Ultra-Trail du Mont-Blanc : Kilian Jornet s’impose pour la quatrième fois devant Mathieu Blanchard

Il y a 3 mois

L’Espagnol Kilian Jornet a signé ce samedi une quatrième victoire sur l’épreuve phare de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc (170 km et 10 000 m de dénivelé) en 19h49’30, quatorze ans ans après son premier triomphe en 2008. « L’ultra-terrestre » rejoint François D’Haene au nombre de succès sur la course savoyarde. Troisième l’an passé, le Français Mathieu Blanchard, également sous la barre des 20 heures (19h54’50), est monté d’un cran sur le podium. Chez les dames, c’est l’Américaine Katie Schide qui l’a emporté en 23h15’12.

Le roi est de retour. Onze ans après son dernier succès et quatre ans après sa dernière apparition sur l’épreuve, Kilian Jornet a franchi en première position la ligne d’arrivée de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB), ce samedi à 13h49 précisément, sous les vivats de la foule nombreuse massée à Chamonix et sur fond de l’emblématique musique de « Conquest of Paradise » de Vangelis. Vainqueur après 19h49’30 d’effort intense (8,6 km/h de moyenne), avec cinq minutes et vingt secondes d’avance sur le Français Mathieu Blanchard (Team19h54’50), deuxième, et quarante-cinq minutes et cinq secondes sur le Britannique Thomas Evans (20h34’35), troisième, il rafle un quatrième succès sur l’UTMB (après 2008, 2009 et 2011), égalant le tenant du titre François D’Haene, absent cette année pour préparer le Grand Raid de La Réunion (Diagonale des Fous), le 20 octobre 2022, au record du nombre de victoires.

Kilian Jornet, qui a révolutionné ce sport en cassant tous les codes lors de sa première victoire en 2008, a écrit samedi une nouvelle page de sa légende. La star catalane de 34 ans l’avait également courue en 2018 mais avait été contraint à l’abandon suite à une piqûre de guêpe, à laquelle il est allergique. Après plusieurs mois de suspense, NNormal, la marque co-fondée par Kilian Jornet avec la marque espagnole Camper, a dévoilé en début de semaine sa première chaussure de trail, la Kjerag. S’il fallait une caution « Coureur Elite » à cette paire que Jornet avait aux pieds tout au long de la course, elle est toute trouvée.

 

 

Final historique avec deux hommes sous les 20 heures

Avant la course, l’Espagnol Pau Capell, vainqueur de l’UTMB en 2019, avait annoncé son ambition de descendre sous la barre des 20 heures sur cette édition 2022. Un temps qui n’avait jamais été réalisé sur le parcours classique de l’épreuve. À titre de comparaison, l’an passé, François D’Haene avait remporté la course en 20h45’59. Mais l’ultra-trail n’est pas une science exacte et les prévisions des uns et des autres sur la ligne de départ sont souvent balayées par les vents qui descendent des glaciers du massif du Mont-Blanc. Sur la reine des courses à pied en montagne, longue de 170 km de sentiers et forte de 10 000 m de dénivelé positif, deux hommes sont finalement parvenus à passer sous les 20 heures pour rejoindre Chamonix. Mais pas de Pau Capell à l’horizon (victime de déshydratation, il a dû stopper brutalement sa course au 126e km), ni de l’Américain Jim Walmsley (4e en 21h12’12), autre grand favori qui a longtemps mené la course, avant de s’écrouler à partir de Champex-Lac vers le 120e km.

C’est un autre duo qui a animé le dernier tiers de la course en tenant en haleine les dizaines de milliers de spectateurs répartis sur le parcours. Kilian Jornet a puisé au plus profond de lui-même pour prendre le dessus sur le Français Mathieu Blanchard dans la dernière montée vers la Tête aux Vents. Sous l’arche d’arrivée, seules cinq minutes les séparaient (19h49’30 pour Jornet contre 19h54’50 pour Blanchard). Un grain de poussière après 170 km et 10 000 m de dénivelé à avaler.

 

Jornet a apprécié son duel avec Blanchard

Kilian Jornet le confie d’ailleurs sans peine, jusque dans les derniers mètres de la descente de la Flegère il a redouté de voir un retour de Mathieu Blanchard. « Il était juste là derrière dans la dernière descente et moi j’avais les jambes qui faisaient mal. je me disais, « il va rentrer comme un avion » », a confié l’Espagnol, à l’issue de la course. Dans le dur au lever du soleil après le ravitaillement de La Fouly, Jornet a eu le mérite de puiser très profondément en lui-même pour s’accrocher dans le sillage de Mathieu Blanchard. « Il m’a beaucoup aidé. Quand il m’a doublé, j’étais dans un trou avec tout mon corps qui n’était pas bien. J’ai même pensé à abandonner. J’ai dit à mon staff que tout mon corps me faisait mal. J’ai essayé de suivre Mathieu et il m’a remotivé après Champex. Ensuite, je me suis dit il faut aller jusqu’à Chamonix. À Champex, j’ai bien mangé, j’ai récupéré un peu et puis je suis reparti ». La partie n’apparaissait pourtant pas gagnée d’avance pour Kilian Jornet puisque sa participation à la course avait été un temps mise en doute cette semaine suite un test positif à la Covid. Après deux jours de suspense, elle n’avait été confirmée que vendredi midi, à quelques heures seulement du départ.

 

 

Mathieu Blanchard a cru à la victoire

Quand il a doublé Kilian Jornet, Mathieu Blanchard a fortement pensé à la victoire à Chamonix. « Je l’ai rattrapé un peu avant Champex au km 120. Entre La Fouly et Champex, il y a une longue ligne droite. Je voyais Kilian au fond de ce long couloir et je l’ai rattrapé en trois minutes. Il allait vraiment très doucement et quand je suis arrivé à côté de lui je me suis dit : « il est mort ». Je me suis même excusé je lui ai dit « bon courage ». Je pensais qu’il allait arrêter quelques mètres plus loin. Et finalement, j’ai accéléré et il m’a accroché et on nous a dit qu’on avait récupéré trois minutes sur Jim Walmsley depuis la Fouly et on s’est motivé l’un et l’autre. Lui me tirait en montée, moi je le tirais en descente et ça nous a permis de nous pousser comme des dingues jusqu’au bout pour aller faire ces temps là sous les 20 heures », s’enthousiasme Mathieu Blanchard, très heureux de sa prestation. Il reviendra sûrement pour tenter de gagner l’UTMB. Après sa troisième place l’an passé et sa deuxième sur cette édition, il ne lui reste plus qu’une marche à grimper sur le podium. Un doublé historique qui a eu droit à une médiatisation exceptionnelle, puisqu’au-delà de la retransmission sur le web, « La chaîne l’Équipe » avait décidé de bousculer ses programmes pour faire place sur son antenne au plus grand événement de l’année dans le monde du trail.

 

 

Victoire de Katie Schide chez les dames

L’Américaine Katie Schide a remporté les lauriers chez les féminines, succédant à sa compatriote Courtney Dauwalter, double tenante du titre, absente cette année. Vingt-deuxième au scratch, la native du Maine (États-Unis) de 30 ans s’est imposée en 23h15’12 et devance largement ses premières poursuivantes, la Canadienne Marianne Hogan (24h31’22) et une autre Américaine, Kaytlyn Gerbin (25h07’44). « Je pense que je ne réalise pas encore. Ce n’est pas réel. L’année dernière, j’étais très malade une semaine avant la course, j’ai failli ne pas y aller. Je n’ai pas l’impression que ça a été une grosse bataille avec Marianne, c’était plus : elle se sent bien, moi moins, donc elle me passe devant, et inversement. On se voyait juste une seconde et on passait devant l’autre. On a juste parlé un tout petit peu quand je l’ai passée la dernière fois. Je ne pensais pas que ça allait arriver car elle paraissait si forte », a-t-elle déclaré à l’arrivée.

 

 

Tous les résultats de l’UTMB 2022, en cliquant ici.

Crédit photo : Paul Brechu / UTMB Mont Blanc

ARTICLES RÉCENTS
NOUVEAUTÉS
Nike ZoomX Dragonfly
Disponible maintenant

Découvrez l’offre sur la
Nike ZoomX Dragonfly

adidas ultra boost 21
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
Adidas Adizero Adios Pro 3
asics metaspeed sky
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
Asics Gel-Kayano 29
NOUVEAUTÉS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !