Menu

Titre et record d’Europe pour Kévin Mayer

En étant sacré champion d’Europe de l’heptathlon avec 6479 points, Kévin Mayer a fait forte impression ce week-end à Belgrade. Particulièrement attendu, le vice-champion olympique du décathlon affichait comme à son habitude un double visage. La décontraction, le calme hors de la piste laisse la place à l’affamé, l’explosif, la vraie « bête » de compétition sur la piste. Qualifié d’office par ses performances 2016, il se présente pour la première fois dans un championnat international senior avec la pancarte de favori dans le dos. Un statut largement assumé. Récit de deux journées riches en émotions.

C’est l’heptathlon des records pour un Kévin Mayer au sommet de son art. Il décroche le titre de champion d’Europe, en réalisant la deuxième meilleure performance mondiale de tous les temps. Il s’offre en prime le record d’Europe de la discipline la plus exigeante en salle, propriété de Roman Sebrle depuis 2004 avec 6438 points. Pour signer cette remarquable performance, le 4ème des Mondiaux de Moscou a réussi deux journées homogènes. Il a notamment égalé ou battu cinq records personnels en salle (60m, 60m haies, longueur, hauteur et perche). 

Première journée : 125 points d’avance sur son dauphin

Sur la piste de Belgrade, Kévin Mayer affiche d’entrée une forme étincelante. Hier sur 60m, il égalait son record en 6″95 et passe pour la première fois sous les 7 secondes cet hiver. Dans le bac à sable de la Kombank Arena, le champion du monde juniors s’envole à 7,54 m lors de son deuxième essai. Il a ensuite enchaîné avec le lancer du poids et là encore, le Lion a rugi. En expédiant son boulet à 15,66 m, le protégé du duo Jean-Yves Cochand et Bertrand Valcin améliore sa marque de l’année avec une performance de haut niveau.

Pour clôturer une journée réussie, inspiré par la victoire de Floria Gueï au même moment, il bondit à 2,10 m. Une hauteur qu’il n’avait plus atteinte depuis 2010. Pour la petite anecdote, le natif d’Argenteuil s’offre le luxe de n’enlever son collant qu’à 2,04 m pour effacer cette barre à sa première tentative. Il décide alors d’arrêter son concours et de rejoindre l’hôtel afin de récupérer. A trois manches du terme, le Français compte 125 unités d’avance sur l’Espagnol Urena et 179 sur le Tchèque Helcelet. 

Deuxième journée : en tête de bout en bout

Kévin Mayer garde la distance avec ses poursuivants après un 60m haies record. En avalant les 5 obstacles en 7″88 il pulvérise son record de treize centièmes grâce un départ en sept appuis bien maîtrisé. Il enchaîne avec le saut à la perche, une épreuve où il excelle tout particulièrement. Il continue sur un rythme effréné, survolant le concours. Le recordman de France du décathlon a patiemment attendu que la barre monte à 5,20 m pour commencer. Après une entame parfaite à 5,20 m et 5,30 m, le recordman de France du décathlon, bien dans ses marques égale son record personnel à 5,40 m avec une marge conséquente. Avant de connaitre trois échecs à 5,50 m. 

Il a ensuite bouclé le 1000m avec un très honorable 2’41”08. Un chrono qui lui permet d’obtenir la médaille d’or et de battre le record d’Europe (6479 points). Le record du monde reste au maître de la discipline Ashton Eaton (6645 points) établi en 2012 lors des championnats du monde en salle d’Istanbul.

 

Comparaison des performances : Kévin Mayer / Roman Sebrle
 .
60m : KM (6″95 – 900 points) / RS (6″97 – 893 points)
Longueur : KM (7,54 m – 945) / RS (7,96 m – 1050)
Poids : KM (15,66 m – 830) / RS (16,28 m – 869)
Hauteur : KM (2,10 m – 896) / RS (2,11 m – 906)
60m haies : KM (7″88 – 1012) / RS (7″95 – 994)
Perche : KM (5,40 m – 1035) / RS (4,80 m – 849)
1000m : KM (2’41″08 – 861) / RS (2’39″67 – 877)
 
Le spécialiste des épreuves combinées est devenu en quelques mois l’un des chefs de file de l’Equipe de France. Et Kévin n’hésite pas à demander conseils et expertises auprès des meilleurs athlètes de chaque discipline en France pour atteindre la perfection technique. Et pas des moindres. Mélina Robert-Michon au disque et encore Renaud Lavillenie à la perche.

Arthur Dirou

Rédacteur / Administrateur