Cross d’Allonnes : Sarah Madeleine empoche la sélection, Yann Schrub a déjà la tête à Bruxelles

19 novembre 2023 à 21:52

On connaît une partie des Bleues pour Bruxelles ! Support des sélections des seniors et espoirs femmes pour les Championnats d’Europe, le Cross d’Allonnes s’est achevé sur les premières places tricolores de Sarah Madeleine et de Camille Laurent dans les deux catégories ce dimanche 19 novembre. Tout juste de retour de son premier stage en altitude à Font-Romeu, Yann Schrub a pris la deuxième place chez les hommes. Récit des deux courses phares en direct de la banlieue du Mans.

Les sélections nationales pour les seniors et espoirs féminins aux Championnats d’Europe de cross-country avaient lieu dimanche lors du cross d’Allonnes, dans la banlieue du Mans. Les règles du jeu étaient on ne peu plus simples : les trois premières seniors et espoirs sont sélectionnées d’office et deux autres athlètes seront choisies par la direction technique nationale. Pour cette 59e édition, les spectateurs sont venus nombreux tout au long de la plaine de Chaoué. Sous le soleil, ils ont pu assister à deux courses en une. Si les africaines des hauts plateaux sont partis vite ce dimanche après-midi, aucune des Françaises n’avait intérêt à les suivre au risque de se brûler les ailes.

 

Sarah Madeleine a fait parler son finish

Si les toutes meilleures spécialistes de l’Hexagone n’ont rien pu faire face à la domination africaine lors de ces 6980 m d’effort avec la large victoire de la Kényane Grace Loibach Nawowuna, quatrième des Mondiaux de cross-country 2023 à Bathurst (Australie), c’est Sarah Madeleine (5e au scratch) qui s’est imposée côté tricolore, obtenant automatiquement son ticket pour le rendez-vous continental de l’hiver. La demi-fondeuse de 25 ans a encore démontré tout son potentiel qui fait d’elle plus qu’une promesse. Déjà troisième l’an passé au cross de sélection à Gujan-Mestras, la représentante de l’EFCVO et athlète On, s’est décidée il y a seulement quelques jours de cocher l’épreuve mancelle dans son agenda. « En tout honnêteté, ce n’était pas mon objectif principal, j’ai repris l’entraînement assez tard suite à une saison sur 1500 m (record en 4’08’23) poussée jusque début septembre. Je me suis présentée aujourd’hui sur la course suite à de bonnes sensations durant mon stage en altitude à Font-Romeu et avec le coach (Bastien Perraux) on s’est dit « alors pourquoi pas ? » », nous explique l’étudiante ingénieur à l’INSA Lyon.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Dans le coup dès le départ pour la première place française, Sarah Madeleine a pratiqué la course d’attente avant de venir arracher son sésame juste avant d’entrer dans la dernière ligne droite. « Je devais garder le maximum de jus dans les deux moyennes boucles qui sont sans réelles difficultés mais qui peuvent se payer cash si on part trop vite avec la fameuse côte que l’on retrouve dès l’entame de la première grande boucle. C’est ce que j’ai fait puis ensuite avec Cécile (Jarousseau), on a pu se relayer toutes les deux afin de continuer d’imposer un tempo pour continuer d’écrémer. Et à la fin, je savais que si je voulais gagner, il fallait que je fasse la différence avant la dernière ligne droite pleine de boue parce que c’est pas mon point fort, donc 400 mètres avant l’arrivée, je relance et je remporte pour la première fois le cross de sélection, que demande le peuple ! »

 

Herseuses comme Cécile Jarousseau et Mélanie Allier

La vice-championne de France de cross-country 2023 Cécile Jarousseau (Entente des Mauges) affichait un grand sourire de se retrouver sur la boîte : « J’ai l’impression que je suis abonnée aux deuxièmes places ! J’ai essayé de faire abstraction de la concurrence et de me centrer sur ma gestion de course et mes sensations. On s’est retrouvées avec Sarah toutes les deux sur la deuxième partie de course, c’est-à-dire quand la course commence vraiment, et on s’est bien entraidées. Sur la fin de course, j’avais prévu de relancer et placer une dernière attaque mais je n’ai pas réussi donc il fallait que je gère mon effort sans m’écrouler parce que je n’avais vraiment plus de jus. »

Dernière Française à composter son billet pour la capitale belge, Mélanie Allier était ravie, un an après sa quatrième place au cross de sélection, de monter d’un cran au classement. Partie prudemment aux alentours de la quinzième place, la pensionnaire de l’EA Rhône Vercors 26-07 a eu raison d’une grande partie de ses adversaires à Allonnes : « Je savais qu’avec les Kényanes ça allait partir fort et que je n’allais pas pouvoir assumer un train aussi fort. J’étais loin de la tête mais le fait de remonter au train et voir que les filles lâchent, mentalement ça fait du bien. J’ai vraiment tiré sur la fin. Je ne m’attendais pas à finir troisième, je m’étais dit « cinquième, c’est déjà exceptionnel » au vu des engagées. »

Un trio intéressant dans la perspective des Europe de cross, programmés dans trois semaines, le 10 décembre, sur le magnifique parc de Laeken de Bruxelles. Elles pourraient être accompagnées de Marie Bouchard et de Margaux Sieracki, laquelle a longtemps mené l’escouade française avant de logiquement céder un peu de terrain sur la fin, respectivement quatrième et cinquième Tricolore ce dimanche.

 

Camille Laurent, première espoir

Chez les espoirs, Camille Laurent (Grand Toulouse Athlétisme) et Inès Hamoudi (US Talence) ont offert un joli sprint final aux spectateurs pour la victoire dans la catégorie. C’est finalement la première citée, lauréate du cross national d’Arnay-le-Duc le week-end dernier en Côte-d’Or, qui l’a emporté. « J’étais venu pour jouer les cinq premières places mais je ne m’attendais pas à être aussi bien placée à l’arrivée. J’ai hâte de retrouver l’équipe de France et on espère réaliser une belle performance par équipes avec les filles ». La bagarre a aussi concerné Manon Cumy qui intègre le top 3 française en espoirs et valide son ticket pour Bruxelles. De leur côté, Thaïs Paris (4e espoir), championne de France espoirs en titre sur le cross court, et Héloïse Laigle (5e espoir), devraient compléter le collectif.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

« Devant, c’est très costaud mais j’étais venu pour la gagne »

Seul Yann Schrub aura été en mesure de tenir la dragée haute à Samuel Kibet, champion du monde 2022 de course en montagne, étincelant sur les 20 km de Marseille-Cassis le 29 octobre dernier. Détachés à mi-parcours, les deux hommes restèrent ensemble jusqu’à l’attaque de la dernière grande boucle, moment où l’Ougandais de 23 ans décida de porter une accélération fatale dans la montée, à un peu plus de 2000 m des 6980 m du tracé. « Devant, c’est très costaud mais j’étais venu pour la gagne. Je n’avais pas forcément peur de lui et on se retrouve seuls dans le dernier grand tour. J’arrive à le coller mais il relance fort encore dans la descente donc c’est vrai que c’est là où je lâche. En toute fin de course, je vois qu’il est un peu cramé mais je n’ai pas les ressources mentales pour produire une très grande fin de course, ce fameux grain de folie que j’ai dans les grands championnats, pour rivaliser. Pourtant physiquement j’étais très bien. Le plus important c’est d’être fort dans trois semaines à Bruxelles avec l’objectif de faire mieux que les deux dernières années à Dublin (6e) et à Turin (7e), et même accrocher un podium. »

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Oui, on peut avoir fini troisième des Europe de Munich en 2022 ou encore neuvième des Mondiaux de Budapest en 2023 sur 10 000 m et n’avoir jamais réalisé le moindre stage en altitude avant ces dernières semaines. Yann Schrub a en effet pris la direction de Font-Romeu (Pyrénées-Orientales) où il y est resté trois semaines dans le courant du mois d’octobre, dans le cadre de sa préparation hivernale. « Ça fait six semaines que j’ai repris dont trois en stage à Font-Romeu, un travail qui commence à priori à payer », positive le fondeur de l’Athlé Sports Sarreguemines Arrondissements.

Derrière, on retrouve un tir groupé des Français avec Alexis Miellet (4e), Fabien Palcau (5e), Djilali Bedrani (6e), Nicolas-Marie Daru (7e), Azeddine Habz (8e), Flavien Szot (9e) et Benoît Fanouillère (10e).

Au même moment ce dimanche, le Cross National Bayard à Pontcharra, support de qualification des juniors pour l’Euro de Bruxelles, a vu Jade Le Corre et Gaston Rohmer dominer leurs aînés tricolores. Retrouvez notre compte-rendu, en cliquant ici.

Tous les résultats du Cross d’Allonnes 2023, en cliquant ici.

Crédits photos : STADION

ARTICLES RÉCENTS
NOUVEAUTÉS
NOUVEAUTÉS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !