Menu

Championnats d’Europe espoirs : Cynthia Leduc en argent, Laura Valette en bronze

La médaille d’argent de Cynthia Leduc sur 100 m et la médaille de bronze de Laura Valette sur 100 m haies ont illuminé la deuxième journée des Championnats d’Europe espoirs de Gävle (Suède) pour le camp français.

Avec une médaille d’argent, Cynthia Leduc a-t-elle raté son rendez-vous continental ? Non. Que pouvait-elle faire face à l’incroyable Polonaise Ewa Swoboda, titrée sur 100 m en 11″15 ? Pas grand-chose, en vérité. La sociétaire du SCO Ste Marguerite Marseille est montée sur la deuxième marche du podium en 11″40 (+1,8 m/s) et n’a rien pu faire face à la championne d’Europe du 60 m de Glasgow cet hiver : « Je suis hyper contente car je visais le podium et j’y suis. J’aurai préféré faire mieux au niveau du chrono mais bon. Le départ n’est pas mon point fort mais c’était quand même mieux qu’en demie ! J’ai essayé de m’appliquer et de l’assurer car je sais que derrière j’ai une bonne fin de course. Il reste le relais avec les filles, on va essayer de faire de belles choses. Le collectif c’est vraiment cool ! », a-t-elle expliqué au micro de la FFA. Toujours sur la ligne droite, pas de podium pour Amaury Golitin qui termine septième de la finale du 100 m en 10″38 (+2,2 m/s). Le titre revient au Suédois Henrik Larsson en 10″23.

.
Les hurdleuses au top

Depuis plusieurs années, il n’est pas rare de voir trois Français en finale d’un grand championnat sur les haies hautes, des Françaises très rarement. Les espoirs tricolores Pauline Salies, Laura Valette et Sacha Alessandrini, ont décidé de rompre avec cette mauvaise habitude en s’invitant toutes les trois pour la grande fête. Respectivement aux couloirs 2, 3 et 4, les hurdleuses tricolores ont rempli leur contrat. On l’attendait sur le podium. Elle a su y grimper. Et apporter à la France sa troisième médaille. Laura Valette a conservé son rang du bilan des engagées où elle était troisième en s’offrant la breloque bronzée en 12″97, à trois centièmes de son record personnel et à cinq centièmes des minima pour les Mondiaux de Doha : « Je suis vraiment contente de cette médaille car je n’en avais encore jamais fait en espoirs. Je me suis rendue compte où j’étais vers la quatrième haie environ. Je voyais les filles devant mais c’était compliqué parce que je n’étais pas vraiment à la bagarre avec elles. Je fais quelques petites fautes mais cela reste correct. J’espère faire les minima pour les Mondiaux de Doha aux championnats de France élite et que cela soit une belle bagarre avec les filles ».

Comme l’année dernière aux Mondiaux juniors Sacha Alessandrini a terminé quatrième en 13″12, son nouveau record personnel, tandis que Pauline Salies s’est classée huitième en 13″53. C’est la Biélorusse Elvira Herman qui décroche le Graal en 12″70, la meilleure performance européenne dans la catégorie alors que la Polonaise Klaudia Siciarz s’est emparée de l’argent en 12″82. C’est assez rare pour être souligné. Seulement trois nationalités étaient représentées lors de cette finale. Y figurent 3 Françaises, 3 Biélorusses et 2 Polonaises. Un peu plus tôt dans l’après-midi, leur homologue masculin Romain Lecoeur (4e en 13″96) et Just Kwaou-Mathey (3e en 13″97) n’ont pas trouvé les clés en demi-finales pour intégrer le top 8 sur 110 m haies.

.
Saidy, Tual et Chaussinand sont prêts pour la grande explication

Quid de Fabrio Saidy ? Le favori du 400 m a contrôlé dans les grandes largeurs la première demie. Un premier 300 m assuré, une ligne droite tranquille avec des coups d’œil sur sa gauche, manifestant sa supériorité, et un chrono de 46″34 : « Cela s’est très bien passé, je me suis beaucoup mieux senti qu’hier. J’avais dit que je ne voulais plus perdre, aujourd’hui je n’ai pas perdu et demain on va essayer de faire la même chose. J’ai fait une course propre, j’ai retrouvé mes sensations de Châteauroux et j’espère les garder pour demain ». La mission s’annonce compliquée pour ses concurrents : « Même si je suis le meilleur performeur européen, sur une finale il n’y a pas de favori et je vais tout donner pour la médaille d’or ». Vivement demain !

Le demi-fond français se porte plutôt bien depuis le début de ce rendez-vous continental et Gabriel Tual (1’49”65) l’a encore prouvé en franchissant la ligne d’arrivée à la troisième place, directement qualificative pour la finale européenne, en 1’49″65 :  « Ce n’était pas facile, il pleut et il fait froid, en France on avait quarante et là il fait dix degrés. Il faut savoir gérer surtout qu’en chambre d’appel on reste longtemps assis et on a le temps de se refroidir. Je suis troisième et je me qualifie direct c’est bien. Je suis content ». Le Suédois Andreas Kramer, détenteur de la meilleure performance européenne de l’année chez les espoirs (1’45″33), est passé à la trappe : «Tout le monde aura sa chance après-demain en finale, c’est du 800 m. On verra. En tout cas je vais jouer la gagne ».

Au marteau, Yann Chaussinand n’a pas dépassé les 70,50 m qualificatifs pour la finale mais le Français a montré qu’il était en forme. Dès son premier essai, le Clermontois a expédié son engin à 69,73 m pour prendre la cinquième place des qualifications : « Les conditions étaient un petit peu difficiles, il a plu, il fait froid… J’ai réussi à mettre un premier jet qui m’a bien placé après j’ai essayé de faire mieux mais je n’ai pas réussi ! C’était un peu dur de lancer à 9h du matin même si je m’étais entraîné pour cela ». Hélas, Enguerrand Decroix-Têtua dû se contenter de la treizième place des qualifications et est le premier non qualifié pour la finale avec un jet à 66,82 m, à dix-neuf centimètres du douzième et dernier qualifié, le Finlandais Aleksi Jaakkola (67,03 m).

.
3/3 pour les steeplers, 2/3 pour les perchistes

Le steeple et la perche sont deux des épreuves prolifiques en médailles. Les deux disciplines étaient également programmées en même temps ce vendredi après-midi. Mention spéciale aux spécialistes des barrières Alexis Phelut et Anthony Pontier qui décrochent leur ticket pour la finale du 3000 m steeple en terminant respectivement troisième (8’56”22) et cinquième (8’57”21) de la première série. Dans le seconde série, Louis Gilavert a rejoint ses camarades en finale du 3000 m steeple après avoir pris la deuxième place en 8’56″24. Rendez-vous dimanche à 17h40 : « Il fallait essayer de rester caché pour s’économiser un maximum sans prendre trop de risques non plus. C’est pour cela que je suis resté devant. A 500 m de l’arrivée je voulais un peu me tester, en mettre une petite pour voir ce que cela allait donner. J’ai vu que cela avait fait le trou derrière donc j’ai fini relativement tranquillement. L’objectif en finale c’est vraiment de faire un et deux avec Louis, cela serait une déception pour nous deux de ne pas le faire. On a un petit peu de marge mais il faut toujours se méfier », a expliqué Phelut après sa course. Deux sur trois pour les Bleuettes à la perche. Si Alix Dehaynain (4,05 m) a vu la porte de la finale de dimanche se fermer pour dix centimètres, Alice Moindrot (4,25 m) et Charlotte Iva (4,15 m) ont validé avec brio leur billet pour la finale.

.
Emeline Delanis au rendez-vous
Superbe performance d’Emeline Delanis qui se hisse au cinquième rang du 10 000 m en 33’48″64, son record personnel : « Tout s’est bien passé durant la course. On était un petit peloton et j’ai pu rester avec les filles même quand cela a un peu accéléré j’ai réussi à rester avec le groupe. Le seul souci c’est quand l’Allemande nous a doublé ce n’était plus affiché le bon nombre de tours et je ne savais plus trop où j’en étais. J’aurai pu faire peut être un peu mieux mais je fais cinquième avec mon record donc je suis contente ». L’Allemande Alina Reh a survolé les débats en 31’39″34, record des championnats.
.
Cap sur les demi-finales

Pour le reste, cette deuxième journée des Championnats d’Europe a vu l’équipe de France alterner le bon et le moins bon. Côté bonne nouvelle, Victor Coroller (51″10) et Wilfried Happio (51″32) se qualifient pour les demi-finales du 400 m haies en prenant la troisième place de leur série respective : « C’était une série, l’essentiel était de passer et demain il faudra accélérer. Les conditions étaient bretonnes on va dire ! Cela ne m’a pas dérangé mais j’espère que cela ira quand même un peu mieux demain », explique le premier nommé. L’aventure s’arrête là pour Nina Brino, cinquième en 59″87, et Lucie Kudela, sixième en 60″38. Des chronos insuffisants pour prétendre à une place en demi-finale à l’inverse d’Iman Jean (4e en 59″17) qui s’est qualifiée au temps pour le tour suivant. Les autres qualifications du jour sont venues du 200 m, où Sarah Richard Mingas (23″40), Estelle Raffai (23″79) et Marine Mignon (24″00), chez mes femmes, ainsi que Ryan Zeze (20″88), Loic Prévot (20″93) et Max Sirguey (21″23), chez les hommes, ont gagné leur place en demi-finales. Initialement deuxième de sa série du 400 m en 53″15, Diana Iscaye a été disqualifiée pour avoir posé des appuis sur la ligne intérieure. Sa camarade Kalyl Amaro ne sera pas non plus en finale du tour de piste après avoir pris la quatrième place de sa série en 54″00. Petite déception, en revanche pour Ilionis Guillaume, onzième de la finale du triple saut avec un troisième bond à 12,89 m (+1,3 m/s), après avoir mordu ses deux premières tentatives. Laura Valette Laura Valette Laura Valette Laura Valette Laura Valette Laura Valette Laura Valette Laura Valette

Enfin, à l’heptathlon, Cassandre Aguessy Thomas n’a pas démérité avec une quatorzième place grâce à un total de 5535 points. Sa coéquipière Célia Perron s’est classée dix-septième avec 5514 points. Un résultat loin de leurs ambitions mais elles se seront tout de même battues jusqu’au bout. Lors de l’ultime épreuve, Célia Perron a bouclé son 800 m en 2’12″49 et Cassandre Aguessy Thomas en 2’21″69, nouveaux chronos de référence pour les deux combinardes. La victoire revient à la Suissesse Géraldine Ruckstuhl avec 6274 unités. 

Suivez la compétition sur www.european-athletics.org.

Inscrivez-vous à notre newsletter