Les Foulées du Gois 2023 : Jonathan Billaud et Tetyana Vernygor ont vaincu la marée montante

13 juin 2023 à 22:48

C’est la passion qui nous conduit à vous proposer au quotidien du contenu toujours plus qualitatif, et être au plus près de l’actualité de l’athlétisme. C’est encore la passion qui nous a amené aux Foulées du Gois ce samedi 10 juin avec la « Course des As » une épreuve unique au monde contre la marée montante. Vainqueurs respectivement en 2022 et 2019, Jonathan Billaud et l’Ukrainienne Tetyana Vernygor ont remporté l’édition 2023 de la course mythique sur la célèbre chaussée submersible vendéenne de 4 kilomètres entre Beauvoir-sur-Mer et Barbâtre sur l’île de Noirmoutier. Placé sur un bateau, notre reporter était dans le peloton de tête pour suivre les 35 champions. Reportage !

À première vue, il est plutôt rare voire inimaginable de retrouver sur une même ligne de départ le Marocain Abida Ezamzami, auteur des minima pour les Championnats du monde de Budapest sur marathon à Daegu (Corée du Sud) le 2 avril avec un chrono de 2h09’04, l’ultra-traileur français Erik Clavery, champion du monde de trail en 2011 et récent neuvième du Marathon des Sables dans le Sahara marocain et Séverine Guérif, triple championne du monde de Duathlon Sprint M2. Pourtant, tous ont coché la « Course des As » dans leur agenda. Qu’ils soient triathlètes, traileurs, marathoniens, spécialistes du steeple ou 5000 m, de niveau régional ou international, trente-cinq athlètes ont été soigneusement sélectionnés par les organisateurs pour participer à l’épreuve surnommée « Le Paris-Roubaix aquatique » ou « l’enfer vendéen », en référence aux pavés qui dallent une partie de la chaussée submersible. 

Les coureurs qui ont déjà couru la « Course des As » (autrement dit la Course contre la mer) savent pertinemment qu’ils ont chacun 34 adversaires à battre, plus un trente-cinquième, et le plus coriace : la marée montante sur le passage du Gois. Après leur présentation en grande pompe sur le car podium, les 20 hommes et 15 femmes prennent position au départ de Barbâtre, n’attendant que le signal du starter pour s’élancer. L’originalité et la difficulté de cette épreuve est la lutte contre les éléments. La « Course des As » 2023 est lancée, il est un peu plus de 19h30. À quelques minutes près, les coureurs peuvent soit plier l’épreuve avec une facilité déconcertante, soit vivre un véritable calvaire contre la marée, les courants et les vents. Depuis 2019, la Course des As est devenue mixte, ouvrant la porte à trois femmes, puis dix en 2022. Ce samedi, elles étaient quinze à se confronter aux pavés du Gois et à défier les vingt hommes, qui partaient trois minutes après elles, pour rejoindre Beauvoir-sur-Mer, où se situe la ligne d’arrivée.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Marée gagnante pour Jonathan Billaud

Et la course devient vite magique, avec un peloton digne d’un 3000 mètres steeple olympique. Steeple ? Les obstacles sont les vagues de la marée montante qui venant de chaque côté se rejoignent sur le Passage du Gois. Il faut alors monter haut les genoux ou courir en canard. Des bousculades, des renversements de situation, tous les ingrédients sont présents pour le spectacle. Très vite, les coureurs se retrouvent avec de l’eau jusqu’aux tibias. Le Marocain Mohamed Boutmazguine fait la première partie de la course en tête, mais « pioche », ralentit comme incertain de ses repères, et se fait rejoindre par un groupe de cinq. C’est à ce moment que Jonathan Billaud, parti plus tranquillement, décide de mettre le nez à la fenêtre. Son accélération pleine de détermination lui a fait prendre quelques mètres d’avance sur ses principaux rivaux. L’an dernier, il avait écœuré et effrayé tout le monde dans le dernier kilomètre. Bis repetita. « Ça s’est joué un petit peu de la même façon que l’an dernier. La stratégie, ce n’était pas de partir trop vite, c’est ce qui m’avait réussi en 2022. Cette année, j’ai décidé de faire la même chose. On sait que sur ce genre de course, quand on commence à être dans le rouge dès le début, c’est compliqué à gérer. Cette année on a eu pas mal d’eau et donc le but ce n’était pas de monter trop au niveau cardiaque et de continuer à adopter une foulée assez ample jusqu’à la sortie de l’eau. C’est une course de 4 km, mais on a l’impression d’avoir fait un semi à l’arrivée ».

Cette année, la course aura été particulièrement éprouvante pour les concurrents. Un coefficient de 60 était annoncé, mais, un vent de dos qui forcit juste après le départ, une mer poussée par les courants plus forts qu’à l’accoutumée, et les ennuis commencent. L’eau montant beaucoup plus rapidement que prévu, les coureurs avaient de l’eau presque jusqu’aux genoux. En 2022, le pensionnaire du VO2 Bessines avait levé les mains en premier en 13’46… contre 16’03 cette année. Une deuxième victoire au compteur pour l’élève de Patrice Ducret sur l’une des courses considérées parmi les plus spectaculaires au monde. Il se rapproche tout doucement des six victoires du Belge Frédéric De Smedt (1999, 2002, 2004, 2005, 2006 et 2007). « On va déjà essayer de ramener une troisième victoire avant de penser à six. Je dédie cette victoire à mon coach Patrice Ducret qui m’accompagne aujourd’hui et m’entraîne à distance depuis 2015. Les Amis du Gois font un travail formidable pour nous accueillir et on demande qu’à revenir ! ». Auteur d’un temps de 2h22’27 au Marathon de Paris en avril dernier, Jonathan Billaud va continuer sa saison estivale sur la piste avec notamment un 5000 m au Meeting de Carquefou le 24 juin.

Mohamed Boutmazguine (16’28) pas plus que le Vendéen de 36 ans Anthony Guillard (16’29), lauréat en 2011 et qui n’a pas manqué un seul départ depuis 2010, n’ont pu se rapprocher du vainqueur et complète le podium dans cet ordre. « C’est la passion qui me fait encore être sur le podium, confie le dernier cité. C’est vraiment une course plaisir quand on voit l’ambiance à l’arrivée, une petite pensée aux casquettes rouges, les bénévoles ! Ça fait quinze ans que je viens là et ils ont toujours le sourire. »

 

 

Tetyana Vernygor connaît la musique

Si la course des hommes paraissait indécise, celle des femmes avait une grandissime favorite. Huitième au scratch en 17’08 (il faut rajouter trois minutes pour le temps réel), l’Ukrainienne Tetyana Vernygor n’a eu aucune rivale pour contrarier son chemin vers la victoire. Souveraine en 2019, année où la course s’est ouverte aux femmes, elle connaissait mieux que personne la recette pour grimper sur la plus haute marche du podium. Foulée après foulée, Tetyana Vernygor donnait l’impression de creuser l’écart avec une apparente facilité. « C’était très difficile aujourd’hui, l’eau était déjà très haute dès le début, bien plus haute qu’il y a trois ans et je suis contente d’avoir remporté la course ». Vingt ans après la deuxième victoire (vainqueur en 2001 et 2022) de son papa Jean-Michel sur la « Course des As », Éva Contant (19’05), pour sa première participation à l’épreuve, a réalisé une superbe prestation et n’a pas plié devant la tornade pour s’emparer de la deuxième place. Même réussite pour Julie Chuberre-Dodé (19’43), double championne de France M0 (2022 et 2023) de cross-country, qui s’est classée troisième. Tous les concurrents ont passé la ligne d’arrivée avec le sourire. Les sauveteurs en mer de la SNSM surveillaient les athlètes à bord de leurs embarcations tout au long de la chaussée.

Vingt-septième, Erik Clavery, habitué à l’effort soutenu, a découvert une épreuve atypique bien loin de ses repères en ultra-trail : « C’est une épreuve fabuleuse, je suis très fier d’avoir pu participer et j’en garderai un très bon souvenir même si je suis loin derrière. Je suis parti dernier, ça allait beaucoup trop vite devant, après dans l’eau j’ai pris mon rythme, je ne me suis pas préoccupé des autres mais je me suis fait plaisir et c’était le but. Merci à tous les spectateurs qui nous encouragent à l’arrivée, j’en ai profité pleinement ». Outre la « Course des As », des courses populaires (hommes, femmes, enfants et sport adapté), qui ont rassemblé plus de 2000 participants, ont été organisées pour satisfaire le plus grand nombre et ravir les nombreux spectateurs qui ne sont pas avares en applaudissements.

 

Revivez Les Foulées du Gois 2023 en REPLAY ici :

 

Tous les résultats des Foulées du Gois, en cliquant ici.

Crédits photos : STADION

ARTICLES RÉCENTS
BONS PLANS
BONS PLANS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !