Menu

Solène Ndama : « J’adore les épreuves combinées »

Tout de rose vêtue pendant l’interview, Solène Ndama voit la vie dans cette couleur ces derniers temps. Auteur de la quatrième meilleure performance française à l’heptathlon juniors (5657 points), la Bordelaise revient pour www.stadion-actu.fr sur ces deux jours de compétition et se confie sur son avenir. Cette performance, à seulement 19 ans, est porteur de superbes promesses. Quelques minutes après la fin de son 800 m, la recordwoman de France juniors du pentathlon voulait juste savourer son bonheur, et sa bonne humeur était communicative.

.

Solène, vous avez semblé tout contrôler, du 100 m haies jusqu’au 800 m au cours de cet heptathlon…

C’était un superbe week-end. J’ai bien contrôlé la première journée mais la deuxième a été un peu plus compliquée, comme à chaque heptathlon. J’ai une faiblesse en longueur et au javelot. En longueur je suis allez loin de mon record (5,71 contre 5,98 m). Pareil au lancer du javelot, je suis à quatre mètre de mon record (32,51 m contre 36,65 m). Je ne m’attendais pas à faire ce total, je pensais faire un peu mieux. Ce n’est pas que je suis surprise de la première place mais après la longueur, je sens que ça lâche un peu mentalement. Je sens qu’Élisa (Pineau) reprend un peu le dessus. Plus on avance dans l’heptathlon et plus je remarque qu’elle a de plus en plus de confiance en elle. Ce titre me tenait à cœur parce que j’ai remporté celui de l’hiver avec un beau record. Je suis très contente de mon total, malgré les deux contre-performances à la longueur et au javelot. J’espère que ça se passera de même aux Championnats d’Europe.

.

Justement, comment avez-vous abordé votre duel avec Élisa Pineau ?

Élisa, c’est tout d’abord une copine mais quand on est ensemble dans une course ou un concours, on reste toutes les deux bien concentré. On aime bien rester à côté l’une de l’autre, ça nous arrive de parler, d’éprouver nos peurs respectives et de nous raconter ce qu’on aimerait réaliser, cela nous donne un peu plus de confiance. C’est une concurrence qui est très seine, on se pousse vers le haut.

.

Vous attendiez-vous à battre largement des records personnels sur certaines épreuves ?

A la longueur je pensais que j’avais une marge de progression mais ça ne s’est pas fait. Au javelot également mais ce n’est pas très grave, ça va venir tout doucement. Je bats mon record au 800 m en réalisant 2’18″91, mon ancien était de 2’21 (2’21″29) donc je suis contente. D’autant plus que je n’ai pas craqué et terminé dans le rouge. Je n’ai vraiment rien lâché parce que je suis venue ici pour réaliser un beau total. Le record de France ? Je n’y ai jamais pensé. J’étais assez sereine, je ne voulais pas me prendre la tête. J’ai abordé le championnat exactement dans le même état d’esprit que cet hiver. Les 6000 points étaient dans un coin de ma tête. Pour y parvenir, il fallait que j’approche ou que je batte tous mes records. Je pense que je n’étais pas forcément prête ce week-end. Si un jour je veux franchir cette barrière il faudra être présent le jour-J.

.

Avec 13″25 sur 100 m haies, vous avez largement réalisé les minima pour les Europe juniors fixés à 13″60. Pourriez-vous doubler 100 m haies et heptathlon à Grosseto ?

La Fédération ne voudra pas que je participe aux deux épreuves. Je me retrouve dans la même situation qu’en cadette lors des Championnats du Monde à Cali où j’étais qualifiée sur le 100 m haies et l’heptathlon. J’avais privilégié les épreuves combinées et je pense que c’est ce que je vais encore faire cette année. J’aime bien les haies et on me demande souvent si je pense à me spécialiser dans cette épreuve. Honnêtement, ça ne m’intéresse pas du tout pour l’instant. On verra à partir de l’année prochaine si je me spécialise. C’est une épreuve importante dans un heptathlon. Nous estimons que la travailler d’avantage n’était pas une si mauvaise idée. Mes ambitions pour Grosseto ? J’ai de belles ambitions pour cette compétition. Je sais que les filles devant moi sont très fortes parce qu’il faut faire plus de 6000 points pour monter sur le podium. L’objectif sera de battre mon record et de faire un bon 5900-6000, je serais ravie. Je vais mettre l’accent à l’entraînement notamment sur le javelot, le poids et à longueur. Je vais régler ma course parce que j’ai un problème dans mes marques. C’est dommage parce qu’à l’entraînement tout se passe bien.

.

On ressent chez vous beaucoup de plaisir dans la pratique de l’heptathlon…

J’adore les épreuves combinées, ça fait que trois ans que je baigne dedans. Je m’éclate toujours aux Championnats de France, ce sont toujours de super moments. C’est toujours un plaisir d’apprendre sur toutes les épreuves de l’athlétisme. Grâce à l’heptathlon tu pratiques des épreuves que tu n’aurais sûrement jamais eu l’occasion de faire. Dans tous les cas, même si je me spécialise, je participerai toujours au pentathlon l’hiver, c’est une certitude.

Inscrivez-vous à notre newsletter