Meeting de Liévin : Girma, Duplantis, Ingebrigtsen, Warholm… Les stars de l’athlétisme ont régalé !

15 février 2023 à 23:59

L’Éthiopien Lamecha Girma a profité d’un Meeting de Liévin d’un niveau incroyable pour battre le mythique record du monde du 3000 m du Kényan Daniel Komen grâce à un chrono de 7’23″81. Les recordmen du monde Jakob Ingebrigtsen, Armand Duplantis et Karsten Warholm nous ont aussi enchantés. Retour sur les principaux temps forts de la réunion nordiste !

Par où commencer ? On vous avait promis depuis plusieurs semaines de grands et beaux moments d’athlé. On ne vous a pas menti. Toute la planète athlé s’est parée de son plus bel habit ce soir pour proposer une soirée inoubliable. Avant ce soir, dix records du monde ont été renvoyés au fond de la cave depuis la création de la réunion artésienne. Il faut désormais en comptabiliser un de plus dans la besace. Il est l’œuvre de l’Éthiopien Lamecha Girma qui a abaissé de plus d’une seconde le chrono de référence sur le 3000 m en salle, en l’emportant en 7’23″81 pour écrire une page de l’histoire du premier sport olympique. Il a affiché un large sourire après l’effort, et on comprend pourquoi. L’ancienne marque planétaire datait de plus de 25 ans : le Kényan Daniel Komen avait claqué 7’24″90 à Budapest en 1998. Un chrono qui avait marqué toute une génération de passionnés d’athlétisme. Lamecha Girma, qui a pour son principal fait d’armes sa deuxième place aux JO de Tokyo sur 3000 m steeple, a dégommé son meilleur temps établi sur la même piste liévinoise en 2021 (7’27″98).

 

 

Mais au-delà de la performance exceptionnelle de Girma, c’est bien le niveau très élevé de la course qui a impressionné puisque l’Espagnol Mohamed Katir, médaillé de bronze des Mondiaux de Eugene sur 1500 m, bat le record d’Europe en 7’24″68 et aurait pu lui aussi s’approprier le record du monde au Meeting de Liévin. Impressionnant, incroyable, fabuleux : Tous ces mots ont volé après ses 12 tours de piste, dans une enceinte une nouvelle fois comble avec 5000 spectateurs massés dans les gradins. Une bulle hors du temps qui restera gravée dans la mémoire de ceux qui ont aussi suivis en direct la course sur la chaîne L’Équipe.

 

6,01 m… et puis c’est tout !

Alors que le public rentrait doucement mais sûrement dans l’écrin de l’Arena, il avait tous un seul et même sujet de conversation ? C’est évidemment ce record, un record qui, très vite, a paru en danger ce soir avec Armand Duplantis. L’annonce de son nom a provoqué l’hystérie des spectateurs et l’Arena Couvert de Liévin a ovationné la vedette. Les observateurs venus l’admirer n’ont pas été déçus du voyage. Il connaît les très grandes attentes qui pèsent sur lui. Le Suédois s’est échauffé à 5,60 m puis 5,82 m au premier essai. Ensuite cela a été une démonstration : 5,91 m au deuxième essai, puis 6,01 m, pourtant une barre mythique de la discipline, de façon insolente au deuxième essai également. Armand Duplantis étale toute la palette qui lui confère le statut d’enfant prodige de l’athlétisme. On se dit que ça y est, le moment que l’on attend tous va arriver et que la barre va monter à 6,22 m des taquets… mais il en restera là pour ce soir.

 

 

Légèrement touché, Armand Duplantis a renoncé à se confronter à son propre record du monde (6,21 m réalisés aux Mondiaux d’Eugene en 2022). Toutefois, au lendemain de la Saint-Valentin, il est certain que le brun à la bouille d’adolescent a réussi à nouveau à conquérir le cœur du public. Il s’agit cet hiver du troisième concours remporté à plus de 6 mètres pour le champion olympique en 2020, après ses sauts à 6,10 m à Uppsala (Suède) le 2 février et 6,06 m à Berlin vendredi, deux sorties où il avait demandé 6,22 m pour s’attaquer à son propre record planétaire. Le prochain concours en date ? Le All Star Perche de Clermont-Ferrand le 26 février, organisé par son mentor Renaud Lavillenie. Nous serons là, bien évidemment.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Jakob Ingebrigtsen en balade

Un an après son record du monde en salle du 1500 m en 3’30″60 au Meeting de Liévin, Jakob Ingebrigtsen retrouvait la terre de son exploit sur la même distance, avec une ambition renouvelée. Néanmoins, un record du monde tient à au moins deux facteurs : une forme étincelante et une adversité qui vous pousse dans vos retranchements. Ce mercredi, à Liévin, il n’avait pas tous les éléments réunis, avec de moins bonnes jambes que d’habitude en raison de dernières semaines perturbées par un virus (lire notre article) et des concurrents qui dès le départ n’ont pu s’accrocher à sa foulée. Le champion d’Europe dans les labours pour la sixième fois d’affilée le 11 décembre dernier à Turin a décroché la victoire en 3’32″28, meilleure performance mondiale 2023. Un maigre lot de consolation. Mais le Norvégien de 22 ans a trouvé un autre allié de taille dans les Hauts-de-France : la Wavelight (lièvre lumineux). Une technologie qui a notamment insufflé le bon tempo pour lui permettre de fausser compagnie à tous ses adversaires. La Wavelight était programmée sur 2’19 au passage au 1000 m (2’20″37 pour Ingebrigtsen au 1000 m), soit des bases plus rapides que son record actuel.

 

 

Tenir le plus longtemps possible aux pointes du champion olympique pour aller chercher un record personnel, tel était l’objectif d’Azeddine Habz. Bien lui en a pris. Le Français s’est classé deuxième du 1500 m en 3’35″27, améliorant son temps de référence qui datait de mercredi dernier en 3’35″59 au Meeting de Torun (Pologne). Le demi-fondeur du Val d’Europe Montévrain Athlétisme se rapproche davantage du recordman de France Mehdi Baala (3’34″71).

 

 

Parmi les autres performances de standing international à retenir lors de ce Meeting de Liévin 2023 d’une très belle densité, Karsten Warholm a magnifiquement achevé la soirée avec un chrono de 45″51 sur 400 m, restant toutefois à distance du record de son record d’Europe, qu’il co-détient avec l’Allemand de l’Est Thomas Schonlebe, en 45″05. Toujours sur les deux tours de piste en salle mais chez les dames, la Néerlandaise Femke Bol a été créditée en 50″20, tout près de son record personnel (49 »96 à Metz).

 

 

Bluffant de maîtrise, le recordman du monde américain Grant Holloway a répété son meilleur athlé pour survoler la finale du 60 m haies en 7″39 (7″40 en séries). Au total six MPM sont à relever au Meeting de Liévin : les 8,41 m du Grec Miltiadis Tentoglou en longueur, les 14,81 m de la Cubaine Liagdamis Povea au triple saut, les 3’57″47 de l’Éthiopienne Gudaf Tsegay sur 1500 m, et les 4,83 m de l’Américaine Katie Moon-Nageotte à la perche.

 

Benjamin Robert crève l’écran

Le 800 m est une course. Le but du jeu est donc d’arriver avant le deuxième, peu importe le temps qu’il faut pour couper la ligne d’arrivée. Pour y arriver, il faut savoir saisir sa chance. Un message parfaitement entendu par Benjamin Robert qui a placé une accélération au milieu de la ligne droite opposée, à laquelle aucun de ses concurrents n’a pu répondre. Si le Toulousain de 25 ans a jeté ses dernières forces dans l’ultime ligne droite pour l’emporter en 1’46″78, à seulement trois centièmes de composter directement son ticket pour les Championnats d’Europe en salle d’Istanbul (minima fixés à 1’46″75). « Le chrono est anecdotique mais je suis content, pour la confiance c’est génial. Et avec un public comme ça, franchement, c’est génial, sur le dernier tour, ça gueulait. Le public nordiste est incroyable. C’est le plus beau meeting du monde ! »

 

 

Enfin, chez les féminines, la Britannique Keely Hodgkinson, vice-championne olympique de Tokyo en 2021 et du monde à Eugene en 2022, a maîtrisé son sujet avec une victoire aisée en 1’57″71, améliorant au passage sa meilleure marque mondiale de l’hiver.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Tous les résultats du Meeting de Liévin 2023, en cliquant ici.

Crédits photos : Solène Decosta / STADION

ARTICLES RÉCENTS
Préparation mentale en athlétisme : La fin d’un tabou

Préparation mentale en athlétisme : La fin d’un tabou

Dans l'imaginaire collectif, la préparation mentale en athlétisme a longtemps été destinée aux « faibles » ou considérée comme inutile voire néfaste. Aujourd'hui, des sportifs aux préparateurs mentaux, en passant par les entraîneurs, de nombreux acteurs du sport de...

NOUVEAUTÉS
NOUVEAUTÉS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !