Meeting de Paris Indoor : L’athlétisme a fait son show à l’Accor Arena

11 février 2024 à 19:59

Dans un Accor Arena aux allures de boîte de nuit, Just Kwaou-Mathey a ravi le public français, quelques heures après son magnifique chrono (7″43) à Liévin, en prenant la deuxième place de la finale du 60 m haies en 7″53 au Meeting de Paris Indoor 2024. Également présent dans le Nord hier soir, la hurdleuse Laëticia Bapté a terminé troisième en 8″00. Robin Emig et Anthony Ammirati ont tous les deux culminé à 5,70 m au saut à la perche, tandis que Tom Campagne est pile retombé sur la ligne symbolique des 8 mètres en longueur.

À peine le temps de se remettre de nos émotions du Meeting Indoor de Lyon vendredi et du Meeting de Liévin samedi, qu’il fallait déjà avoir le regard tourné vers la capitale pour le Meeting de Paris Indoor. Comme un air de JO flotte sur la ligne droite bleue de l’enceinte parisienne. À un peu moins de six mois des épreuves d’athlétisme lors du rendez-vous suprême pour le sport français, du 1er au 11 août 2024, l’Accor Arena a été le théâtre d’une ambiance festive. D’ailleurs, si vous avez suivi attentivement le Meeting de Paris indoor, impossible que vous soyez passé à côté de la centaine de voix qui s’est élevée pour pousser derrière les Bleus à chacune de leur apparition sur les écrans géants. Derrière cette ferveur, il s’agit d’un kop de supporters baptisé « Allez les Bleus » mis en place par le CNOSF afin de soutenir les athlètes avant et pendant les compétitions olympiques et paralympiques.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Just Kwaou-Mathey enchaîne bien

Ambiance de feu avec 10 000 spectateurs, public de connaisseurs, salle quasi pleine… Les ingrédients étaient réunis pour que la fête soit belle et les athlètes performent. Un peu plus de 18 heures après avoir été flashé en 7″43 sur le 60 m haies du Meeting de Liévin, devenant le quatrième Français le plus rapide de l’histoire, Just Kwaou-Mathey était sur la piste malgré une nuit plutôt courte. Sa performance a rehaussé une épreuve qui pourtant ne manquait déjà pas de piments au vu des clients au départ. Après un petit tour de chauffe en 7″57 en séries, le pensionnaire de l’Evreux AC a dû laisser la victoire au Suisse Jason Joseph en 7″50 lequel s’était déjà imposé en 2023 (7″48).

 

 

Être seulement devancé par Grant Holloway, recordman du monde de la spécialité, samedi à Liévin, puis par Jason Joseph, champion d’Europe en titre, ce dimanche à Paris, il y a pire comme « défaites ». « J’ai perdu deux fois ! », rigole celui qui a rejoint le groupe d’entraînement de Giscard Samba à Créteil en septembre dernier. Temps fort de la compétition, le 60 m haies hommes a aussi été marqué par les chronos d’Aurel Manga (4e en 7″67) et Romain Lecoeur (5e en 7″70, record personnel).

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Belocian, tellement frustrant

On aurait tellement souhaité que ça aille au bout. En confiance après ses prestations réussis à Nantes (7″54, le 27 janvier) et à Miramas (7″51, le 2 février), Wilhem Belocian, lors des séries, a jailli des starting-blocks comme la flèche de l’arc mais a vu un chrono canon s’envoler sur le troisième obstacle qu’il a violemment heurté, avant d’être déséquilibré sur la haie suivante. Il aura à coup sûr envie de concrétiser chronométriquement sa grande forme aux Championnats de France Elite en salle le week-end prochain à Miramas.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Laëticia Bapté dans la bonne dynamique

Quatre courses en moins de 24 heures, c’est également le programme de mammouth que s’est concocté Laëticia Bapté avec le Meeting de Liévin puis le Meeting de Paris Indoor. La triple championne de France Elite en salle du 60 m haies (2021, 2022 et 2023), qui a la particularité d’avoir un départ en sept appuis, a bien digéré sa deuxième place dans les Hauts-de-France (7″97) pour enchaîner deux belles lignes droites avec obstacles. Saignante en séries en 7″99, la Martiniquaise de l’US Robert a négocié la finale en 8″00, sur les talons de la Bahamienne Charisma Taylor (7″98) et de l’Irlandaise Sarah Lavin (8″00), qui l’a devancée au millième. Solenn Compper (CA Montreuil 93) s’est classée quatrième en 8″08.

 

 

« Je me suis sentie bien, malheureusement aujourd’hui je n’avais pas trop les jambes, mais j’ai fait avec et ça me va. Je me focalise sur les France pour défendre mon titre, et on verra. Les Françaises sont assez régulières donc il y aura une grande bagarre. Je veux garder mon titre, ça fait trois fois d’affilée donc pourquoi pas une quatrième. C’est les jambes qui étaient fatiguées, mais surtout l’enchaînement première-deuxième, j’ai tendance à m’endormir, et après j’enchaîne pour trouver le rythme, et là il faut que je travaille, pour chercher les réglages. »

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Tom Campagne, Robin Emig et Rougui Sow, dauphins heureux

Si Just Kwaou-Mathey, Wilhem Belocian, Laëticia Bapté et Solenn Compper sont déjà sélectionnables pour Glasgow, ce n’est pas encore le cas d’autres Français en lice à Paris. Trois autres Tricolores ont terminé à une place de dauphin : les sauteurs Tom Campagne, Robin Emig et Rougui Sow. Le premier cité (record à 8,12 m en 2023) a notamment sorti un sixième et dernier essai à huit mètres pile, échouant à seulement six centimètres du vainqueur (le Grec Miltiadis Tentoglou, champion olympique et du monde), mais signant la meilleure performance en indoor de sa carrière.

 

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Un peu plus tôt, Robin Emig avait montré son tempérament de feu en faisant l’impasse à 5,76 m après avoir franchi 5,70 m au premier essai. En jeu : les minima olympiques fixés à 5,82 m, qui se sont finalement refusés à lui lors d’un concours dominé par l’Américain Jacob Wooten avec 5,76 m. Troisième place avec 5,70 m de l’espoir Anthony Ammirati, auteur d’une rentrée prometteuse. Dans le bac à sable, Rougui Sow a décollé à 6,53 m à sa sixième tentative, soit seize centimètres de moins que l’Espagnole Fatima Diame (6,69 m, record du meeting).

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

6″51 pour Ferdinand Omanyala sur 60 m

Côté international, la performance de l’après-midi est à mettre au compte du Kényan Ferdinand Omanyala qui signe une deuxième victoire consécutive sur 60 m dans la capitale. Flashé en 6″51, le sprinteur de l’AC Miramas, originaire d’un pays plus habitué à rafler les titres dans les épreuves de fond et demi-fond, grimpe au cinquième rang des bilans mondiaux de l’année. « Établir un nouveau record national à cette période de l’année, juste avant d’aller aux Championnats du monde en salle, c’est un gros boost. Je suis confiant pour Glasgow, j’irai là-bas sans pression. Je me suis senti bien pendant ma course, mais je ne saurais pas l’analyser à chaud. 6 secondes et demie, c’est trop rapide pour se faire une idée ! Je suis déjà venu cinq fois à Paris, j’adore la ville, et j’ai très envie de revenir en août ! Mais avant ça, je vais bien me reposer avant les Mondiaux. »

 

 

Les athlètes handisport dans l’arène

Pour la deuxième année de rang, le Meeting de Paris Indoor a l’excellente idée d’intégrer un 60 m handisport à son programme, à l’aube des Jeux paralympiques en septembre prochain. Déjà dominateur sur la ligne droite l’an passée en 7″07, Axel Zorzi (T13, malvoyant) s’offre une deuxième victoire sur 60 m en 7″05. Le détenteur du record de France du 100 m (10″89) dans sa classification avait un message à faire passer aux spectateurs : « On compte sur vous pour être là au Stade de France pour les Jeux paralympiques (28 août au 8 septembre) ». Deuxième place en 7″19 pour Dimitri Jozwicki (T38, paralysie cérébrale), cinquième des Mondiaux para-athlétisme 2023 sur 100 m. Chez les dames, les lauriers sont revenus à Mandy François-Elie (T37, hémiplégie), championne paralympique du 100 m à Londres en 2012, dans le temps de 8″56.

Tous les résultats du Meeting de Paris Indoor 2024, en cliquant ici.

Crédits photos : Solène Decosta / STADION

ARTICLES RÉCENTS
BONS PLANS
BONS PLANS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !