Championnats du monde d’athlétisme : Le 4×100 m, Nawal Meniker et Solène Gicquel tout sourire

25 août 2023 à 22:42

En se qualifiant pour leur finale respective, le relais 4×100 m messieurs ainsi que les sauteuses en hauteur Nawal Meniker et Solène Gicquel ont participé à remonter le moral du clan tricolore après l’abandon de Kevin Mayer au décathlon.

L’ARTICLE VOUS EST PRÉSENTÉ PAR

L’ARTICLE VOUS EST PRÉSENTÉ PAR

Le 4×100 m messieurs tricolore, quatrième de sa série en 37″98, est allé ce vendredi onze centièmes plus vite que lors de sa série des Mondiaux de Eugene qu’il avait remportée. Mais il ne doit qu’à un repêchage au temps sa qualification pour le top 8. C’est dire le niveau exceptionnel de ces séries, avec bien sûr des équipes d’ltalie (37″65), des États-Unis (37″67) et de la Jamaïque (37″68). Quatrièmes de leur course et sixièmes temps des deux séries, Méba-Mickael Zézé, Pablo Mateo, Ryan Zézé et Mouhamadou Fall ont proposé des passages bien huilés mais il faudra certainement prendre plus de risques demain pour la finale (21h40) pour espérer monter sur la boîte.

« C’est perfectible, mais on passe au temps. On avait une grosse série, on pense qu’on pouvait faire beaucoup mieux. Mais on garde le positif, on est en finale. D’autres équipes ont couru très vite, mais on peut aller les chercher si on reproduit ce qu’on travaille à l’entraînement. On prendra plus de risques dans les transmissions. Pour aller chercher le record de France, il faudra prendre plus de risques. On va analyser cette demie avec les coaches, mais on est confiants ».

Leurs homologues féminins Carolle Zahi, Gémima Joseph, Hélène Parisot et Mallory Leconte, qui ont montré de la vaillance pour revenir au contact, mais le challenge était trop grand, ont buté en séries avec une septième place en 43″12. « En termes de chrono, ça aurait pu être mieux, mais on a donné tout ce qu’on avait. On réalise notre season best, mais on aurait espéré un petit 42″. Le niveau était quand même relevé. On apprend dans une course comme celle-là à ne pas se laisser perturber et à rester focus, car on voit arriver fort les filles sur nous, comme les Jamaïcaines aujourd’hui. On n’a pas de regrets, on s’est fait plaisir. Après, c’est sûr qu’on ne va pas se contenter de ça. L’année prochaine, il va falloir travailler encore plus dur pour notre qualification à Paris. »

Rénelle Lamote s’arrête là

Les choses très sérieuses commençaient ce soir pour Rénelle Lamote en demi-finales dans lesquelles elle devait réaliser une prestation de haut vol face à de redoutables concurrentes. Pas du genre à se mentir à elle-même, la pensionnaire Montpellier Athlétic Méditerranée Métropole a livré une analyse sans concession de sa course bouclée en sixième position en 2’01″25. « Bizarrement, autant d’habitude je suis triste, autant là, je suis hyper énervée contre moi-même. J’ai fait une course pourrie, c’est nul, je ne sens pas le truc. Pourtant, j’avais de super jambes. Là, je ne me sens pas particulièrement entamée. Aujourd’hui, j’ai juste honte pour mon groupe, pour mon coach, pour toutes les personnes qui me suivent. C’est pour ça que c’est dur. Des déceptions, j’en ai eu plein. Mais c’est plus pour les gens qui se donnent du mal pour moi que je suis triste aujourd’hui ».

Rénelle Lamote, qui a eu la malchance de se retrouver dans la deuxième demie, de loin la plus lente des trois au programme, n’a pas eu les armes dans la dernière ligne droite pour chiper l’une des deux premières places qualificatives. Pour la troisième fois après Doha en 2019 et Eugene en 2022, l’élève de Bruno Gajer s’arrête au stade des demies.  Elle visait une deuxième finale planétaire, huit ans après la première à Pékin en 2015

Solène Gicquel et Nawal Meniker éclaircissent le ciel bleu

Un peu plus tôt dans la matinée, au moment où l’équipe de France déplorait l’abandon de Kevin Mayer, une bonne nouvelle arrivait de l’autre côté du Centre national d’athlétisme. En passant toutes les deux une barre à 1,89 m à leur deuxième essai, Solène Gicquel et Nawal Meniker se sont qualifiées pour la finale du saut en hauteur, une première pour des Tricolores lors d’un rendez-vous planétaire.

« Je me sentais très bien, c’était ma finale pour moi, il fallait tout donner. Je suis très contente de moi. Le coach avait la tablette et regardait les filles se faire éliminer les unes après les autres. C’est extraordinaire qu’il y ait deux filles en finale, le saut en hauteur renaît de ses cendres, réagissait Solène Gicquel après le concours avant que sa coéquipière Nawal Meniker ne poursuive. « Je suis déçue sur le coup de ne pas passer 1,92 m mais quand on me dit que je suis en finale, j’ai tout oubliéC’est Nawal qui m’a confirmé l’info de la qualification. Le premier objectif est atteint et maintenant il va falloir tout donner et battre mon record. »

Felise Vaha’i Sosaia espérait mieux

Autre français engagé ce vendredi matin mais cette fois-ci au lancer du javelot, Felise Vaha’i Sosaia s’est malheureusement arrêté en qualifications. Diminué par une douleur à la cheville gauche, le lanceur du javelot venant de Wallis et Futuna a terminé à la 28e place avec un meilleur jet mesuré à 74,80 m, à distance du dernier qualifié (79,78 m du Moldave Andrian Mardare). « Je me sentais bien en début de concours. J’ai essayé de mettre les choses en place au premier essai mais ça n’est pas sorti. J’ai tenté de mettre plus d’intensité sur les deux tentatives suivantes, mais c’était compliqué avec ma blessure à la cheville gauche. Sur le blocage, je la sentais plus. Je suis forcément déçu. J’aurais aimé réaliser une performance proche des 80 mètres », avouait celui qui participait à ses premiers mondiaux.

Tous les résultats des Championnats du monde d’athlétisme, en cliquant ici.

Texte : Dorian Vuillet
Crédits photos : Solène Decosta / STADION

STADION À BUDAPEST !

Votre média Stadion a conçu un espace rien que pour vous, qui vous permettra de suivre au plus près les Championnats du Monde d’athlétisme (sélection tricolore, retransmission en direct, programme complet, résultats, réactions des Bleus…). Bonne compétition en notre compagnie !

JO PARIS 2024
Stadion a pu découvrir en exclusivité les maillots que portera l'équipe de France d'athlétisme aux JO de Paris 2024.

🇫🇷 Notre guide des JO de Paris 2024

Tout savoir sur l’athlétisme et l’équipe de France !

ARTICLES RÉCENTS
NOUVEAUTÉS
NOUVEAUTÉS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !