Menu

Les défis 2020 de la Fédération Française d’Athlétisme

La Fédération Française d’Athlétisme a présenté hier matin à la presse, dans les locaux du MAIF Social Club à Paris, les grands enjeux et objectifs de son année 2020. Au-delà des objectifs sportifs prioritaires que seront les Jeux olympiques de Tokyo et les championnats d’Europe à domicile, la Fédération Française d’Athlétisme, qui célébrera par ailleurs son centenaire, a aussi dit sa nécessité de se réinventer à l’horizon 2024 tout en s’adaptant à l’évolution de la gouvernance du sport français.

C’est entouré de trois médaillés olympiques (Patrice Gergès, directeur technique national, Mehdi Baala, directeur des équipes de France, et Florian Rousseau, tout nouveau directeur de la haute performance), qu’André Giraud, le président de la Fédération Française d’Athlétisme, a présenté ce mardi matin les grands chantiers que la FFA entend réaliser au cours de cette année 2020 : les Jeux olympiques de Tokyo et les championnats d’Europe de Paris en ligne de mire à court terme, mais aussi de nombreux projets liés au développement de la Fédération. « Mon état d’esprit est celui du monde associatif, j’ai toujours fonctionné en partageant, souligne André Giraud. Nous avions besoin de renforcer notre cellule performance avec un regard neuf, tout en nous adaptant à la nouvelle gouvernance du sport français. Nous avons construit cet état d’esprit collectif avec le directeur technique national. »

Patrice Gergès, justement, aborde l’année à venir avec détermination : « Il est important de réussir à terminer l’olympiade avec le sentiment du devoir accompli. Au-delà des échéances de 2020, il est nécessaire de donner un coup d’accélérateur sur l’ensemble du territoire pour construire l’athlétisme de demain. » Une mission de développement à mener dans les ligues avec les cadres techniques.

A ses côtés, Florian Rousseau, qui entrera dans ses nouvelles fonctions le 1er février. « Mon rôle va être d’optimiser la performance en étant à l’écoute et au soutien du staff et des athlètes qui préparent les Jeux olympiques, décrit le tout frais directeur de la haute performance. Je vais aussi les questionner et les challenger avec mon regard extérieur. »

Une mission qui sera complémentaire de celle réalisée par Mehdi Baala, heureux de l’arrivée à la FFA de l’ex- directeur de la mission d’optimisation de la performance (MOP) à l’Insep : « Je vais pouvoir partager mon expérience avec celle de Florian, apprécie le directeur des équipes de France. Par mon rôle, je dois avoir une vision transversale et à 360°C de notre sport, en étant en contact avec l’ensemble des services de la Fédération. Je crois beaucoup à l’intelligence collective et à notre capacité à relever ensemble les défis qui nous attendent. »

Au-delà de la préparation des grands rendez-vous de l’été prochain et des Jeux de 2024 et 2028, la FFA va mener de front de nombreux projets dans les mois à venir, tout en assurant ses ressources financières et en veillant à l’éthique et à la déontologie des pratiques. 2020, année du centenaire de la fédération qui sera fêté sur tout le territoire, sera le point de départ d’un plan stratégique tourné vers 2025.

« Nous devons évoluer pour continuer à adapter notre organisation au regard des enjeux actuels du sport en France, rappelle André Giraud. Pour cela, il faut réinventer la fédération de demain en poursuivant notre développement avec la mise en place de programmes adaptés à tous les publics et aux nouvelles pratiques. » Des objectifs à atteindre avec le soutien de toute la famille de l’athlétisme, à commencer par les clubs et l’ensemble des licenciés.

Communiqué de presse – www.athle.fr

NOS ÉVÉNEMENTS

Inscrivez-vous à notre newsletter