Meeting Indoor de Lyon : Sarah Madeleine et Abdelati El Guesse passent à la vitesse supérieure

10 février 2024 à 1:06

Orchestrée de main de maître par le club du Décines Meyzieu Athlétisme et par la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes, la troisième édition du Meeting Indoor de Lyon a offert un grand spectacle, preuve s’il le fallait que la compétition continue de monter les échelons. Avec pas moins de huit records de la réunion battus, la Halle Stéphane Diagana a vibré. Véritable point d’orgue de la soirée, le 800 m voyait le Marocain Abdelati El Guesse (1’45″28) et l’Espagnol Mohamed Attaoui (1’45″49) améliorer tous les deux la meilleure performance mondiale de la saison. Côté Français, Sarah Madeleine continuait de régaler, et s’offrait une magnifique victoire en 8’53″51 sur le 3000 m grâce un dernier tour exceptionnel.

Au terme d’une course parfaitement maîtrisée, Sarah Madeleine (25 ans) prouve une nouvelle fois qu’il faut compter sur elle parmi les meilleures demi-fondeuses françaises du moment. Alors qu’elle accusait un retard d’une petite centaine de mètres sur la Slovène Klara Lukan avant les 500 derniers mètres, la championne d’Europe de cross-country 2023 sur le relais mixte à Bruxelles effectuait un dernier tour de folie pour venir coiffer au poteau sa concurrente. En coupant la ligne d’arrivée en 8’53″51, l’élève de Bastien Perraux, le directeur sportif du DMA en charge du plateau, s’adjuge non seulement le record du meeting, la sixième meilleure performance française de tous les temps, mais elle pulvérise également son record personnel (ancien : 9’11″01).

 

 

« J’ai eu une lésion en sortie de stage en janvier, donc j’ai dû revoir mon calendrier de compétitions pour arriver au mieux cet été, et ne pas aggraver ma blessure. J’aurai dû faire du 1500 m normalement, donc aujourd’hui c’était ma rentrée et ma sortie en même temps sur 3 000 m, ironisait la fondeuse de l’EFCVO. La victoire à la maison, ça fait plaisir. Je suis dans une phase ascendante, à moi de la garder, d’être intelligente et de bien travailler avec mon coach, mais ça va le faire ! ». Les autres françaises engagées dans la course réalisent toutes leur meilleure performance de la saison : Leila Hadji, septième en 9’21″71, Emilie Girard, huitième en 9’27″98, et Alexa Lemitre, dixième en 9’39″74.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Il faut toujours être deux pour offrir un magnifique duel

À la vue du plateau, le 800 m hommes était le moment à ne pas manquer. Et effectivement, s’il ne fallait retenir qu’une seule épreuve de cette soirée, il s’agirait forcément du 800 m masculin. À l’issue d’un mano à mano majuscule, le Marocain Abdelati El Guesse et l’Espagnol Mohamed Attaoui amélioraient tous les deux la meilleure performance mondiale de la saison, et signaient respectivement des chronos de 1’45″28 et 1’45″49. « Je suis très heureux. Merci au public, et à l’organisation de ce meeting. J’étais déjà là l’an dernier, j’avais battu le record du meeting, et cette année, je suis encore plus heureux d’améliorer la meilleure performance mondiale ».

 

 

De leur côté, les trois Français en lice profitaient du train d’enfer imposé par la tête de course pour venir pulvériser leur record personnel, ou leur meilleure performance de la saison. Trois courses en 2024 (1’48″25 à Nantes le 27 janvier et 1’47″78 à Metz le 3 février) et troisième record personnel pour Corentin Le Clezio qui s’est classé cinquième en 1’47″48. Juste derrière, Paul Anselmini, médaillé de bronze des Europe espoirs à Espoo l’été dernier, améliore lui aussi ses 1’48″25 réalisés le 27 janvier dernier à Sabadell (Espagne), et s’offre un chrono prometteur de 1’47″82. Enfin, Hugo Houyez se rapproche de son record personnel datant de l’an dernier (1’48″15), en 1’48″28.

 

 

Alors que l’Éthiopienne Tigist Germa flirtait en tête de course avec la barrière des 2 minutes (2’00″57), Anaïs Bourgoin, sociétaire de l’Entente Franconville Césame Val-d’Oise, ralliait la ligne au troisième rang en 2’02″08, record personnel à la clé. « C’est une grande satisfaction ! Faire 2’02 en salle, c’est cool, même si je voulais aller un peu plus vite. Je suis quand même satisfaite, c’est mon record et ce n’est que mon troisième 800 m de l’année, donc je prends », relativisait celle qui avait couru en 2’02″98 à Boston, le 3 février dernier, et qui a pour objectif de décrocher le titre de championne de France Elite le week-end prochain à Miramas.

 

 

Deuxième du 1500 m au Meeting Indoor de Lyon en 2023 Louis Gilavert ne connaissait pas pareil succès ce samedi. À peine le départ donné, le champion de France 2022 du 5 km déchaussait à gauche, et était contraint d’abandonner. « Malheureusement, ça fait partie du sport, et du jeu. Le départ d’un 1500 m, c’est toujours délicat. Je me suis fait arracher ma chaussure, mais le pied va bien, je vais pouvoir repartir ». En tête de course, l’Italien Ossama Meslek et le Sud-Africain Ryan Mphahlele se départageaient au sprint, pour une victoire finale du premier cité en 3’38″01. Premier français de l’épreuve, le Breton du Haute Bretagne Athlétisme Maël Gouyette a terminé troisième en 3’41″31. Le sociétaire de l’Athlé Bocage Vendée Thomas Piquart s’est classé sixième en 3’44″35. Sur le 1500 m féminin, les Italiennes Marta Zenoni et Ludovica Cavalli prenaient la course à leur compte pour venir signer un doublé, dans des temps de 4’08″92 et 4’08″94. 

 

Yann Spillmann accélère

En finale A du 400 m, le favori David Sombé allait chercher la victoire au terme d’une dernière ligne droite explosive. Le vice-champion du monde 2023 du relais 4×400 m à Budapest s’imposait dans un chrono de 46″86, quelque peu en-deçà des 46″23 qu’il avait réalisé à Metz samedi dernier.

 

 

Dans la finale B du double tour de piste indoor, Yann Spillmann a également attiré l’attention sur son talent. Le sociétaire de l’Entente Sud Lyonnais a abaissé son record personnel de dix centièmes et signait un prometteur temps de 46″49, se hissant au dixième rang des meilleurs performeurs français de tous les temps. L’élève de Franck Matamba se rapproche à neuf centièmes du record de France espoirs qui ne devrait pas lui résister encore longtemps. « Ça fait plaisir de venir en compétition avec autant de soutien, je passe pas loin du record de France mais je compte bien aller le chercher à Miramas », prévient le sprinteur formé par le regretté Pierre Carraz.

 

 

Les hurdlers gênés

Après quatre procédures de départ, la finale du 60 m haies était finalement lancée, et voyait le Finlandais Elmo Lakka l’emporter en 7″67. Alors que Dimitri Bascou passait au travers de sa course (5e en 7″79), Mattéo Ngo maîtrisait son effort et se classait deuxième, à seulement un centième de son record personnel et ce malgré des conditions particulières. « Je n’ai jamais vécu autant de faux départs sur une course ! C’était assez compliqué, en plus avec l’heure de la course… C’était à celui qui serait le plus concentré, analysait le hurdler coaché par Richard Cursaz à Nantes. Je n’étais pas le plus rapide mais je finis deuxième, j’estime que j’ai bien géré ma course, j’ai réussi à tirer mon épingle du jeu. Ça fait plaisir, je suis très fier de mon chrono. » Romain Lecoeur complète le podium et améliore son record grâce à un probant chrono de 7″76.

 

 

Chez les dames, Sacha Alessandrini a terminé cinquième en 8″11 d’une finale remportée par l’Espagnole Xenia Benach (8″06). « Je suis plutôt satisfaite, même si je pars moins bien qu’en série (8″13), donc je pense que ça a joué. Après je suis à la bagarre avec les filles, mais j’ai l’impression qu’il me manquait un peu de jus ce soir. Ça reste un temps correct, on va continuer à se préparer pour les Championnats de France Elite ! »

 

Etienne Daguinos espérait mieux

L’une des principales têtes d’affiche françaises de ce Meeting Indoor de Lyon, Etienne Daguinos quittait la Halle Stéphane Diagana avec une déception difficile à cacher. Dans le coup jusqu’au 2000 m, le tout récent neuvième performeur français de la distance (7’43″32 à Metz) aura finalement cédé progressivement du terrain sur l’Éthiopien Mikesa Fikadu et venait couper la ligne d’arrivée en deuxième position, dans un chrono de 7’48″43. « La perf n’est pas bonne. J’étais venu pour faire 7’40, on avait abaissé la wavelight à 7’39 pour moi, donc je suis un peu déçu. C’est un peu un pétard mouillé, j’ai joué, j’ai perdu mais ça me servira pour la suite. Merci aux organisateurs, c’est dans des meetings comme ça qu’on peut perfer ! »

 

 

Alors qu’il n’avait pas couru en salle depuis 2019, Yoann Kowal avait comme principal objectif de prendre du plaisir. En terminant quatrième, dans un temps de 7’52″71, le champion d’Europe 2014 du 3000 m steeple pouvait se féliciter. « Ça faisait cinq ans que je n’avais pas couru en salle, c’est long. La pression est bien montée, avec les gars on se regardait un peu tous dans les yeux. C’est une gestion de stress compliquée mais que j’ai su prendre à mon compte, appréciait l’éternel Yoko. J’ai fait un bon chrono, c’est cool. Je suis animé par le plaisir, et c’est le principal pour moi. »

 

Simon Batz décolle à 8,18 m !

Les 1500 spectateurs installés dans les tribunes de la Halle Stéphane Diagana surchauffé ont pu apprécier la belle performance de l’Allemand Simon Batz qui clouait le concours de longueur dès son premier essai avec un superbe bond à 8,18 m, ce qui constitue la meilleure performance européenne de l’hiver. Derrière, Tom Campagne réalise la meilleure performance de sa saison en atterrissant à 7,86 m. Enfin, le concours du triple saut féminin a été enlevé par la Turque Tugba Danismaz (14,10 m). Derrière, les Françaises Rouguy Diallo (13,76 m) et Clémence Rougier (12,99 m) se classent respectivement cinquième et huitième.

 

 

Revivez le Pré-Meeting en REPLAY sur notre page Facebook grâce aux images fournies par les organisateurs.

Tous les résultats du Meeting Indoor de Lyon, en cliquant ici.

Texte : Emeline Pichon
Crédits photos : Rémy Théolier / STADION

ARTICLES RÉCENTS
BONS PLANS
BONS PLANS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !