Menu

Championnats d’Europe en salle : De belles promesses pour l’avenir

Les trois Français Djilali Bedrani (4e), Jimmy Gressier (7e) et Yoann Kowal (9e) n’ont pas réussi à monter sur le podium du 3000 m. Pour leur première finale dans un grand championnat, Fabrisio Saidy, sur 400 m, et Amaury Golitin, sur 60 m, ont répondu présent au-delà de toutes les espérances. En patronne, Rénelle Lamote s’est ouverte la porte de la finale du 800 m. Basile Rolnin n’est plus que jamais dans la course à la médaille à l’heptathlon.

Pas de podium pour les Français sur 3000 mètres ! Malgré trois représentants en finale aux championnats d’Europe en salle, les fondeurs tricolores n’ont pas pu monter sur la boîte. Le Norvégien Jakob Ingebrigtsen, champion d’Europe du 1 500 m et 5 000 m l’été dernier à Berlin, a ajouté une nouvelle ligne à son jeune palmarès (18 ans), avec un chrono de 7’56″15. Son frère aîné Henrik Ingebrigtsen a pris la troisième place, devancé de trois millièmes par le Britannique Chris O’Hare. Premier Français, Djilali Bedrani a échoué à une seconde et 21 centièmes du podium : « C’était la bagarre aujourd’hui. A un moment donné, quand ça part, je ne suis pas dans le coup. C’est difficile de se placer dans des courses comme ça, où ça pousse de partout. La quatrième place est une déception. J’ai le niveau pour faire une médaille. Mais j’ai passé un cap par rapport à Berlin. Il faut regarder le positif. Je vais continuer à m’entraîner dur et ça va payer ». Jimmy Gressier a lui pris la septième place en 8’00″89. Yoann Kowal, qui a tenté de dynamiter la course à mi-course, a payé cher son effort et a terminé neuvième en 8’02″85.

.
Saidy et Golitin finalistes

Pour sa première sélection chez les seniors, Fabrisio Saidy (19 ans) n’avait rien à perdre en finale et il s’est classé cinquième en 46″80, signant après trois courses dans les jambes un chrono proche de son record personnel (46″67). Pas de podium certes, mais la satisfaction d’avoir montré qu’il faudra désormais compter sur lui en compétition internationale : « Je n’étais pas assez fluide dans le premier tour. J’étais un peu crispé. Je perds beaucoup d’énergie. Je pensais pouvoir remonter dans la dernière ligne droite. Mais ils étaient très fort, un niveau au-dessus. Au final, j’ai fait le plein d’expérience avec ces trois courses. Il va vraiment falloir que je travaille pour pouvoir rivaliser avec les meilleurs ». Sur la ligne droite, Amaury Golitin s’empare d’une très belle sixième place en 6″67. Une performance pourtant loin de le satisfaire tant le podium semblait si proche : « C’est frustrant, c’était ouvert. 6’’61 (le chrono du deuxième, le Turc Barnes), ça n’était pas un chrono inaccessible pour moi. J’ai essayé de m’engager et je me suis vraiment crispé. La finale était le premier objectif, qui a été atteint. C’est bien. Je fais un gros big up à toute la Guyane ». Toujours sur 60 m, déception lors des demies pour Carolle Zahi (6e en 7″35) et Marvin René (4e en 6″71) qui n’ont pu s’inviter à la grande explication.

.
Rénelle Lamote marque les esprits

Rénelle Lamote remporte en patronne sa demi-finale du 800 m en 2’02″94 et se qualifie pour la finale de demain. Partie dans la foulée de la Lettone Velvere, la Francilienne a pris les commandes à mi-course et a montré une belle aisance dans la dernière ligne droite. A noter l’élimination dans la première demie de la double championne d’Europe en titre, la Suissesse Selina Buchel : « Je suis trop contente ! C’est trop cool ! Depuis le début de la saison, j’étais tout le temps en train de me justifier : oui, j’ai été malade… Là, j’ai vraiment eu la sensation que j’étais sortie de tout ça. Je sens que tout se met en place en course. Thierry (Choffin, son entraîneur) m’avait dit : il faut que tu sois offensive. Je sentais que les filles ne savaient pas trop ce qu’elles faisaient, donc j’ai voulu courir. C’est hyper rassurant pour demain. Avec une course comme celle-ci, je me dis qu’il faudra courir pour l’or. Je n’ai pas le choix. J’ai tendance à faire de belles demies. Mais je ne veux pas être juste une très belle coureuse de demi-finales ».

Quatrième place en 1’49″48 pour Aymeric Lusine en demi-finale du 800 m, qui ne sera donc pas au départ de la finale. Le champion de France Elite en 2016 à Angers n’a rien à se reprocher. Parti prudemment lors d’une course marquée par la chute de deux concurrents, il s’est replacé à mi-course mais a manqué d’un peu de jus dans le dernier tour. La victoire est revenue à l’Espagnol Mariano Garcia en 1’48″84.

.
Basile Rolnin dans le coup

En l’absence de Kevin Mayer, c’est Basile Rolnin qui représente la France durant ces deux jours de compétition à l’heptathlon. Après quatre épreuves, le Lillois occupe la quatrième place provisoire avec 3397 unités et reste donc totalement dans la course à la médaille. Après avoir couvert le 60 m en 7″13, il a enchaîné avec un bond à 7,44 m à la longueur, puis amélioré sa marque de référence au poids avec 15,17 m et enfin s’est envolé à 2,04 m à la hauteur. Si pour son premier grand championnat, le combinard tricolore a fait le voyage pour accumuler de l’expérience, il pourrait bien monter sur la boite en cas de grosses performances demain : « Je fais une première journée assez solide. Je bats mon record au poids, mais je suis un peu frustré par le 60 m et la longueur, où je n’arrive pas à faire de performances de pointe par manque d’expérience. A la hauteur, je suis beaucoup gêné par mes deux chevilles mais je réussis à me surpasser avec l’adrénaline et le public. Il y a encore beaucoup d’obstacles avant de pouvoir penser au podium ». C’est actuellement le Britannique Tim Duckworth qui mène la danse avec 3533 points.

Inscrivez-vous à notre newsletter