10 km Le Maine Libre : Jimmy Gressier, l’invité gagnant à Allonnes

18 novembre 2023 à 16:02

Il n’y a pas eu une once de suspense sur l’identité du vainqueur : Inscrit de dernière minute, Jimmy Gressier s’est offert une balade rythmée et s’est imposé sans trembler sur le 10 km Le Maine Libre (Sarthe) dans le chrono de 30’28, dans une épreuve qui a réuni plus de 3500 courageux.

Lui et les autres tout simplement. La fusée s’est mise en action et le décollage a été immédiat. Jimmy Gressier a rapidement éteint la concurrence ce samedi sur la 7e édition des 10 km Le Maine Libre qui a réuni plus de 3500 coureurs entre le Boulevard Demorieux au Mans et les bois de Chaoué à Allonnes, en passant notamment le long de la rivière Sarthe. Le Boulonnais de 26 ans s’est avant tout fait plaisir sur ce parcours assez difficile. « Je suis de retour de vacances donc je ne suis pas dans une forme olympique, je suis plutôt dans une forme Chocapic ! Aujourd’hui, c’était un plaisir de courir mais c’est un 10 km qui n’est pas facile, ça monte, ça descend, il y a de la boue, il y a des flaques d’eau. Ce que j’aime en venant, ce n’est pas d’aller chercher un chrono mais le partage avec le public », nous a signalé le lauréat.

 

Une sortie office d’entraînement

Prévu de courir sur une allure de 3’00 au kilomètre, le recordman d’Europe du 5 km (13’12 à Monaco) s’est distancé du reste de la meute dès le départ, n’entraînant dans son sillage, que Patrice Le Gall (3e à l’arrivée en 31’59) qui n’aura pas résisté aux premières accélérations de l’un des meilleurs fondeurs tricolores de l’histoire. « Je suis passé en 2’56 au premier kilomètre mais je me suis dit que la course pouvait être longue tout seul donc j’ai attendu Patrice (Le Gall) six à sept secondes et je lui ai dit que j’allais l’accompagner un bout avant de réaccélérer sur la fin de course. Au 4e km, le rythme a ralenti, bien en dessous de mes allures d’entraînement et des consignes que j’avais, c’est-à-dire de gagner et de courir entre 30 et 31 minutes pour que ça me serve d’entraînement de seuil long. Je me suis un peu fait « mal à la gueule » sur la fin et j’ai commencé à avoir le coeur qui s’emballait dans les deux derniers kilomètres donc j’ai ralenti pour gérer la fin de course. »

L’élève d’Arnaud Dinielle et d’Adrien Taouji, avec l’étroite collaboration de François Chiron (accompagnateur scientifique depuis trois ans), a remporté la palme en 30’28, à distance toutefois du record de l’épreuve détenu depuis 2018 par le recordman de France du marathon, Morhad Amdouni, en 28’56. Jimmy Gressier a relégué son premier concurrent Mohamed Moustaoui (31’35), ancien international marocain (record personnel à 3’31″84 sur 1500 m, deux participations aux JO : 2008 à Pékin et 2012 à Londres), à plus d’une minute. Du côté des dames, la victoire est revenue à Séverine Hamel (Inaya Athlétisme) en 37’05 devant Vincianne Cussot (38’09) et Marion Gasnier (39’13).

 

« Il y a un attachement particulier aux bénévoles et à Philippe Leboucher »

En 2022, Jimmy Gressier avait aussi participé à la fête mais pour la bonne cause : Le recordman de France du 5000 m (12’56″09 à Monaco le 21 juillet) s’était élancé en dernière position, neuf minutes après la première vague de départ, et avait dépassé exactement 2642 coureurs, soit 2642 € pour les associations. En effet, pour chaque concurrent dépassé, Autovision de Saint-Pavace s’était engagé à verser un euro pour les associations « Ma foulée pour l’espoir » qui soutient les malades de la sclérose en plaques et « Lame de joie », qui finance des lames en carbone pour les enfants amputés afin de leur permettre une pratique sportive. Côté sportif, Jimmy Gressier avait réalisé le meilleur chrono de tous les engagés en 29’41, soit près de deux minutes de mieux que le vainqueur Guillaume Ruel (31’26), cinquième des Mondiaux 2022 sur 100 km et recordman de France en 6h19’51.

« Je me suis mis moins minable que l’an dernier parce qu’il y avait des sous à gagner pour les associations. L’année prochaine, j’espère revenir pour gagner le cross d’Allonnes, enfin ! Il y a un attachement particulier aux bénévoles et à Philippe Leboucher, je me sens ici comme à la maison, on est toujours super bien accueilli. »

 

Il pense à doubler 5000 et 10 000 m aux JO de Paris 2024

Jimmy Gressier va, pendant deux semaines au début du mois de décembre, déposer ses valises à Potchefstroom, ville sud-africaine avec un nom difficile à prononcer sans faire une faute et qui ferait un carton au Scrabble, pour un stage avec l’équipe de France d’athlétisme. Si son calendrier hivernal n’est pas arrêté, le « p’tit gars du Chemin-Vert » devrait s’aligner sur le 3000 m de Boston le 4 février (New Balance Indoor Grand Prix) et sur le 5000 m du Meeting de Liévin le 10 février. En ce qui concerne la saison estivale, il opterait pour le 10 000 m aux Championnats d’Europe à Rome (7 au 12 juin 2024). Alors que le programme le permet, Jimmy Gressier, qui sera une des stars françaises aux Jeux olympiques de Paris 2024 (1er au 11 août pour les épreuves d’athlétisme), a confié à Stadion envisager de doubler 5000 m – 10 000 m au Stade de France, mais sa décision n’est pas définitivement prise. Cela exigera beaucoup de sacrifices, mais le dur à cuire qu’est Jimmy Gressier n’a pas l’air d’avoir peur de cela.

Tous les résultats des 10 km Le Maine Libre 2023, en cliquant ici.

Crédit photo : STADION

ARTICLES RÉCENTS
Préparation mentale en athlétisme : La fin d’un tabou

Préparation mentale en athlétisme : La fin d’un tabou

Dans l'imaginaire collectif, la préparation mentale en athlétisme a longtemps été destinée aux « faibles » ou considérée comme inutile voire néfaste. Aujourd'hui, des sportifs aux préparateurs mentaux, en passant par les entraîneurs, de nombreux acteurs du sport de...

NOUVEAUTÉS
NOUVEAUTÉS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !