Championnats de France de cross-country : Jimmy Gressier et Manon Trapp, roi et reine des labours à Carhaix

12 mars 2023 à 19:50

Jimmy Gressier et Manon Trapp ont émerveillé les plus de 30 000 spectateurs (et presque autant de drapeaux bretons sur le parcours) de leur talent ce dimanche aux Championnats de France de cross-country à Carhaix (Finistère). Dans une très chaude ambiance dans la prairie de Kerampuilh, le Nordiste du Boulogne-sur-Mer AC a conquis son premier titre en Elite dans les labours tandis que la pensionnaire de l’AS Ais-les-Bains a raflé une troisième couronne consécutive. Sur le format court, Célia Tabet a créé une incroyable surprise tandis qu’Azeddine Habz, récent médaillé de bronze aux Europe en salle sur 1500 m, a confirmé son statut de favori. D’une course à l’autre, retrouvez tous les champions de cette édition 2023.

Masters : Emmanuel Meyssat, un montagnard à l’aise dans la boue

Traileur et montagnard de renom, double vainqueur de la SaintéLyon (2016 et 2017), Emmanuel Meyssat (43 ans) a montré une autre facette de son talent en remportant le premier titre mis en jeu dimanche dans la capitale du Poher. « C’était l’année ou jamais. Je ne suis pas le plus rapide mais j’aime les parcours durs comme celui-ci. Plus c’est gras, moins ça va vite, mieux c’est pour moi. C’est quand même vallonné, il y a beaucoup de relances. Il faut être puissant. Mon rapport gabarit/puissance était idéal », souligne l’athlète de l’Athletic Club du Lyonnais qui devance son acolyte Julien Rancon avec qui il a honoré plusieurs sélections tricolores en course en montagne, et avec qui il s’est enfui lors de la première moitié de l’épreuve. Dans une course remportée par le Kenyan de l’Entente Sambre Avesnois 59 Paul Melly, comme aux Mureaux l’an passé, le podium est complété Mehdi Akaouch.

Cadettes : Ambre Grasset intouchable

Il n’y a pas eu photo : Ambre Grasset s’est adjugée la première place chez les cadettes en coupant la ligne avec 25 secondes d’avance sur sa dauphine Valentine Bastide. La triathlète a pris la tête dès la première boucle et a pris le large dans la boucle en forme de cœur. Blessée l’année passée, la jeune athlète du Neuilly Plaisance Sports a pris sa revanche. « Attaquer aussi tôt n’était pas forcément dans le plan. Je devais voir après le premier tour car le second était bien plus dur. J’étais bien, le public, tout s’est prêté. Je suis partie et je ne me suis pas retournée. »

Cadets : Léni Remer-Mancini en démonstration 

Le champion de France cadet est lui aussi spécialiste du triple effort et se nomme Léni Remer-Mancini. Depuis 2012, ce n’était plus arrivé qu’un cadet première année monte sur la plus haute marche. L’année dernière, le représentant de l’Elan 91 était arrivé troisième de la Coupe de France chez les minimes. Cette année, il était sans aucun doute le plus fort. « C’est une sensation incroyable. On ne s’y attend pas. Je suis sur un petit nuage, c’est le rêve. Je ne me suis pas senti hyper bien sur le départ mais je me suis rapidement débloqué. Cela s’est joué surtout dans les passages boueux. Je les passais plutôt bien et je voyais que les autres avaient plus de difficultés. Quand j’ai accéléré pour étirer tout le groupe et que personne ne suivait, je me suis dit pourquoi pas tenter tout seul ». Derrière, le Breton Etienne Le Roux (Cima Pays d’Auray) était très heureux de cette médaille d’argent obtenue à domicile. « La dernière ligne droite n’était pas facile. Le public m’a poussé. J’ai essayé de courir sur l’extérieur car il y avait moins de boue. Cela m’économisait. »

Juniors Filles : Margot Dajoux en or, suite à la défaillance de Jade Le Corre

Cela restera l’une des images fortes mais déchirantes des Championnats de France de cross-country 2023. Alors qu’elle était en tête et qu’elle filait vers un troisième titre national d’affilée, après ses deux victoires chez les cadettes, Jade Le Corre a été victime d’un malaise et s’est subitement écroulée dans le dernier kilomètre. L’athlète de EA Saint-Quentin en Yvelines a pu donner des nouvelles rassurantes en fin d’après-midi.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

Le titre tendait alors les bras à Margot Dajoux, troisième en 2021 et deuxième en 2022 en cadettes. « D’abord, je suis inquiète pour Jade, j’espère qu’elle va bien. Je suis contente, j’ai fait la course que je voulais. Mon but était de suivre Jade le plus longtemps possible, de lui mettre le doute, d’attaquer. Je pense que j’ai réussi. Là je me voyais deuxième ou troisième si Fleur revenait. Je n’étais pas la plus forte aujourd’hui ». L’émotion a pris le dessus à l’arrivée principalement après le titre par équipes. « On avait une belle équipe. On termine toutes les quatre dans le top 10. Elles étaient en feu, elles auraient pu très bien être à ma place aujourd’hui. C’est super ». Avec, en effet, quatre athlètes dans le top 10 (Justine Chazal 5e, Fannie Sapet 7e et Pauline Torcellier 10e), les filles du Clermont Auvergne Athlétisme étaient intouchables. Quel week-end pour Margot Dajoux qui repart de Carhaix avec trois breloques dorées dans sa valise (victoire sur le relais mixte juniors le samedi). Sur la deuxième et la troisième marche, on retrouve la Bretonne de l’Entente Athlétique du Pays de Brocéliande Fleur Templier et Manon Miserette

Juniors Garçons : Imad El Goumri Jebbouri tient son titre

Pour la deuxième année consécutive, Imad El Goumri Jebbouri a remporté la course des juniors, mais l’an dernier il possédait la double nationalité espagnole et marocaine, et pas la française. Le Pierrefittois avait donc dû laisser le titre de champion de France à Vivien Henz. Naturalisé Français depuis décembre dernier, il pouvait enfin savourer sa victoire à juste titre. Pourtant, il n’a pas forcément suivi la stratégie mise en place. « Je suis parti trop tôt. Je m’attendais à attaquer plus tard. Lors de ma petite attaque, j’ai vu que personne ne suivait donc j’ai continué. Les sensations étaient bonnes. Je n’ai pas toujours bien choisi mes trajectoires avec la boue. J’ai assumé mon rôle de favori. Ce titre représente beaucoup. » 

Cross Court Femmes : Célia Tabet a fait la course de sa vie

Un exploit retentissant. Voilà comment définir la performance réalisée par Célia Tabet qui a remporté les lauriers nationaux sur le cross court. C’est tout le sel du sport où rien n’est jamais écrit à l’avance. Nulle part citée dans la presse parmi les favorites, la demi-fondeuse du Bourges Entente Athlétisme a déjoué tous les pronostics. « En 2019, je fais 159e, l’année dernière, je fais 38e sur le cross long, et aujourd’hui faire première, c’est un rêve ! »

L’élève de Patrick Ribeiro a pris tous les risques pour suivre la Belge du Racing Multi Athlon Elise Vanderelst lorsque celle-ci a décidé de se faire la malle : « Aux Interrégionaux, j’avais terminé deuxième sans me faire violence, et mon coach m’avait dit de faire l’inverse aujourd’hui, alors je me suis fait mal. Et comme je suis une vraie crosswoman, j’adore la boue ! Je savais que je n’étais pas dans les favorites. J’espérais faire un top 15 voire top 10. Mon coach m’avait dit top 5. Arrivé à la première place, c’était juste magique. Je savais que c’était un parcours pour moi. J’adore la boue. Je suis une vraie crosswoman. Mais j’ai vraiment progressé ces derniers mois, il ne m’a manqué que huit secondes lors de la course de sélection pour les Europe au mois de novembre. Ça m’a fait mal mentalement, mais je me suis dit qu’il fallait que je fasse quelque chose aux France pour me rattraper ». Aude Clavier et Alice Mitard complètent le podium.

Cross Court Hommes : Azeddine Habz, cinq ans après

La Bretagne, ça vous gagne, non ? Cinq après sa victoire dans la pataugeoire de Plouay alors qu’il n’était pas encore naturalisé français, Azeddine Habz a rempli la mission qu’il s’était donnée à Carhaix. Une semaine après sa troisième place aux Championnats d’Europe en salle sur 1500 m à Istanbul, le protégé de Philippe Dupont et Serge Olivares a cette fois-ci régalé sur le cross court. « Cela me tenait à cœur de venir ici en Bretagne. C’était une sacrée course avec une grosse concurrence derrière. Cela a été rude. Je suis vraiment satisfait. Le parcours boueux avec plein d’obstacles me convenait très bien », souligne le sociétaire du Val d’Europe Montévrain Athlétisme qui a pris le temps d’attraper un drapeau breton puis de le brandir en guise de victoire. Il a fallu attendre plusieurs minutes pour départager Djilali Bedrani et Bastien Augusto et c’est finalement le premier cité qui monte sur la deuxième marche du podium.

Elites Femmes : Manon Trapp a une dynastie à bâtir 

« Exécrable ». Il n’y a pas d’autres mots pour décrire les conditions météos dans lesquelles s’est déroulée la course des Elite femmes. Si le ciel a ouvert en grand ses vannes au moment des deux courses phares de la journée, en début d’après-midi. Les parapluies étaient de sortie, mais la ferveur n’était pas douchée. Dans ces conditions, Manon Trapp a su parfaitement se dépatouiller dans le bourbier carhaisien et s’offrir la passe de trois. L’athlète coachée par Gérard Nicolas est devenue ce dimanche la sixième femme à inscrire trois fois de rang son nom sur les tablettes de la compétition. La dernière en date à avoir réalisé cet exploit est Annette Sergent, avec cinq victoires entre 1985 et 1989. Un modèle pour la pensionnaire de l’AS Aix-les-Bains. « C’est une personne qui m’inspire beaucoup. J’essaie de me rapprocher de ses performances même si ce qu’elle a fait est incroyable ». Manon Trapp devra revenir pour égaler les cinq sacres consécutifs d’Annette Sergent. S’il y a une athlète qui a profité de la dernière ligne droite, c’est bien elle. Grande favorite à sa propre succession, rien n’est jamais fait tant que la ligne d’arrivée n’est pas franchie. « Toute seule, c’était vraiment dur car on se bat contre soi-même. J’ai serré les dents pour écouter mon rythme et garder cet écart avec les autres. Je sentais que j’étais dans la maîtrise et que si Cécile se rapprochait, j’étais prête à remettre un coup », avance l’étudiante en Master Géographie & Montagnes à l’Université Savoie Mont-Blanc.

Cécile Jarousseau a participé à ce spectacle et n’a pas fini bien loin de la première place. « Franchement, que du bonheur mais quel temps de chien ! C’était dur. C’était un parcours fun, spectaculaire, hyper intéressant ». Un podium qui a fière allure puisque sur la troisième marche du podium, on retrouve la double championne du monde de trail, Blandine L’Hirondel.

Elite Hommes : Jimmy Gressier, quel showman

Dans une ambiance digne du festival des Vieilles Charrues, programmées dans quatre mois, Jimmy Gressier a ajouté une très belle ligne à son palmarès déjà bien fourni. Alors qu’il a rapidement fait exploser le peloton, le Boulonnais de 25 ans a vu un seul athlète être capable de lui tenir la dragée haute. Cependant, il ne s’agit certainement pas ceux à qui vous pensez ! Le Franco-Allemand Markus Goerger, formidable de volonté et d’abnégation, avait tout fait pour maintenir le suspense. Alors qu’il n’a que pour principal fait d’arme un titre national juniors sur 5000 m en 2017 à Dreux, le crossman de 25 ans a privé Jimmy Gressier d’une arrivée en solitaire.

Ce n’est qu’après 26 minutes de course et deux accélérations successives que le « p’tit gars » du Chemin-Vert a réussi à lâcher son concurrent. Le recordman d’Europe du 5 km (13’12) franchit la ligne d’arrivée en mangeant une crêpe avant de se tartiner de boue le visage, faisant le bonheur des photographes. « La crêpe, c’était une manière de rendre hommage aux bénévoles et à tous les amoureux du cross qui étaient venus en nombre. Markus a été très solide, plus solide que ce que je pensais. Il m’a donné du fil à retordre. Avec son gabarit, j’ai su qu’il allait me poser problème. Je suis content car j’ai passé un réel cap. J’ai fait la course de bout en bout en tête. Il a pris quelques relais. Je suis très content de ma victoire. Cela a été dur. Je vais savourer ma Marseillaise ! »

Quasi-inconnu au bataillon avant Carhaix, Markus Goerger, arrivé six secondes derrière Jimmy Gressier, s’est lui-même surpris avec cette deuxième place. L’athlète licencié au Luxeuil Athlé 70, s’attendait à un top 10 dans le meilleur des cas. « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. J’aime bien les cross, j’avais gagné les Régionaux à Arnay Le Duc. Cela faisait deux semaines que j’étais nerveux pour cette course. Je m’entraîne beaucoup en forêt sur des parcours exigeants. En cours de course, j’ai eu des doutes. J’ai suivi Jimmy autant que je pouvais. Il y avait des spectateurs qui criaient tout au long et cela m’a poussé au bout de l’effort ». Peut-être pas attendu à pareille fête sur un parcours, Fabien Palcau complète le podium.

Le site de Cap’Découverte, situé sur la commune du Garric près de Carmaux (Tarn) accueillera l’édition 2024 de la grande messe nationale.

Tous les résultats des Championnats de France de cross-country, en cliquant ici

Texte : Coline Balteau
Crédits photos : STADION​

ARTICLES RÉCENTS
Préparation mentale en athlétisme : La fin d’un tabou

Préparation mentale en athlétisme : La fin d’un tabou

Dans l'imaginaire collectif, la préparation mentale en athlétisme a longtemps été destinée aux « faibles » ou considérée comme inutile voire néfaste. Aujourd'hui, des sportifs aux préparateurs mentaux, en passant par les entraîneurs, de nombreux acteurs du sport de...

NOUVEAUTÉS
NOUVEAUTÉS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !