Menu

Championnats d’Europe juniors : Les Bleuets prennent leur élan

Marie-Julie Bonnin, en argent à la perche, a remporté l’unique médaille de la délégation française ce dimanche. Cette dernière journée des Championnats d’Europe juniors à Boras (Suède) a été marquée par le nouveau record de France du 10 000 m marche de Pauline Stey. Ashley Bologna, Thomas Gogois et Shana Grebo ont terminé au pied du podium.

A l’issue d’un très beau concours de la perche, Marie-Julie Bonnin a décroché la médaille d’argent avec 4,16 m. La Bordelaise semblait être dans un bon jour. Auteure d’un sans-faute à 3,91 m, 4,06 et 4,16 m, la championne de France juniors n’avait jamais sauté aussi haut (record à 4,15 m). La perchiste de 17 ans a eu la très bonne idée d’enrouler un premier saut à 4,16 m, une barre qui tremble mais qui reste sur ses taquets. Et c’est à la faveur de cette hauteur franchie dès sa première tentative qu’elle monte sur la deuxième marche du podium : « C’est l’euphorie, ce n’est que du bonheur ! Je ne m’y attendais pas du tout. Mais quand j’ai passé 4,16 m avec un concours tout propre je me suis dit que j’avais quelque chose à jouer. Cela confirme l’état dans lequel j’étais en qualifications. La pluie ne m’a pas perturbée, j’étais prête. Je savais qu’il allait pleuvoir et je l’ai appréhendé la finale d’une bonne manière contrairement à d’autres peut-être. Techniquement j’ai encore beaucoup de choses à apprendre mais avec de la détermination on peut toujours y arriver. Je vais fêter cela comme il faut mais la saison n’est pas finie, je serai aux Elite la semaine prochaine. » a-t-elle expliqué au micro de la FFA. Dans un concours remporté par la Russe Aksana Gataullina (4,36 m), Louise Greco s’est emparée de la neuvième place avec 3,91 m tandis qu’Elina Giallurachis a échoué par trois fois à 3,91 m pour sa barre de rentrée.

.
Pauline Stey au rendez-vous

L’équipe de France a compilé quatre places de quatrième ce matin. Bien sûr, avoir la médaille en chocolat est toujours un brin frustrant mais ce cacao-là est carrément exquis. Quatrième du 10 000 m marche, Pauline Stey n’a absolument rien à se reprocher, bien au contraire. Sur le papier, avec un record personnel de 49’00″85, la Savernoise n’était pas destinée au podium. En 47’09″85, elle a explosé son record personnel de près de deux minutes et établit ainsi une nouvelle marque nationale chez les juniors. La championne de France de la distance à Angers efface des tablettes Melissa Rodriguez qui, en 2000, avait couvert la distance en 47’57″88. Et encore, en altitude, à Santiago du Chili. La Turque Meryem Bekmez s’est imposée en 44’44″50 tandis que Camille Moutard termine neuvième en 48’31″01, nouveau record personnel. Chez les juniors garçons, Mattéo Duc termine à la onzième place de la finale du 10 000 m marche en 43’59″05.

.
Ashley Bologna, la médaille pour bientôt

La seconde médaille en chocolat de la matinée revient à Ashley Bologna dont la finale du poids s’est terminée sur un goût amer. La recordwoman de France juniors (16,78 m) expédie son boulet en acier à 15,54 m dès sa première tentative et occupe le troisième rang provisoire. Un classement qu’elle va conserver jusqu’au sixième et dernier essai de l’Islandaise Erna Soley Gunnarsdottir qui réalise 15,65 m et la déloge de la troisième place. La protégée de Sandra Lambrani est déconcentrée et terminera par une tentative à 14,44 m. Cruel dénouement donc pour la Calédonienne qui était assurée de remporter le bronze au minimum si elle n’avait été devancée par Gunnarsdottir : « Je suis déçue. C’est un peu dur. Les conditions climatiques ne m’ont pas trop aidée. Techniquement mon déplacement dans le cercle n’était pas très bien exécuté. J’avais toujours espoir sur le dernier essai mais cela ne l’a pas fait. On va essayer de prendre le positif pour revenir plus forte l’année prochaine ». Troisième du disque il y a deux jours, Amanda Ngandu-Ntumba a réalisé 14,80 m et se classe septième de la finale.

Au triple saut, Thomas Gogois a connu le même scénario défavorable qu’Ashley Bologna. Au sixième essai, le Biélorusse Mazheika vient pulvériser son record personnel pour retomber à 16,22 m et venir le priver d’un podium européen. Le Français termine quatrième avec toutefois une nouvelle marque de référence à 15,84 m (+0,9 m/s) juste devant son camarade Alexandre Malanda (15,54 m). Quelques minutes après la finale du poids, Shana Grébo butait à son tour sur le podium du 400 m haies. La Rennaise a joué crânement sa chance pour une médaille en prenant un départ canon avant de piocher dans la dernière ligne droite. Ses quelques piétinements à l’approche des trois derniers obstacles lui coûtent la breloque, elle a eu le mérite de ne rien lâcher pour décrocher une méritoire quatrième place en 57″57, un chrono synonyme de record personnel (58″30) : « Je ne peux pas être déçue car j’ai explosé mon record et le faire après déjà deux courses dans les jambes en deux jours c’est énorme. Je suis super contente de moi mais forcément la médaille j’étais venue pour cela et finir au pied du podium cela fait mal. C’était le jeu, je n’ai pas lâché, je me suis accrochée jusqu’au bout mais les filles étaient plus fortes. Je n’ai peut-être pas assez attaqué mes dernières haies, tant pis pour moi. Mais bon faire 57’’57… je ne peux pas cracher dessus ».

.
Les demi-fondeurs placés

Manon Trapp a terminé à la septième place du 3000 m en 9’34″49. Après un départ groupé, la sociétaire de l’AC Boulogne Billancourt reste aux avant-postes jusqu’à deux tours de l’arrivée. Là, elle décide de lancer véritablement la course et hausse le tempo. La demi-fondeuse tricolore prend les devants, qu’elle garde jusqu’à environ 500 mètres de l’arrivée, et est dans le coup pour le podium. Mais quand les favorites augmentent l’allure, la championne de France juniors de cross est définitivement décrochée. Toujours sur 3000 m mais avec des barrières, Ibrahim Oussaa à terminé neuvième en 9’12″77 tandis que sur 5000 m, Etienne Daguinos a coupé la ligne au vingt-et-unième rang en 15’08″83 sous la pluie. Sur 1500 m, Bérénice Fulchiron s’est classée huitième en 4’30″41, quatre rangs devant Emile Girard (4’33″39). Taylor Minos (2,05 m) et Maëlly Dalmat (5,78 m) repartent de la Suède avec la cinquième place à la hauteur et la onzième place place à la longueur.

Le quatuor du 4×400 m masculin (Jack Olivier, Eddy Leech, Hugo Baudu et David Sombe) n’a pas réussi à rééditer sa belle performance de la série. En 3’08″81, il termine cinquième à quinze centièmes du podium. La Turquie remporte le Graal en en 3’08″34. Même résultat pour le 4×100 m féminin (Marie-Ange Rimlinger, Judy Chalcou, Déborah Giffard et Gemima Joseph) qui n’a pas réussi à s’inviter à la fête dans le temps de 44″67, d’une course survolée par la Grande Bretagne (44″11). Désillusion pour le 4×100 m masculin (Aurélien Larue, Paul Tritenne, Paul Lada et Aymeric Priam) qui, après avoir remporté sa série en 40″15, a été disqualifié suite à la chute de Paul Tritenne qui a alors gêné l’athlète du couloir voisin. Les Bleuets rentrent avec sept médailles dans leur escarcelle (une en or, trois en argent et trois en bronze).

NOS ÉVÉNEMENTS

Inscrivez-vous à notre newsletter