Menu

Saint-Pol – Morlaix : C’est allé vite pour Fadouwa Ledhem !

La Française Fadouwa Ledhem s’est imposée ce dimanche sur le 10 km entre Taulé et Morlaix dans l’excellent chrono de 32’35 tandis que Félix Bour (28’41) a pris une belle deuxième place derrière le Marocain Mohamed Moustaoui (28’33). Le Kényan Andrew Kwenoi a remporté le semi-marathon Saint-Pol – Morlaix. Mais ils étaient loin d’être les seuls à courir. Environ 5500 personnes ont parcouru les deux courses dans une ambiance de fête. Récit de la 47e édition de l‘une des courses les plus populaires de Bretagne qui a une nouvelle fois été un beau succès.

A 13h30, la pression monte et la musique gagne en rythme. Les athlètes bouillonnent d’impatience malgré la pluie et le vent qui s’invitent à la fête. Mais les runners bretons, c’est bien connu, aiment les situations extrêmes. A 13h50, les 3 000 coureurs s’élancent à l’assaut des 10 km entre Taulé et Morlaix. Nous avons suivi sur une moto de presse l’avancée de la course et l’ambiance tout au long du parcours. Si certains étaient là pour leur seul plaisir, il y avait, dans ce peloton hétéroclite et déguisé, des routards venus jouer la gagne. Ainsi que le chrono sur un parcours favorable : quatre kilomètres de plat, suivis d’une descente de deux kilomètres, puis d’un léger faux plat le long de la rivière de Morlaix.

.
Mohamed Moustaoui effraie la concurrence 

Sous une météo plutôt bretonne, la bataille faisait rage avec un peloton garni de prétendants. Parmi eux, le Rennais Jawad Abdelmoula (3e en 28’46) prenait la poudre d’escampette dès le départ : « Au bout d’un kilomètre, je me suis dit qu’il fallait y aller ! J’avais de bonnes jambes et de bonnes sensations. J’ai fait ma course, je ne me sentais pas en surrégime. Dans la descente je me sentais bien et j’ai même pu relancer. Finalement j’ai fait sept bornes en tête ».

Mais juste après la descente en arrivant au sixième kilomètre, le spécialiste du triathlon a baissé de rythme, se faisant reprendre par le futur vainqueur Mohamed Moustaoui qui a fait ensuite un cavalier seul jusqu’à la ligne d’arrivée : « L’objectif c’était la victoire ! Je suis un spécialiste du 1500 m (record en 3’32″08) donc la stratégie c’était de rester dans le peloton dans la première moitié de course et ensuite d’accélérer progressivement dans les trois derniers kilomètres ». Le Marocain licencié à l’Association des Coureurs de Fonds s’impose en 28’33 et confirme ainsi après sa victoire au 10 km de Cholet le week-end dernier en 29’48.

.

.
Fadouwa Ledhem prend sa revanche après Vannes

Ce dimanche, Fadouwa Ledhem s’alignait pour la première fois sur cette course. Le sociétaire de l’EA Cergy-Pontoise s’est envolée dès le premier kilomètre pour faire cavalier seul devant et s’est visiblement fait plaisir sur un parcours très roulant qui lui sied bien : « Je suis parti pleine balle ! » dit-elle en souriant. De retour depuis deux jours d’un stage de quatre semaines au Centre d’entraînement de Font-Romeu à 2000 m d’altitude, elle a visiblement passé un cap important : « Je suis coachée depuis septembre par Christelle Daunay qui me met dans une dynamique très positive. On voulait voir où j’en étais ». L’internationale tricolore qui a été prise au quatorzième kilomètre d’un malaise, victime des 30° au thermomètre, lors des France de semi-marathon à la mi-septembre, avait une revanche à prendre en Bretagne : « Je l’ai mal vécu physiquement et psychologiquement. Je suis tellement rancunière que je voulais réaliser un chrono aujourd’hui  ».

Un mois et demi après cette mésaventure, la championne de France du 10 000 m cette année à Pacé avait les crocs : «  J’avais envie de courir en compétition ». Derrière elle, on a pu assister à une belle bagarre entre l’Éthiopienne Banetirga Zinash Estifo (33’31) et la représentante de l’A3 Tours Julie Chuberre (33’40) pour les deux autres marches du podium.

Inscrivez-vous à notre newsletter