Record de France espoirs du 10 000 m pour Alessia Zarbo en 32’28″57

15 mai 2022 à 11:27

Pour le premier 10 000 m de sa jeune carrière, Alessia Zarbo a réussi à s’approprier le record de France espoirs dans le temps de 32’28″57 à Eugene.

Les meilleures espoirs féminines françaises se sont donné le mot en ce début de saison estivale. Après le record de France de Sara Benfares sur le 5000 m en 15’24″71 à San Juan Capistrano (Californie) il y a une semaine, c’est Alessia Zarbo qui a amélioré ce vendredi la meilleure marque nationale dans la catégorie sur 10 000 m. Tout va donc pour le mieux pour la demi-fondeuse de 20 ans, expatriée depuis 2020 aux États-Unis dans la prestigieuse université d’Oregon. La pensionnaire du Nice Côte d’Azur Athlétisme a profité de la « Pac-12 Championships » disputé à Eugene sur le Hayward Field, le stade de l’Université d’Oregon qui accueillera les Mondiaux cet été (15 au 24 juillet), pour chiper le record de France espoirs du 10 000 m en 32’28″57, pour ses débuts sur les 25 tours de piste. Deuxième de la course remportée par l’Américaine Abby Nichols (32’27″25), Alessia Zarbo efface des tablettes hexagonales la marque de Mélody Julien (33’07″25), établie à Pacé en 2021, et se rapproche à seulement huit secondes des minima pour les Championnats d’Europe de Munich (15 au 21 août 2022) fixés à 32’20″00. Son chrono de 32’28″57 la propulse à la 21e place hexagonale de tous les temps sur 10 000 m. La jeune Française incarne parfaitement la réussite à l’américaine.

« Il s’agissait d’un week-end important pour les Ducks, le Meeting de conférence. Ma conférence étant « PAC12 » l’une des plus importantes du pays, comparable aux Interclubs, le but est de faire le plus de points possible pour son équipe. De ce fait, j’allais courir le 10 000 m le vendredi et le 5000 m le dimanche. Généralement ce ne sont pas des courses spécialement rapides car la priorité est sur la place et que la plupart des athlètes courent deux épreuves. Les 8 premiers de chaque épreuve rapportent de 10 à 1 points pour leur équipe. La pression était relativement élevée pour notre équipe, les garçons ayant gagné les 14 dernières années et les filles qui n’ayant pas gagné depuis 3 ans. Je ne ressentais pas de pression particulière notamment pour le 10 000m étant que c’est une épreuve que je n’avais jamais courue auparavant. Cependant, une blessure ne m’ayant pas permis de faire de saison indoor j’avais vraiment envie de montrer de quoi j’étais capable. Je me sentais plutôt bien les semaines précédentes ce week-end, le nombre important de compétitions ne m’avait pas spécialement permis de faire de séances clés mais quelques petites choses me donnaient l’indication d’une bonne forme. Les jours précèdent la compétition je me sentais super bien physiquement, j’avais donc hâte de prendre le départ bien que très peur de m’ennuyer et d’avoir envie de m’arrêter. Et oh mon dieu, qu’est-ce que c’était ennuyeux ! Maintenant que j’y repense et je me dis « oh mais non, ce n’était pas si terrible », mais si ! Je me souviens très bien pendant la course, je me disais « punaise mais c’est vraiment long là ». On m’avait dit de ne pas regarder le nombre de tours à chaque fois mais impossible chaque tour je regardais et je me disais « encore tout ça ! ». Heureusement que ce n’étais pas vraiment car sinon je n’ose pas imaginer à quel point c’est long. On passe le premier 5000 m en environ 16’40, j’étais environ entre la sixième et quatrième position depuis les premiers tours. Les deux filles qui étaient en tête commençaient à doucement accélérer chaque tour mais ce n’était pas spécialement plus difficile. Je me souviens exactement à trois tours me dire « ah enfin plus que trois » mais être toujours vraiment en aisance. À deux tours me sentant toujours bien je me dis que je pourrais peut-être accélérée légèrement pour épurer un petit peu notre petit groupe de tête de 3/4 filles, à 600 m je décide alors de prendre les devants et accélérer très clairement le tempo. À 400 m il ne reste que moi et une autre fille, Abby Nichols la gagnante, elle reste à mon épaule jusqu’au dernier 150 m et me dépasse dans les derniers 70 mètres en finissant très fort, un dernier 400 m en 1’06 pour elle, 1’08 pour moi, 2’59 dernier kilomètre, 15’51 deuxième 5000 m. En passant la ligne je ne connaissais pas mon temps exact mais me disais bien avoir couru un temps solide. Ce n’est qu’une heure plus tard, déjà très heureuse de ma performance pour l’équipe, rapportant 8 points avec une deuxième place, que mon père m’apprend qu’il s’agissait d’un record de France, cela ne m’avait même traversé l’esprit. Je n’y croyais pas. J’étais vraiment très heureuse et sur un petit nuage de ma performance mais il a fallu que je me reconcentre très rapidement et optimise la récupération car un 5000 m m’attendait 40 heures plus tard. Bien que je ne m’étais pas trop de pression pour le 5000 m car ce n’était que du bonus après ma performance pour le 10 000 m, je me sentais vraiment capable et assez fraîche pour défendre les couleurs d’Oregon sur le 5000 m que je savais allé être relativement tactique. Je prends ainsi la troisième place sur le 5000 m en 15’54. En résumé, un gros week-end pour moi, et après 37,5 tours de course je me sens prête et solide pour affronter la saison estivale à venir remplie de belles opportunités. »

Tous les résultats, en cliquant ici.

Crédit photo : STADION

À LA UNE
ÉVÉNEMENTS
ARTICLES RÉCENTS
NOUVEAUTÉS
Nike ZoomX Dragonfly
Disponible maintenant

Découvrez l’offre sur la
Nike ZoomX Dragonfly

adidas ultra boost 21
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
Nike ZoomX Vaporfly Next% 2
asics metaspeed sky
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
Asics MetaSpeed Sky
NOUVEAUTÉS
Nike ZoomX Dragonfly
Disponible maintenant

Découvrez l’offre sur la
Nike ZoomX Dragonfly

adidas ultra boost 21
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
Nike ZoomX Vaporfly Next% 2
asics metaspeed sky
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
Asics MetaSpeed Sky

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme et du running !