Menu

Championnats du Monde de Doha : Kevin Mayer n’en pouvait plus

Leader du décathlon après les sept premières épreuves, mais touché aux ischio-jambiers, Kevin Mayer a fini par abandonner ce jeudi au moment du saut à la perche lors des Mondiaux à Doha (Qatar). Énorme coup dur pour le recordman du monde qui ne conservera malheureusement pas son titre.

Malgré la douleur, il donnait l’impression d’être toujours intouchable et de réciter sa partition sans trop forcer son talent. Il serrait les dents et ne montrait que son sourire. Et puis est venue l’heure de la perche, donc. Une épreuve tant redoutée, qu’il n’a pu surmonter. Au bord des larmes avant même sa première tentative, Mayer s’est élancé vers le sautoir, pour stopper sa course, incapable de pousser sur les jambes. Le Français a essayé de modifier ses marques, de raccourcir sa course d’élan et de tenter son va-tout sur son deuxième essai. Mais là encore, il n’a jamais pu planter la perche.

La tête dans le tapis, les yeux humides, le recordman du monde a salué une dernière fois le public en grand sportif. Pour tirer le rideau. Le clan « Kéké La braise » qui grondait de plaisir dans les tribunes du Khalifa International Stadium à chaque épreuves de Mayer, s’est tu.

.
Il avait repris la tête après le disque

Cette deuxième journée de compétition avait commencé pour lui en demi-teinte. D’un côté le combinard tricolore avait bien limité la casse sur 110 m haies, en finissant deuxième de sa série en 13″87 derrière Warner (13″56), ce qui lui permettait de gagner une place au classement provisoire, alors qu’il était troisième mercredi soir. De l’autre, on avait encore vu Kevin Mayer, lourdement strappé, se tenir le genou et la cheville, et grimacer juste après avoir franchi la ligne. Le champion du monde en titre s’était d’ailleurs fait poser très rapidement des électrodes au niveau de l’ischio-jambier.

Passé au lancer de disque à 16h30 (groupe A), l’athlète entraîné par Bertrand Valcin avait d’abord manqué son premier essai, avant de signer un très correct 48,34 m sur sa deuxième tentative. Une marque visiblement satisfaisante pour l’intéressé, puisqu’il s’était aussitôt rhabillé, faisant ainsi une croix sur le troisième lancer. C’est donc à l’abri que le vice-champion olympique de Rio avait pu constater qu’il reprenait les commandes du classement, après la mauvaise performance de Warner (42,19 m) quelques dizaines de minutes plus tard dans le groupe B. A 27 ans, Kevin Mayer a encore le temps d’aller encore plus haut !

Inscrivez-vous à notre newsletter