. Kevin Mayer a réussi une belle première journée au décathlon et vire à la troisième place à mi-parcours avec 4483 points. Mélina Robert-Michon n’a eu besoin que d’un jet pour se qualifier en finale du disque avec un lancer à 64,02 m.

Ces soirées-là, quand les athlètes Français brillent, on les aime. Quatrième en 2017 aux Mondiaux de Londres, passé au travers l’an dernier lors des Europe où il avait disparu dès les qualifications, Quentin Bigot n’a cette fois pas laissé passer sa chance pour offrir à la France son premier podium mondial de l’histoire de la discipline chez les hommes : « Je crois que je ne réalise pas totalement, là j’ai du mal à me dire que je suis vice-champion du monde. C’est un truc de fou ! ». Dès son premier jet à 76,34 m, il se positionnait idéalement pour monter sur la boite.

Surtout que sur son essai suivant, malgré un marteau touchant légèrement le filet, il améliorait sa marque pour la porter à 78,06 m. Alors troisième, le conducteur de train lorrain grimpait  encore d’une marche après son quatrième jet. Pour un tout petit centimètre (78,19 m contre 78,18 m), le Messin devançait le Hongrois Bence Halasz, qui n’allait pas s’en remettre : « C’est le centimètre qui compte, c’est le centimètre qui fait mal et qui est ma ma faveur ». Pour l’or, le Polonais Pawel Fajdek s’avérait intouchable avec ses 80,50 m.

Tout à son bonheur, l’élève de Pierre-Jean Vazel célébrait cette magnifique médaille d’argent, lui qui n’était que le onzième meilleur performeur mondial de l’année. A 26 ans, le lanceur français a, de plus, encore un bel avenir devant lui : « Réaliser ma meilleure performance de la saison le jour des Championnats du monde, qu’est-ce que je peux espérer de mieux ? ». Avant lui hier soir, aucun Français n’est jamais monté sur le podium du marteau aux championnats du monde, alors que leurs homologues féminines ont déjà récolté trois médailles de bronze (Montebrun en 2003 et 2005, Tavernier en 2015). Un conseil, si n’est pas encore fait : Retenez bien son nom.

.
PML tient sa breloque

La France a bel et bien lancé ses Mondiaux ! Un quart d’heure après l’argent de Quentin Bigot au marteau, Pascal Martinot-Lagarde est allé chercher le bronze au 110 m haies. Une médaille décrochée en 13”18, au terme d’une course haletante qui a vu le favori, le Jamaïcain Omar McLeod , chuter à la dernière haie. Une mésaventure dont a profité le Français pour décrocher, à 28 ans, son tout premier podium aux Mondiaux en plein air. Le titre est revenu à l’Américain Grand Holloway (13”10), devant le Russe Sergey Shubenkov (13”15), qui court sous bannière neutre.

Voilà, il la tient. Quatrième aux Mondiaux de Pékin en 2015 puis aux JO de Rio en 2016, PML goûte enfin à sa première médaille sur la scène mondiale. Il ne se voyait pas rester une nouvelle fois au pied du podium. Mission accomplie : « J’en avais marre d’être quatrième ! Je ne voulais pas rentrer à la maison sans médaille ! ». Pourtant, sur le papier, ce n’était vraiment pas gagné. Perturbé dans sa préparation par une blessure aux adducteurs puis un début de mononucléose, le Tricolore aux grands compas et à la longue chevelure ne débarquait pas à Doha avec les meilleures références. Il n’avait pas couru sous les 13”24 jusque-là.

On lui a longtemps reproché de ne pas savoir répondre présent le jour J. Il sait désormais le faire, comme il l’avait déjà montré l’an dernier, à Berlin, où il avait décroché son premier titre de champion d’Europe. En demies, le hurldeur de l’ES Montgeron a ainsi abaissé son meilleur temps de la saison de douze centièmes pour prendre la deuxième place de sa course (13”12) et un ticket direct pour la finale. De quoi déjà marquer les esprits. Un peu plus tôt dans la soirée, en demi-finales, Dimitri Bacou (13″48) et Wilhem Belocian (13″60), respectivement troisième et septième de leur course, n’ont pas trouvé les clés pour s’immiscer en finale.

.
Mayer déjà prêt pour la seconde journée

Kevin Mayer est parti sur de très solides bases à Doha ! Après un record personnel abaissé de cinq centièmes sur le 100 m en 10″50, le Français a fait bien plus qu’assurer au saut en longueur, deuxième épreuve de son décathlon ce vendredi. Avec une meilleure marque mesurée à 7,56 m à la longueur, il réalise une performance solide et a empoché 950 points supplémentaires sur cette épreuve. Mais c’est surtout au lancer du poids qu’il a impressionné. En projetant son boulet en acier à 16,82 m, une performance qui l’a fait hurler de joie et lui a fait monter les larmes aux yeux, le Montpelliérain a signé la deuxième meilleure performance de sa carrière sur la discipline, venant titiller son record personnel (17,08 m). Il a alors décidé de stopper son concours au poids, pour mieux se préserver pour les prochaines épreuves.

Après ces trois travaux, le recordman du monde du décathlon (9126 points) caracole en tête. Mieux, avec 2827 points au compteur (grâce à ses 902 points du poids), il a trois points d’avance sur son total de Talence, où il avait signé l’an dernier son record du monde. Kevin Mayer n’a ensuite pas vécu un concours de tout repos à la hauteur. Gêné par une douleur au genou, il a dû avoir recours à son troisième essai pour effacer 1,96 m et 1,99 m. Un gros ouf de soulagement ! Enfin, sur le 400 m, le vice-champion olympique a assuré en étant chronométré en 48″99.

A la fin de la première journée, Kevin Mayer vire en troisième position avec 4483 points et accuse trente points de retard sur le Canadien Damian Warner (4513 points) et trois sur l’autre Canadien Pierce Lepage (4486 points) : « Il n’ont pas marqué assez de points pour me battre si je fais les bonnes choses demain. Je vais essayer de prendre du plaisir parce que je suis venu avant tout à Doha pour ça  ».

.
Robert-Michon express

Formidable ! A 40 ans, Mélina Robert-Michon, qui participe à ses huitièmes Mondiaux au Qatar, s’est qualifiée pour la finale du lancer du disque en faisant voler son engin à 64,02 m dès sa première tentative. On retrouvera la recordwoman de France, qui a fait une pause l’an passé pour donner naissance à son deuxième enfant, vendredi à 20 heures : « Je partais un peu dans l’inconnu, il y a un an je reprenais tout juste l’entraînement. Ça a été une année un peu difficile donc là beaucoup de soulagement. C’est beaucoup de plaisir et de bonheur ce soir ».

La double médaillée mondiale possédait une performance d’engagement de 62,62 m réalisée le 24 août lors du Meeting de Paris. Mais elle a pris depuis longtemps la bonne habitude d’atteindre son pic de forme le jour J. Ça se confirme encore sur ce rendez-vous planétaire. Première à lancer dans le premier concours de qualifications, la discobole lyonnaise (61e sélection) a fait très vite. Sa marque de 64,02 m est d’ailleurs son meilleur jet depuis sa troisième place aux Mondiaux de Londres, il y a deux ans : « C’est un beau jet mais il y a encore de quoi faire mieux pour la finale ». La Cubaine Yaime Pérez, meilleure performeuse mondiale de la saison, s’est elle aussi qualifiée d’entrée avec 67,78 m.

.
Ndama peut viser le top 8

A l’heptathlon, Solène Ndama occupe la neuvième place avec 3728 points grâce notamment à un joli 12″90 sur 100 m haies. C’est la Britannique Katarina Johnson-Thompson qui a pris la tête du classement à l’issue de la première journée avec 4138 points. La Belge Nafissatou Thiam est deuxième avec 4042 points. L’autre Français en lice au décathlon, Basile Rolnin, crédité de 11″42 (+0,4 m/s) sur 100 m, a été contraint d’arrêter sa compétition prématurément en raison d’une blessure à la cuisse. Bigot Doha Bigot Doha Bigot Doha Bigot Doha

Inscrivez-vous à notre newsletter