Huis clos avec les stars de la perche

17 janvier 2021 à 17:59

SOLDES I-RUN

Présent au Palais des Sports de Bordeaux samedi pour le Starperche, Stadion vous raconte cette reprise à huis clos, dans une ambiance conviviale.

Le contexte sanitaire est tel qu’on va vite changer de disque, promis, mais pour la première grande compétition nationale de l’année dans l’Hexagone, on ne pouvait pas faire autrement que de vous raconter l’ambiance un peu particulière du Starperche samedi. Même si vous connaissez déjà la réponse pour avoir suivi les concours en direct sur Facebook : ce n’est pas la meilleure ambiance que l’on ait connue. Cependant, on a passé un bon moment au Palais des Sports de Bordeaux. Avant de pouvoir accéder dans l’écrin girondin, un test PCR négatif était logiquement imposé dans les 72 heures précédant la réunion. Quelques minutes avant le début de l’événement, voir le parvis du Palais des Sports, complètement vide, générait une étrange impression. Pas de queue devant l’entrée, pas d’engouement… Rien ne signifiait qu’un concours de perche de haut niveau allait se disputer. Une fois dans l’enceinte, pour nous  journalistes et photographes, aussi, c’est un sentiment bizarre. Les buvettes fermées, des sièges vides…

Le Starperche de Bordeaux s’est ouvert dans une ambiance spéciale. Sous son masque, le speaker continue de déclamer impeccablement le palmarès de tous les acteurs lors de la présentation pendant que les rayons lumineux s’agitent. Les perchistes avaient beau se retourner vers les virages, leur recherche de spectateurs était vaine. Face à eux, seuls des coachs, des juges, une poignée de cameramen et de journalistes occupaient les travées de l’enceinte. Quand on se pose pour commencer à traquer les plus belles émotions des perchistes, de se retrouver dans une salle vide, c’est très particulier. On a l’impression d’assister à un “entraînement” avec le champion olympique de Londres et les meilleurs plieurs de gaule tricolores. L’exemple le plus flagrant est lorsque Renaud Lavillenie dompte la barre à 5,92 m à son deuxième essai avec le rythme du morceau “Levels” d’Avicii. Dans le monde d’avant, la salle aurait explosé.

.

Une salle remplie de décibels

Il faut souligner l’excellent travail des organisateurs passionnés qui n’ont pas lésiné sur les moyens pour transformer cette compétition en véritable show. Comme à l’accoutumé, la salle avait des allures de boîte de nuit. Pour recréer l’univers de l’athlétisme d’avant-Covid, plusieurs bonnes idées ont été imaginées. La musique pour accompagner chaque athlète, les jeux de lumières, l’ambiance artificielle recréant les applaudissements des spectateurs et la mascotte ont presque réussi à faire oublier le contexte et l’absence de public. Si les décibels de la sono étaient les mêmes que dans une compétition avec spectateurs, le fond musical diminuait d’intensité entre chaque saut. Seul point “positif” à tout ça, s’il fallait en trouver un, c’est que le silence en tribunes nous a permis de saisir un peu les consignes du coach à l’athlète. Et aussi d’entendre le rythme des foulées des perchistes sur la piste surélevée. Si on a vu beaucoup d’athlètes souriants, ravis de pouvoir accrocher un premier dossard en 2021, les juges étaient aussi manifestement heureux de revoir les athlètes, n’hésitant pas à taper dans les mains pour les faire s’envoler. Et c’est bien là l’essentiel au-delà des résultats sportifs.

Vainqueur du concours masculin avec 5,92 m, Renaud Lavillenie, également patron du All Star Perche de Clermont-Ferrand, connaît mieux que quiconque les efforts énormes qui ont été accomplis par les organisateurs : « J’espère faire mieux dans les semaines à venir si on peut sauter. Un énorme merci à Damiel Dossevi et à Marion Lotout et à tous ceux qui ce sont impliqués dans le Meeting. On ne peut pas s’empêcher de penser à tous ceux qui ne peuvent pas être là parce qu’ils ne sont pas sur la liste ministérielle ». Vivement de retrouver les stades et salles bondés et les ambiances de feu.

Retrouvez notre compte-rendu du Starperche, en cliquant ici.

Crédits photos : Matthieu Tourault

ARTICLES RÉCENTS
Morhad Amdouni : « Ce doublé ne me fait pas peur »

Morhad Amdouni : « Ce doublé ne me fait pas peur »

Stadion vous propose de découvrir les athlètes français qui vont essayer de nous faire vibrer aux Jeux olympiques de Tokyo. Pour ses premiers Jeux, Morhad Amdouni ne fait pas les choses à moitié en décidant de doubler le 10 000 m (30 juillet à Tokyo) et le marathon (8...

Athlétisme : Stadion aux Jeux olympiques de Tokyo

Athlétisme : Stadion aux Jeux olympiques de Tokyo

Stadion, votre média spécialisé dans l'actualité de l'athlétisme, a le plaisir d'annoncer sa présence aux Jeux olympiques de Tokyo. Pendant dix jours, nous allons nous régaler ensemble à suivre les athlètes français en quête de performances et de médailles. Depuis...

NOUVEAUTÉS
Nike ZoomX Dragonfly
Disponible maintenant

Découvez l’offre sur la
Nike ZoomX Dragonfly

adidas ultra boost 21
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
Hoka One One Carbon X 2
asics metaspeed sky
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
On Running Cloudboom Echo
NOUVEAUTÉS
Nike ZoomX Dragonfly
Disponible maintenant

Découvez l’offre sur la
Nike ZoomX Dragonfly

adidas ultra boost 21
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
Hoka One One Carbon X 2
asics metaspeed sky
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
On Running Cloudboom Echo

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme et du running !