Meeting de Monaco : Plateau princier avec quinze Français

09 août 2022 à 20:50

Les quinze Français en lice espèrent vivre une soirée princière sur le Rocher à l’occasion du Meeting de Monaco ce mercredi 10 août 2022 au Stade Louis-II, à cinq jours du début des Championnats d’Europe de Munich (15 au 21 août 2022). Depuis plusieurs années, la réunion monégasque est devenue « the place to be » pour les meilleurs athlètes de la planète dont la performance espérée est souvent celle réussie. Présentation des 15 disciplines dans l’ordre du déroulement de la compétition, épreuve par épreuve.

Par où commencer ? En découvrant les listes de départ du Meeting de Monaco, on serait presque pris de vertige. Comme à l’accoutumée, le plateau réuni par les organisateurs est incroyable et les meilleures performances mondiales pourraient venir de partout. Comme chaque année, le Meeting de Monaco regorgera encore une multitude de stars planétaires des pistes, et des aires de sauts et de lancers. 

 

Longueur Hommes (18h30)

Il ne faudra pas arriver en retard au Stade Louis-II ce mercredi ! Le concours de longueur promet déjà quelques étincelles et donnera de l’allure au Meeting de Monaco dès le début de la soirée, avec les confirmations du Grec Militiadis Tentoglou, champion olympique de Tokyo, du Cubain Maykel Masso, médaillé de bronze à Tokyo et de l’Indien Murali Sreeshankar qui a déjà atterri à 8,36 m cet été. Tout ce beau monde devra se méfier de plusieurs concurrents solides : Le Suédois Thobias Montler, vice-champion d’Europe en salle (8,27 m en 2022) et les Américains Marquis Dendy et Steffin McCarter. Côte Tricolore, les yeux seront bien sûr rivés sur Jules Pommery, recordman de France espoirs avec 8,17 m et Erwan Konaté (8,08 m en 2022), tout frais champion du monde juniors pour la deuxième fois à Cali. Ça pourrait aller loin dans le bac à sable…

 

Perche Femmes (19h20)

Le concours du saut à la perche féminin proposera au public un classique du genre, un duel entre la Grecque Katerina Stefanidi (4,70 m en 2022) et l’Américaine Sandi Morris (4,85 m en 2022). Les deux jeunes femmes se connaissent bien, pour avoir notamment partagé le podium aux Jeux de Rio 2016 puis aux Mondiaux de Londres 2017. Dans les deux cas, Katerina Stefanidi avait devancé Sandi Morris. Méfiance toutefois à l’Australienne Nina Kennedy, en bronze à Eugene (4,80 m), à la Britannique Holly Bradshaw, troisième aux JO de Tokyo, et à la Slovène Tina Sutej, troisième aux Mondiaux en salle de Belgrade cet hiver. Il faudra aussi être attentif aux performances de la recordwoman de France Ninon Chapelle (4,50 m en 2022) ainsi qu’à Margot Chevrier (4,70 m en 2022) et Marie-Julie Bonnin (4,52 m en 2022) qui participeront à leur premier Meeting Wanda Diamond League. On retrouvera quelques jours après les trois plieuses de gaule à Munich prêtes à fièrement défendre le maillot bleu.

 

Javelot Femmes (19h35)

Un air de Eugene soufflera sur l’aire de lancer de javelot du Stade Louis II. Kelsey-Lee Barber, double championne du monde en titre (2019 et 2022), et leader planétaire de la saison avec 66,91 m partira avec la pancarte de favorite. L’Australienne connaît bien le stade, où elle a déjà effectué un stage de préparation avant les Jeux olympiques de Tokyo. Elle gardera toutefois un œil sur l’Américaine Kara Winger (64,26 m) et la Japonaise Haruka Kitaguchi (64,32 m), respectivement deuxième et troisième lors des Mondiaux de Eugene. À noter, la présence de Barbora Spotakova, recordwoman du monde de la discipline (72,28 m en 2008) et détentrice du record du meeting (69,45 m en 2011). Les javelots vont planer loin dans le ciel de la Principauté !

 

Hauteur Hommes (19h45)

Ça va jumper !  Le concours de hauteur hommes, comme souvent cette saison, va attirer tous les regards. Le podium des Championnats du monde sera présent à Monaco. Le Qatari Mutaz Essa Barshim, qui a culminé à 2,37 m cette saison, partira avec l’étiquette de favori. Le champion olympique de Tokyo, qui est un des sauteurs les plus haut perchés de l’histoire (2,43 m en 2014), devra se méfier du Coréen Sanghyeok Woo, qui le suit au bilan avec 2,35 m et de l’Ukrainien Andriy Protsenko, troisième à Eugene. Ils seront opposés à l’Italien Gianmarco Tamberi qui s’envolera une nouvelle fois sur le sautoir de son record personnel (2,39 m en 2016). 

 

400 m haies Femmes (20h04)

Le 400 m haies sera la première course de la soirée. En l’absence de la recordwoman du monde Sydney McLaughlin qui s’est finalement dirigée vers le Meeting de Szekesfehervar en Hongrie ce lundi, c’est la Jamaïcaine Rushell Clayton, sixième à Eugene, qui a toutes les chances de triompher. Sa compatriote Janieve Russell et l‘Ukrainienne Anna Ryzhykova semblent les seules hurdleuses capables de lui résister. La Française Camille Séri (record en 55″79), licenciée au Nice Côte d’Azur Athlétisme, aura un beau challenge à relever, quelques jours avant de s’envoler pour l’Allemagne.

 

1000 m Hommes (20h14)

Distance très peu courue en Wanda Diamond League, le 1000 m pourrait être un des nombreux temps forts du Meeting de Monaco. Au départ, le champion olympique et du monde en titre, le Kényan Emmanuel Korir fera face au Canadien Marco Arop, troisième à Eugene. Pour compléter ce casting, le vice-champion olympique du 800 m Ferguson Rotich et l’Américain Bryce Hoppel, troisième des Mondiaux en salle de Belgrade. Cette opposition de qualité devrait permettre au Toulousain Benjamin Robert de pulvériser son record personnel (2’19″59 en salle) sur les deux tours et demi avant de s’envoler pour Munich. Bien que relevé, le record de France de Mehdi Baala en 2’13″93 (2003 à Strasbourg) vit peut-être ses derniers instants…

 

100 m Femmes (20h24)

L’une des courses à ne pas manquer, avec pas moins de cinq finalistes des Mondiaux de Eugene. Sacrée championne du monde du 100 m le mois dernier pour la cinquième fois de sa carrière, Shelly-Ann Fraser-Pryce vient d’améliorer samedi la meilleure performance mondiale de l’année à Chorzow (Pologne) en 10″66 et tient une belle opportunité de battre le meilleur chrono de sa carrière (10″60), établi le 26 août 2021 à Lausanne. La Jamaïcaine de 35 ans côtoiera sa compatriote Shericka Jackson (10″73), vice-championne du monde. Derrière, elles seront encore trois pour les places d’honneur : les Américaines Aleia Hobbs (10″83 en 2022) et Melissa Jefferson, championne des Etats-Unis (10″82 en 2022), ainsi que l’Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou (10″87 en 2022).

 

Triple saut Femmes (20h26)

Présente pour la cinquième année consécutive au Meeting de Monaco, la Vénézuélienne Yulimar Rojas, qui vole à des sommets inabordables pour ses concurrentes. La détentrice du record du monde en salle avec 15,74 m, s’attachera à aller chercher un record qu’elle n’a pas encore : celui du meeting détenu par la colombienne Caterine Ibarguen (15,31 m en 2014). Fait rarissime : Rojas a été battue en 2021 par la Jamaïcaine Shanieka Ricketts. Son meilleur saut a été mesuré à 15,12 m mais elle n’a pas remporté le concours, puisque lors du sixième essai où les compteurs sont remis à zéro, la Jamaïquaine Shanieka Ricketts (14,75 m) est la seule des trois finalistes à avoir validé un saut. La Jamaïquaine Shanieka Ricketts (14,94 m en 2022), victorieuse en 2021 grâce à la règle du Final 3, et Tori Franklin (14,72 m en 2022) sont ses plus proches poursuivantes dans la liste des engagées et ont le talent pour dépasser la ligne symbolique des 15 mètres. On relèvera la présence de la Portugaise Patricia Mamona, vice-championne olympique de Tokyo, de l’Ukrainienne Maryna Bekh-Romanchuk, vice-championne du monde en salle, à Belgrade et de la Cubaine Leyanis Perez Hernandez, au pied du podium dans l’Oregon.

 

1500 m Femmes (20h32)

Une grande favorite sur le 1500 m, en la personne de la Kényane Faith Kipyegon, qui a retrouvé le titre mondial cinq ans après celui acquis en 2017 à Londres. La double championne olympique (Rio en 2016 et Tokyo en 2021) survole la distance cette année avec la meilleure performance mondiale de l’année (3’52 »59) et s’était illustrée en 2021 au Meeting de Monaco en 3’51″07. Elle aura comme principal adversaire deux Éthiopiennes descendues sous les 4 minutes cette année : Hirut Meshesha et Axumawit Embaye. La France sera représentée par Aurore Fleury, qui retrouve la piste qui lui a souri l’an dernier et « n’aura qu’à suivre les femmes de têtes ». Pour sa première apparition dans la prestigieuse compétition de la Diamond League, la Nancéienne de 28 ans avait explosé son record sur 1500 m en bouclant la distance en 4’03″35 contre 4’08″14 pour sa précédente marque.

 

110 m haies Hommes (20h47)

Le 110 m haies s’annonce royal ! Preuve de la qualité de la start-list : cinq des trois athlètes engagés ont déjà réalisé 13″00 ou moins dans leur carrière. Le double champion du monde en titre, deuxième meilleur performeur de tous les temps en 12″81, Grant Holloway (13″01 en 2022) partira avec l’étiquette de numéro 1. Le champion olympique de la discipline, le Jamaïquain Hansle Parchment (13″09 en 2022) ainsi que les Américains Trey Cunningham (13″00 en 2022), vice-champion du monde, et Daniel Roberts (13″03 en 2022), vainqueur des sélections US, s’annoncent comme ses principaux adversaires pour la gagne. Avant Munich, les Français seront présents en force au départ et voudront sans doute s’étalonner face aux meilleurs hurlders du monde. Pascal Martinot-Lagarde, champion d’Europe de Berlin à 2018, affectionne particulièrement cette piste où il a établi, voilà huit ans, le record de France en 12″95. La pépite de l’athlétisme français Sasha Zhoya a prouvé qu’il faudrait désormais compter sur lui sur les haies hautes et tentera d’offrir au public monégasque une prestation de haut vol. Lui aussi demi-finaliste à Eugene, Just Kwaou-Mathey, en constante progression depuis quelques saisons, va se confronter au gratin mondial.

 

800 m Femmes (20h56)

Même s’il n’est pas estampillé Diamond League, le 800 m féminin accueille les toutes meilleures spécialistes mondiales. En première ligne, la Jamaïquaine Natoya Goule (1’57″88 en 2022) face à l’Américaine Raevyn Rogers, (1’57″96), troisième des JO de Tokyo, et à la Britannique Jemma Reekie, quatrième de la finale au Japon. On suivra également Agnès Raharolahy, deuxième derrière Rénelle Lamote aux France Elite Caen, qui est passée pour la première fois sous la barre symbolique des deux minutes (1’59″59). La pensionnaire du Nantes Métropole Athlétisme, reconvertie sur le double tour de piste depuis quelques mois seulement, devrait profiter d’une course rapide pour se rapprocher de l’élite.

 

400 m Femmes (21h06)

La dernière fois que Shaunae Miller-Uibo a mis les pieds à Monaco en 2018 sur 400 m, elle a remporté la course dans le temps canon de 48″97, nouveau record du meeting. La double championne olympique du tour de piste a enfin décroché son premier titre mondial à Eugene en signant le meilleur chrono mondial de la saison (49″11). La Bahaméenne s’avance en immense favorite de cette épreuve et espère faire honneur à son statut. Les finalistes de Eugene, la Barbadienne Sada Williams (49″75), la Dominicaine Fiordaliza Cofil (50″14) ainsi que les Jamaïcaines Stephenie Ann McPherson (50″15), Cancice McLeod (50″05) auront également voix au chapitre, au moins pour l’accès au podium. La sprinteuse du Grand Angoulême Athlétisme Sokhna Lacoste (51″62 en 2022) s’apprête à découvrir le prestige des compétitions Diamond League.

 

3000 m Hommes (21h16)

L’un des temps forts de la soirée, qui pourrait s’annoncer explosif. Au départ du 3000 m, on retrouvera les meilleurs demi-fondeurs du monde. L’attention sera particulièrement portée sur l’Éthiopien Berihu Aregawi (7’33″39), détenteur du record du monde du 5 km route. Il devra tout de même se méfier de ses rivaux, à commencer par Grant Fisher, vainqueur des sélections américaines et le Kényan Jacob Krop, médaillé d’argent à Eugene sur 5000 m. Tenir le plus longtemps possible pour aller chercher un record personnel, ce sera l’objectif d’Hugo Hay mercredi soir. Le double champion de France Elite du 5000 m, tout juste de retour d’un stage en altitude de quatre semaines à Flagstaff (Arizona, États-Unis), à l’occasion de claquer une performance de pointe. Après avoir appris qu’il devait partir avec l’ensemble de la délégation française à Munich le 12 août pour les Championnats d’Europe, soit neuf jours avant son 10 000 m, Jimmy Gressier a décidé de ne pas courir le 3000 m le Meeting de Monaco pour finaliser sa préparation. Dommage, le Boulonnais avait annoncé vouloir se rapprocher du record de France de Mustapha Essaïd (7’30″78 en 1998 à Monaco).

 

200 m Hommes (21h33)

Là aussi, il y aura beaucoup de talents au mètre carré… Ce sera l’une des épreuves les plus attendues et les plus scrutées par les spectateurs du stade Louis-II. Pour la première fois, la question de battre le record du monde du Jamaïcain Usain Bolt en 19″19 est mise sur la table. À Eugene, Noah Lyles a conservé sa couronne sur 200 m en devenant le troisième meilleur performeur de l’histoire sur la distance en 19″31 (+0,4 m/s), à seulement douze centièmes du record du monde. L’Américain a pris le pouvoir sur le demi-tour depuis le début de la saison. Et il entend bien le conserver au moins jusqu’aux Jeux olympiques de Paris. Le 200 m masculin aura des airs de finale des Trials. Noah Lyles retrouvera ses dauphins mondiaux, Kenneth Bednarek (19″77), la figure montante de la discipline Erriyon Knighton (19″49) et Michael Norman, champion du monde du 400 m, flashé cette année en 19″83. Invité de dernière minute, Méba-Mickaël Zézé, quatrième Français à courir en moins de 10 secondes sur 100 m (9″99), puis le deuxième en moins de 20 secondes sur 200 m (19″97) à La Chaux-de-Fonds (Suisse) le 3 juillet dernier, sera aussi de la partie.

 

3000 m steeple Femmes (21h44)

Le 3000 m steeple, placé en fin de programme, se présente comme un bras de fer entre les Éthiopiennes Werkuha Getachew (8’54″61) et Mekides Abebe (8’56″08), respectivement deuxième et troisième aux Mondiaux. La championne olympique de Tokyo, l’Ougandaise Peruth Chemutai est également attendue sur la ligne de départ. On va se régaler !

Restez connectés, Stadion sera sur place pour vous faire vivre la compétition au plus près. 

Plus d’informations sur www.monaco.diamondleague.com.

Crédit photo : STADION

ARTICLES RÉCENTS
Nicolas Navarro : « Je ne me fixe pas de limites sur marathon »

Nicolas Navarro : « Je ne me fixe pas de limites sur marathon »

Douzième des JO de Tokyo en 2021 et cinquième des Championnats d'Europe de Munich sur marathon en août dernier, Nicolas Navarro a décidé de se consacrer pleinement à l'athlétisme afin de franchir un cap et viser une carrière internationale grâce notamment au soutien...

Marathon de Berlin : Eliud Kipchoge, le retour du roi

Marathon de Berlin : Eliud Kipchoge, le retour du roi

La star kényane Eliud Kipchoge sera de retour sur les lieux de son exploit majuscule au Marathon de Berlin ce dimanche 25 septembre, où il a battu le record du monde en septembre 2018 (2h01'39). Le triple vainqueur de l'épreuve s'élancera comme le grandissime favori...

NOUVEAUTÉS
Nike ZoomX Dragonfly
Disponible maintenant

Découvrez l’offre sur la
Nike ZoomX Dragonfly

adidas ultra boost 21
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
Adidas Adizero Adios Pro 3
asics metaspeed sky
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
Asics Gel-Kayano 29
NOUVEAUTÉS
Nike ZoomX Dragonfly
Disponible maintenant

Découvrez l’offre sur la
Nike ZoomX Dragonfly

adidas ultra boost 21
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
Adidas Adizero Adios Pro 3
asics metaspeed sky
Disponible maintenant
Découvrez l’offre sur la
Asics Gel-Kayano 29

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme et du running !