Championnats de France des 10 km : Méline Rollin, Raphaël Montoya et Gaston Rohmer étaient trop forts à Roanne

14 avril 2024 à 18:27

Les Championnats de France des 10 km, disputés à Roanne (Loire) ce dimanche sous un soleil généreux, ont couronné Méline Rollin (32’52) et Raphaël Montoya (28’58). Le junior Gaston Rohmer a conclu sa très belle saison hivernale par le titre national dans sa catégorie avec un temps de 29’47. Découvrez tous les champions de cette édition 2024 !

Elle étrennait pour la première fois en compétition officielle devant le public son statut de recordwoman de France du marathon (elle a accompagné une amie sur les 10 km de Lille bouclés en 37’29 le 17 mars, ndlr). Méline Rollin est passée dans une autre dimension le 18 février dernier lorsqu’elle a coupé la ligne d’arrivée du Marathon de Séville en 2h24’12, effaçant des tablettes nationales les 2h24’22 de Christelle Daunay (Paris en 2010). Les attentes et le regard des coureurs et des passionnés du premier sport olympique ont changé, et l’élève d’Azis Zidane a pu largement mesurer sa cote de popularité. Il suffit de voir le nombre de personnes qui se sont empressées d’aller voir la fondeuse du Grac Athlétisme pour lui demander un selfie, un autographe, ou simplement pour échanger quelques mots.

 

Mano a mano Rollin-Julien jusqu’au 4e km

L’espoir pour leurs principales rivales a duré un peu moins de deux kilomètres. Le temps qu’Ilona Hadhoum (Grand Besançon Trail Académie, finalement 12e en 34’59), championne du monde et d’Europe juniors 2023 sur le triathlon, pourtant bien partie, ne baisse pavillon. L’affrontement tant attendu entre Méline Rollin, qui s’est immédiatement projetée en tête, et Mélody Julien pouvait commencer.

Seule la dernière citée, détentrice d’un record en 2h25’00 sur marathon, réussissait à suivre le train d’enfer mené par l’Ardennaise. Pour preuve, la barrière du 3e kilomètre est franchie en 9’49. Mélody Julien commençait à donner des signes de fatigue et se fait décramponner à l’amorce du 4e km, laissant seule au monde Méline Rollin qui creusait l’écart, sans jamais se retourner (passage en 16’45 à la mi-parcours, sur les bases de 33’30).

 

 

« L’objectif principal était le titre ! »

La recordwoman de France du marathon a remporté une course qu’elle a dominée du premier au dernier kilomètre, dans le temps de 32’52, abaissant son record personnel de 36 secondes (33’28 à Charleville-Mézières en 2022). L’ingénieure informaticienne chez DECATHLON n’a pas été loin de chiper un autre record à Christelle Daunay, celui des championnats (32’35 à Langueux en 2016). 

« C’est plus le parcours (2 boucles de 5 km) que la chaleur qui m’a fait mal aux jambes. Pendant le footing hier, je l’ai trouvé moins dur que pendant la course. Le deuxième tour avec les côtes a été bien corsé et puis je ne me suis pas trop relâchée parce que je ne savais pas trop où était Mélody. Descendre sous les 33 minutes était l’objectif même si je visais plus 32’30 mais au vu du parcours, c’était trop compliqué pour aller chercher ce chrono, mais l’objectif principal était le titre ! », se réjouit Méline Rollin qui sera pour la première fois détachée d’ici le mois de mai à 100% dans l’athlétisme afin de franchir un cap et viser une carrière internationale.

« J’ai essayé de tenir au train mais Méline a bien joué tactiquement, confie Mélody Julien, prioritaire sur la sélection aux JO de Paris sur marathon. À partir du 4e km, c’était un peu dur et je n’ai pas réussi à recoller. Depuis le début du mois d’avril, je suis repartie dans une préparation pour l’été. Je serai en lice aux Championnats de France du 10 000 m à Pacé (4 mai), aux Championnats d’Europe sur semi-marathon à Rome (9 juin) et enfin aux Jeux olympiques (11 août). » La médaille de bronze est tombée dans l’escarcelle de Mathilde Sénéchal (AJ Blois Onzain) en 33’49. Citons évidemment Magali Aureille (Masters 0, 34’22), Fathia Sanchez (Masters 1, 34’48), Constance Dennilauler (Espoirs, 34’50), Caroline Dennilauler (Juniors, 34’55) et Gwladys Bouzat (Cadettes, 36’02) qui montent sur la plus haute marche du podium dans leur catégorie respective.

 

Raphaël Montoya un cran au-dessus

Raphaël Montoya (record en 28’18 en 2020) a parfaitement maîtrisé son affaire en prenant les commandes des opérations dès les premiers hectomètres pour ne plus jamais les lâcher (passage au 5e km en 14’39). Son attaque foudroyante dès le premier kilomètre surprenait la tête du peloton qui n’a jamais eu les ressources pour répondre. Rien ne perturbait l’homme de tête qui avait une foulée légère du triathlète, double champion du monde chez les jeunes (juniors en 2014 et espoirs en 2017).

 

 

Le pensionnaire du Nice Côte d’Azur Athlétisme s’est offert son premier titre national chez les seniors sur 10 km en 28’58 à Roanne devant Thomas Réau (29’10, Grand Angoulême Athlétisme) et Antonin Marquant (29’18, Rc Arras), sacré aussi chez les espoirs. Vient ensuite Mathieu Brulet qui décroche la palme chez les Masters 0 en 29’24.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Gaston Rohmer a eu le droit au dessert

Plus tôt dans la matinée, le premier coup de pistolet de la compétition avait été donné à 9 heures tapantes, et les cadets, juniors et masters avaient lancé les Championnats de France des 10 km à Roanne. Dans une course commune qui a offert un beau duel de générations, celui qui était particulièrement attendu aux avant-postes a tenu son rang. Auteur d’une excellente saison hivernale marquée par un titre national sur cross-country (9 mars à Cap’Découverte) ainsi qu’une très belle 21e place aux Mondiaux de cross à BelgradeGaston Rohmer a parachevé son œuvre en grimpant sur la plus haute marche du podium sur 10 km.

 

 

La victoire du représentant du Vendenheim Athlé en 29’47 ne souffre d’aucune contestation (15’11 au passage du 5e km) et a tenu la barque avec autorité jusqu’au bout malgré un parcours plus difficile que prévu. « Dès le départ, quand je vois que je pars seul, j’avais un peu peur mais les premiers kilomètres se passent bien et c’est vraiment au 6e km que ça commence à être dur mais lorsqu’on passe le 8e on se dit que l’arrivée est proche, donc on gère. J’étais vraiment venu ici pour chercher le titre et essayer de faire premier de la course même avec les Masters. Je savais que ça allait être dur pour le chrono car le parcours n’est pas roulant mais je suis satisfait de ma performance et de ma place. C’était le dernier objectif de l’hiver et on va se concentrer maintenant sur le 5000 m » souligne Gaston Rohmer qui devance largement ses premiers poursuivants d’une trentaine de secondes. Soulignons aussi les titres d’Abdelkader Mahmoudi (Masters 1, Athlétisme Metz Métropole 30’43) et de Milo Serrao (Cadets, Paris UC, 31’09) dans leur catégorie respective.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Tous les résultats des Championnats de France des 10 km 2024, en cliquant ici.

Crédits photos : Alanis Duc / FFA & STADION

ARTICLES RÉCENTS
NOUVEAUTÉS
NOUVEAUTÉS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !