Meeting de Marseille : Bastien Augusto montre sa force de caractère

18 juillet 2023 à 9:05

Tous les spectateurs du stade Delort ont retenu leur souffle lorsque la star française du Meeting de Marseille Benjamin Robert a stoppé son effort après quelques foulées sur 800 m. Les ischio-jambiers ont été touchés mais sa participation aux Mondiaux de Budapest (19 au 27 août) n’est pas encore remise en cause. Heureusement, le public phocéen a pu retrouver le sourire grâce aux records personnels sur 1500 m de Bastien Augusto (3’34″85) et Bérénice Cleyet-Merle (4’05″62). Récit d’une folle soirée sur le Prado.

Le Meeting de Marseille a, une nouvelle fois, tenu toutes ses promesses ce lundi soir. Rendez-vous incontournable des fans d’athlétisme français, la troisième et dernière étape estampillée « Pro » du Crédit Mutuel Athlé Tour faisait escale à Marseille après les Meetings de Nancy et de Sotteville-lès-Rouen. Dans une atmosphère très chaude et un vent presque inexistant, les athlètes de 36 pays différents se sont donnés corps et âme dans la bataille. Un d’entre eux n’a pas pu combattre longtemps sur la piste. Au départ du 800 m, Benjamin Robert faisait office de grand favori, lui qui n’avait plus couru en compétition depuis sa première place au Meeting de Turku (1’44″40) le 13 juin dernier. Pourtant, après quelques mètres parcourus, le Toulousain de 25 ans arrêta net son effort et la stupeur envahissait le stade Delort, à quelques mètres de l’Orange Vélodrome. Le vice-champion d’Europe en salle 2023 se tenait directement la cuisse, rappelant ce qu’il s’était passé à Font-Romeu il y a quelque temps où le protégé de Sébastien Gamel avait également ressenti une gêne aux ischios après un sprint.

La douche froide pour celui qui voit en grand pour les Championnats du monde de Budapest. Quelques minutes après la fin d’une course où d’autres chutes ont lieu, Benjamin Robert boitait toujours et semblait avoir reçu une décharge à l’ischios de la jambe droite, provoquant une probable élongation qui devra sans doute l’éloigner d’Albi et des Championnats de France Elite (29-30 juillet) mais pas encore des Mondiaux. Il passera une IRM et une échographie dans quelques heures. Engagé au Meeting de Monaco vendredi, il pourrait donc être forfait. Le chrono est plus que jamais lancé pour le triple champion de France Elite sur 800 m qui avait déjà les minima en poche depuis le Meeting de Paris le 9 juin avec un record en 1’43″48.

Le dénouement de l’épreuve a tout de même offert un beau spectacle. Le Britannique Ben Pattison a terminé en première position avec un chrono de 1’45″05, juste devant le Tunisien Abdessalem Ayouni, qui concourait à domicile, lui le pensionnaire du SCO Ste-Marguerite Marseille, après un temps de 1’46″06. Le Kényan Noah Kibet a complété le podium (1’46 »07) alors que deux Tricolores Youssef Benzamia (4e en 1’46 »17 et un nouveau record personnel) et Anicet Kozar (1’46 »42) caracolaient juste derrière. Autre licencié du SCO Ste-Marguerite Marseille, Ludovic Le Meur s’est classé au huitième rang en 1’47″79. 

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Bastien Augusto améliore son record et espère les minima

Les Français brillent toujours sur 1500 m et au Meeting de Marseille, ce fut encore le cas ce lundi. Dans une course de demi-fond partie à fond la caisse, un Tricolore en particulier s’est distingué. Ce n’est d’autre que Bastien Augusto qui peut se réjouir d’avoir battu son record personnel de plus d’une seconde, pour boucler la course à la deuxième place (derrière l’Espagnol Ignacio Fontes) en 3’34″85. Frôlant les minima pour les championnats du monde (3’34″20) d’un rien, le pensionnaire du Bourges Entente Athlétisme semblait déçu au premier abord, « Je suis assez frustré du résultat. Je venais à Marseille pour faire les minima que j’ai dans les jambes. Je suis déçu pour le moment de ma saison estivale qui est loin de mes attentes. Il fallait retrouver le ‘Bastien conquérant’ qui prend des risques et les devants comme j’ai pu le faire cet hiver. Je me suis dit : « Je vais partir devant, je serais en confiance » et je pense avoir été le troisième lièvre parfait de la course. Maintenant, il va falloir se faire une place sur une autre course, peut-être aux Championnats de France Elite », explique-t-il avant de tempérer et de voir le verre à moitié rempli. « Il ne manque pas grand-chose. Mais je suis très satisfait de ma façon de courir, en prenant des risques, avec du peps et en courant devant. C’est vraiment encourageant pour la suite ». Les minima devraient arriver d’ici peu.

 

 

D’autres Français engagés ont réalisé de belles performances lors de cette course. Romain Mornet s’est hissé au pied du podium en 3’35″34 tandis que Maël Gouyette et Benoît Campion se sont adjugés respectivement la septième (3’35″94, record personnel) et la huitième place (3’36″46). Plus loin au classement, on peut également retrouver Baptiste Mischler (10e en 3’37″51) mais aussi Pierrik Jocteur-Monrozier (12e en 3’38″89). Dernier tricolore en lice, Alexis Miellet n’a pas fini la course et n’a pas été classé. À souligner : Maël Gouyette est devenu le onzième demi-fondeur hexagonal à descendre sous les 3’36 en 2023. Un record dans l’histoire de l’athlétisme français.

 

Un 1500 m féminin en mode record

Le 1500 féminin a également tenu en haleine le public phocéen. L’Iséroise Bérénice Cleyet-Merle (4e) a battu son chrono de référence avec un chrono de 4’05″62 alors qu’elle revenait d’un long périple depuis la Belgique et le Meeting d’Heusden-Zolder. « Je ne voulais même pas courir aujourd’hui car j’étais en piste en Belgique encore avant-hier. J’ai traversé la France pour venir ici et je suis très contente du résultat. Je suis allé boucher les trous de la course. J’ai préféré tenter et avoir un record à la fin au lieu de regretter de n’avoir rien fait pour. L’audace paye. C’est de bon augure pour les Championnats de France Elite à Albi ». L’élève d’Adrien Taouji n’a pas été la seule à battre un record lors de cette course puisque Sarah Madeleine (6e) a coupé la ligne d’arrivée en 4’10″13. L’Américaine Emilie Mackay a fait arrêter le chronomètre sous les 4 minutes, en 3’59″99, ne réalisant qu’à l’annonce du temps qu’elle était devenue la meilleure performeuse de l’histoire sur la distance au Meeting de Marseille.

 

 

Agnès Raharolahy devra attendre pour les minima

L’enfer était attendu pour Agnès Raharolahy et les Françaises sur 800 m féminin au Meeting de Marseille. La médaillée de bronze du 800 m à l’Euro en salle d’Istanbul a terminé en septième position en 2’02″26 d’une course d’une densité incroyable (14 athlètes au départ) dominée par la favorite américaine Allie Wilson en 2’01″43. Pourtant, celle qui court pour les couleurs du Nantes Métropole Athlétisme était en tête à 300 m de la ligne (passage au 400 m en 58″44) mais la cadence était trop forte pour l’ancienne spécialiste du tour de piste qui n’a pas pu tenir jusqu’au bout. La Suissesse Lore Hoffmann (2e), et la Française Charlotte Pizzo (3e) n’ont pu se départager et sont créditées du même chrono de 2’01″53. Troisième Bleue en lice, Léna Kandissounon, qui a déjà gagné sa place à Budapest, a terminé sixième en 2’02″21.

 

Hilary Kpatcha au rendez-vous des grandes compétitions

Dans le bac à sable, Hilary Kpatcha a assuré une cinquième tentative mesurée à 6,64 m (+0,4 m/s) au saut en longueur pour finalement finir à la troisième place d’un classement dominé par la Santoméenne Agate De Sousa grâce à un bond de 6,70 m (+0,9 m/s). La représentante du CA Balma, qui est actuellement en plein cycle de travail et qui se prépare à fond pour les Championnats de France Elite à Albi, a mordu par deux fois mais l’important n’était pas là. « Après les Championnats d’Europe par équipes à Chorzow, j’ai fait deux semaines d’entraînement un plus intense pour relancer un cycle et être en forme pour les Elite. Je reste frustrée ce soir avec quelques sauts mordus mais malgré ça, le travail est fait. Ce qui est important maintenant, c’est d’être régulier à plus de 6,50 m. Je vais aussi participer à la Diamond League de Monaco donc l’objectif c’est de voir comment mon corps résiste à ces grandes compétitions ». Soulignons aussi les 6,50 m (+0,8 m/s) de Rougui Sow (5e) qui réalise son meilleur saut de l’année.

 

 

Les records du Meeting de Marseille sur 200 m ont été battus

Le 200 m que ce soit masculin ou féminin a fait rêver les minots venus admirer des sprinteurs et sprinteuses de grande qualité. Chez les hommes, le Sud-Africain Sinesipho Dambile a fait tomber le record d’un monument du sprint français. En effet, Christophe Lemaître détenait depuis plus de treize ans le record dans les Bouches-du-Rhône en 20″56 mais le Champion d’Afrique du Sud 2022 ne s’est pas fait prier pour effacer cette marque avec un chrono de 20″44 (-0,4 m/s).

 

 

Du côté des dames, c’est l’Américaine Jenna Prandini qui n’a pas traîner pour s’octroyer le nouveau record du meeting en 22″97 avec un vent défavorable de +0,5 m/s.

 

 

Autre résultat notable de la soirée et cette fois-ci au javelot, le double champion du monde grenadien Anderson Peters s’est contenté d’un jet à 78,17 m, finissant deuxième derrière le Moldave Andrian Mardare et ses 79,46 m.

Tous les résultats du Meeting de Marseille, en cliquant ici.

Texte : Dorian Vuillet
Crédit photo : Jean-Luc Juvin / STADION

ARTICLES RÉCENTS
NOUVEAUTÉS
NOUVEAUTÉS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !