Marathon de Chicago : Emeline Delanis, une première réussie en 2h32’36

10 octobre 2022 à 15:27

Douzième du Marathon de Chicago en 2h32’36, Emeline Delanis a réalisé des débuts prometteurs sur la distance mythique de la course à pied.

Quelques minutes après l’arrivée de la Kényane Ruth Chepngetich qui a couru ce dimanche à Chicago le deuxième marathon le plus rapide de l’histoire chez les féminies en 2h14’18, à seulement 14 secondes du record planétaire établi également à Chicago en 2019 par une autre Kényane, Brigid Kosgei, la Française Emeline Delanis a réalisé une superbe prestation pour sa première apparition sur les 42,195 km. La sociétaire d’Athlé 91 a rallié la ligne située à Grant Park au douzième rang chez les dames (174e au scratch) en 2h32’36 (3’37 de moyenne par km), devenant ainsi la dix-neuvième meilleure performeuse française tous temps. Un chrono qui aurait été à 36 secondes des minima pour les Championnats d’Europe en août dernier, fixés à 2h32’00.

 

« J’ai adoré ! »

Une performance de choix donc que la fondeuse francilienne de 25 ans (4 sélections en équipe de France) accueille avec un grand sourire. « L’objectif numéro un, c’était ne pas subir mais prendre un maximum de plaisir sur la distance, vu que c’était la première fois. Et j’ai adoré ! », savoure Emeline Delanis qui s’est montrée plus rapide sur la deuxième partie du tracé et s’est offert une course en negative split. Après avoir couru le premier semi en 1h17’21, elle a ensuite avalé le deuxième semi en 1h15’15. « J’étais vraiment bien en milieu de course, j’ai voulu accélérer progressivement et je sentais que mes jambes suivaient. Puis bien sûr, je dirai que les trois derniers kilomètres étaient vraiment le plus dur, je n’ai pas pu avoir mon ravitaillement donc j’ai commencé à avoir très mal à la tête à la fin. Mais l’organisation et l’ambiance étaient vraiment top, c’était motivant ».

Ce galop d’essai réussi sur marathon, l’ancienne étudiante à l’Université de Boston College l’explique aussi par une préparation minutieuse malgré des « dernières semaines un peu plus compliquées en raison d’une tendinite et du Covid. Je sens que j’ai passé un cap lors de mon retour à Raleigh (Caroline du Nord,) en juin, j’assumais beaucoup mieux les séances et elles se déroulaient beaucoup mieux. J’ai augmenté le volume et le temps des footings longs. Du coup, le coach m’a proposé de faire un marathon fin septembre plutôt qu’attendre la fin de l’année ». Emeline Delanis, qui n’avait plus couru en compétition depuis le mois de mai et le second tour des Interclubs, ne devrait pas refaire un autre marathon en 2022. Elle devrait rentrer en France à la fin du mois d’octobre et s’aligner soit sur du cross, soit sur des distances plus courtes sur route. Alors que le marathon français connaît aujourd’hui une densité inédite chez les hommes, force est de constater qu’il y a aussi une dynamique qui se met en place chez les marathoniennes tricolores. Une très bonne nouvelle à deux ans des Jeux olympiques de Paris dont le parcours de la plus longue des disciplines olympiques a été dévoilé la semaine dernière.

Tous les résultats du Marathon de Chicago, en cliquant ici.

Crédit photo : STADION

JO PARIS 2024
Stadion a pu découvrir en exclusivité les maillots que portera l'équipe de France d'athlétisme aux JO de Paris 2024.

🇫🇷 Notre guide des JO de Paris 2024

Tout savoir sur l’athlétisme et l’équipe de France !

ARTICLES RÉCENTS
NOUVEAUTÉS
NOUVEAUTÉS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !