Menu

Marathon de Nantes : Wilson Kebenei au-dessus du lot

Plus de 3 700 coureurs se sont élancés ce dimanche dans les rues de Nantes pour parcourir les 42,195 km du Marathon. C’est le Kényan Wilson Kebenei qui remporte l’épreuve en 2h25’10 devant Sugut Kimutai Eliud (2h28’33) et Tura Kumbi Bechere (2h29’35). La belle histoire vient des sœurs Siard, avec Émeline qui s’adjuge le marathon et Anaïs le semi-marathon.

Une chaleur étouffante, un beau parcours assez roulant agrémenté de quelques montées, un public nombreux au bord des routes, voilà ce qu’il faut retenir de la 38e édition du Marathon de Nantes, classée 6ème français. Côté performance, le Kényan Wilson Kebenei inscrit pour la première fois son nom au palmarès de la compétition de la cité des Ducs en 2h25’10. Personne n’a inquiété la performance de Pascal Fetizon (2h15’44 en 2000), recordman de la compétition. Après avoir attaqué après la mi-course, il était seul au monde sur la ligne d’arrivée à la cité des Congrès de Nantes. Le vainqueur relègue ses premiers poursuivants à plus de trois minutes : Sugut Kimutai Eliud (2h28’33) et Tura Kumbi Bechere (2h29’35).

.
Julien Cougnaud premier Français

L’épreuve nantaise a vu, comme l’édition précédente (2h29’13)Julien Cougnaud couper la ligne d’arrivée en premier tricolore. Le sociétaire de l’Athletic Club de la Roche sur Yon a sagement couru à son rythme, sans tenter de suivre le rythme des athlètes des hauts plateaux : « On avait peur qu’il fasse un petit peu trop chaud donc j’ai été plus de fois que prévu au ravitaillement. Je me suis inscrit il y a un mois donc un peu à la dernière minute. La préparation n’a pas été celle que j’espérais, je suis comme tout le monde, j’ai la famille à m’occuper. Normalement, pour un marathon je m’entraîne beaucoup plus que cela. J’ai essayé de faire le maximum avec ma forme du moment aujourd’hui et je suis plutôt content du résultat ». Il termine à une belle cinquième place en 2h33’27.

.
Les sœurs Siard brillent

En voilà une belle histoire ! Ce dimanche, lors du marathon féminin, ce ne sont pas les Kényanes qui ont créé la sensation mais bien Émeline Siard (29 ans) qui s’est adjugée la couronne en 2h51’39. A peine son épreuve terminée, elle tombe dans les bras de sa sœur Anaïs (33 ans)… qui a remporté le semi-marathon en 1h20’54, un peu plus tôt dans la matinée : « Elle a assuré aujourd’hui et je devais faire de même. Même dans nos rêves les plus fous, on n’aurait jamais imaginé ça. C’est que du bonheur ! » se réjouit la lauréate sur la plus longue distance. Fusionnelles, comme on l’imagine pour des sœurs, Émeline emploie le nous avant le je : « On a eu un hiver compliqué en ce qui concerne nos résultats, mentalement c’était dur ».

Originaires de Normandie et licenciées à l’AS Tourlaville, elles ont déjà foulé le bitume nantais ensemble, il y a deux ans, avec un avantage pour la première nommée (2h46’52 contre 2h48’44). Toutes deux n’excluent pas d’être présente l’an prochain sur la ligne de départ du marathon. Le rendez-vous est pris.

Les résultats

.

Le champion du monde du triple saut Teddy Tamgho nous a ouvert à Reims les portes de son entraînement avec son groupe de jeunes talents français de la discipline. Un reportage à découvrir, en cliquant ici.

Rédacteur

Inscrivez-vous à notre newsletter