Menu

Meeting de Marseille : Solène Ndama et Sydney McLaughlin convaincantes

Le Meeting de Marseille a livré son lot de performances avec Solène Ndama qui est passée tout près de son record personnel sur 100 m haies en 12″79 (+0,7 m/s). L’Américaine Sydney McLaughlin a réalisé la deuxième meilleure performance mondiale de l’année sur 400 m haies en 53″72. La réunion phocéenne a aussi vu Alexis Miellet sur 800 m ainsi que Djilali Bedrani, Jimmy Gressier et Azeddine Habz sur 1500 m améliorer leur marque de référence.

Solène Ndama a frappé un grand coup ce soir lors de la réunion provençale sur 100 m haies. Après ses 12″91 lors du Décastar de Talence, la spécialiste des épreuves combinées descend une nouvelle fois sous le niveau de performance requis pour le Qatar (12″92) en stoppant le chrono à 12″79, à seulement deux centièmes de son record personnel établi lors des demi-finales des Europe de Berlin l’an passé : « Je suis très contente d’avoir gagné cette course ! C’est dans des courses comme ça qu’il faut être la meilleure. Mon entraîneur m’a dit que si je faisais moins de 13 secondes c’était déjà bien ».

.
Focus sur les Europe espoirs

Heptathlon ou haies, les bonnes performances réalisées par la protégée de Laurent Moreschi dans chacune des disciplines n’influenceront pas son choix pour l’avenir. Malgré ses très bons chronos sur les obstacles, la championne d’Europe juniors du 100 m haies en 2017 continue d’affirmer qu’elle ne fera pas la bascule dans le clan des hurdleuses avant 2020. Actuellement en stage toute la semaine sur la Canebière, la Bordelaise partira lundi aux Europe espoirs de Gävle (Suède), du 11 au 14 juillet, avec de fortes ambitions dans sa discipline de prédilection : « J’aime gagner ! Ça devrait être un bel heptathlon avec l’Allemande Sophie Weissenberg qui me devance au bilan européen (6290 contre 6293 points) ». Alignée à la longueur, elle a dû se contenter d’une meilleure mesure à 6,06 m : « Il fallait prendre le concours comme une séance dans l’optique des Europe », conclut-t-elle.

.
Vicaut espérait mieux

Lors de sa présentation au public, Jimmy Vicaut a reçu une ovation qui a fait résonner l’écrin marseillais comme si on fêtait un but d’un joueur de l’OM au stade Orange Vélodrome à deux foulées de là. Le public justement est venu nombreux pour le voir exploser les compteurs. Le sociétaire du SCO Ste Marguerite aime l’ambiance du Meeting de Marseille et le prouve en revenant pour la deuxième fois consécutive. Motivé par l’enjeu et la forme optimale de ses rivaux, il s’en croyait capable. Après une série contrôlée en 10″10 (-0,8 m/s), à seulement quatre centièmes du niveau de performance requis pour les Mondiaux de Doha (10″06), on se dit qu’il va accélérer la cadence et composter son billet pour le rendez-vous planétaire.

Mais le co-recordman d’Europe n’ira pas plus vite en finale, le chrono s’arrêtant à 10″20 (-1,0 m/s). Auteur du plus mauvais temps de réaction de la course (0,198), le sprinter français n’a pas cherché à cacher sa déception d’avoir signé un tel chrono : « J’ai loupé ma mise en action. On a encore du boulot ! », a expliqué le sprinteur natif de Bondy. A trois mois des Mondiaux de Doha (27 septembre au 6 octobre), l’athlète coaché par Dimitri Demonière à l’INSEP a toutefois donné une leçon à un concurrent direct pour la médaille au Qatar, le Brésilien Paulo Andre De Oliveira (10″25), récent champion du monde avec le relais 4×100 m à Yokohama. Jimmy Vicaut garde pour objectif de briller lors du grand rendez-vous planétaire. Il n’a qu’une chose en tête : monter sur le podium.

.
McLaughlin épate encore son monde

Le public français a pu découvrir pour la première fois la nouvelle pépite venue d’outre-Atlantique, celle qui a tout pour être l’une des têtes d’affiche des prochains Mondiaux à Doha. Il faut dire que depuis son apparition sur le devant de la scène en 2016 et une participation aux Jeux olympiques de Rio à tout juste 17 ans (du jamais-vu aux Etats-Unis depuis 1972), chacune de ses sorties fait office d’événement. Sydney McLaughlin est depuis plusieurs mois la nouvelle perle du sprint mondial. Révélation de l’IAAF en 2018, l’Américaine de 19 ans n’a pas fait de détails dans la cité phocéenne avec son chrono de 53″72, deuxième meilleure performance mondiale de l’année.

Elle a relégué la Jamaïcaine Nikita Tracey, à plus d’une seconde (55″53) : « Je suis très contente de courir ici ! Le chrono est intéressant, j’améliore mon meilleur temps de la saison (54″14). Ça va me donner de bonnes bases pour continuer à monter en puissance lors de ma prochaine course qui sera à Monaco (12 juillet) ». Sydney McLaughlin a pulvérisé le record de l’épreuve détenu depuis 2015 par l’Américaine Georganne Moline en 54″50. Alors qu’elle fêtera ses 20 ans en août prochain, la hurdleuse affole déjà tous les chronos avec un temps référence de 52’75, soit tout proche du record du monde seniors détenu par la Russe Yuliya Pechonkina (52″34 en 2003).

.

Le demi-fond tricolore à la fête

S’il n’y a pas eu de nouveaux minima pour les Mondiaux de septembre, quatre demi-fondeurs tricolores ont profité d’une course rapide pour abaisser leur chrono de référence. Cela a commencé par le 800 m où Alexis Miellet a explosé son record personnel, passant de 1’46″70 à 1’45″88. En milieu de peloton tout au long de la course, le Dijonnais a su s’arracher sur la fin pour terminer deuxième, à onze centièmes du Marocain Mostafa Smaili (1’45″77) : « Je bats mon record de quasiment une seconde mais au vu du déroulement de la couse je sens que ça peut aller plus vite. On était nombreux dans la course et c’est pas évident de se faufiler dans le trafic. Je fais l’extérieur tout le dernier virage et j’ai fourni un gros effort dans la dernière ligne droite pour revenir sur les premiers ».

Dans un 1500 dominé par le Britannique Charlie Da’Vall Grice (3’34″35), Djilali Bedrani, sixième en 3’37”71 (ancien record à 3’39”30), Jimmy Gressier, septième en 3’37”83 (ancien 3’40”46) et Azeddine Habz, neuvième en 3’38″11 (ancien 3’40″21) ont eux aussi mis à mal leur marque. « C’est que du positif pour les Français puisqu’on est trois à battre notre record, on souhaitait tous répondre aujourd’hui et c’est ce qu’on a fait », se félicite Bedrani. « On était venu au Meeting de Marseille pour courir vite, ça fait plaisir d’être à la bagarre avec les étrangers mais aussi entre Français. Djilali est très costaud dans la dernière ligne droite et c’est ce qui me pousse à faire un chrono », analyse Gressier qui voit cette prestation évidemment d’un bon œil avant les Europe espoirs où il s’alignera sur 5000 m et 10 000 m.

Cynthia Anaïs a coupé la ligne d’arrivée du 800 m en troisième position en 2’01”41, après avoir longtemps pris la roue de la Kényane Nelly Jepkosgei (2’00″50). Ophélie Claude-Boxberger s’est classée dixième et première Tricolore du 1500 m en 4’13″03, à bonne distance de l’Éthiopienne Tigist Ketema (4’05″09).

.
6,64 m pour Lesueur-Aymonin 

Eloyse Lesueur

L’objectif était clair pour Eloyse Lesueur-Aymonin au Meeting de Marseille : réaliser les minima pour les Mondiaux fixés à 6,72 m. La championne du monde en salle 2014 a pris la cinquième place du concours de saut en longueur avec une meilleure marque à 6,64 m (+0,3 m/s) : « Ça reste une performance correcte, il va falloir que j’arrête de penser à la technique mais plutôt à lâcher les chevaux. ll manque pas grand chose pour passer des sauts qui vont loin ».

On a eu grand plaisir à retrouver la Russe Darya Klishina dans le bac à sable. La double championne d’Europe en salle (2011 et 2013), qui avait fait l’impasse sur la saison 2018 pour se concentrer sur ses études, a terminé deuxième avec 6,78 m (+1,4 m/s). Une performance évidemment loin de son record personnel (7,05 m). Mais l’essentiel n’était pas là pour celle qui suit les conseils de Dwight Phillips, champion olympique de la longueur en 2004 : « Le but ultime, ce sera d’être aux Mondiaux de Doha » précise-t-elle. Basée en Floride (Etats-Unis), où elle s’entraîne à la prestigieuse académie IMG, elle était la seule athlète russe qui avait été autorisée à s’aligner aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

Les résultats du Meeting de Marseille, en cliquant ici.

Inscrivez-vous à notre newsletter