Semi-marathon des Sables d’Olonne : Mathilde Sénéchal marche sur l’eau

19 mai 2024 à 17:15

Une édition de tous les records sur le Semi-marathon des Sables d’Olonne ce dimanche avec 4200 participants et les chronos de référence qui sont tombés dans l’ensemble des épreuves. L‘Éthiopien Wbet Gebrheat Muruts (1h03’09) et l’internationale française Mathilde Sénéchal (1h12’54) ont triomphé sur le mythique Remblai, tandis que l‘Algérien Saïd Ameri (28’54) et la Marocaine Saadia Fadili (34’12) se sont imposés sur 10 km. Récit !

Haut lieu de la voile et de la plaisance et point de départ du mythique Vendée Globe, course à la voile autour du monde en solitaire sans escale et sans assistance, la station balnéaire incontournable sur la côte Atlantique a vu débarquer des milliers de coureurs venus des quatre coins de la France à l’occasion du Semi-Marathon des Sables d’Olonne. Une fois encore, les passionnés de course à pied ont répondu présents et ont fait preuve de beaucoup d’engouement pour l’événement. Une déferlante de 4200 coureurs a pris le départ des deux épreuves du programme, tous heureux d’avaler les kilomètres dans un décor de carte postale, et plusieurs milliers au bord de la route pour les encourager ce dimanche. Athlètes de haut niveau, coureurs aguerris et amateurs…. C’est là tout le charme de ces épreuves qui mélangent avec bonheur l’élite à la foule d’amateurs de course à pied. À chacun ses foulées, à chacun ses objectifs !

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

La 31e édition du Semi-marathon des Sables d’Olonne, qui s’est déroulée sous un beau soleil, est donc un beau succès pour les organisateurs. Des organisateurs qui sont désormais contraints de limiter le nombre d’engagés et de refuser des inscriptions. Pour expliquer le succès grandissant de ce rendez-vous incontournable dans le paysage du sport vendéen, certains arguments sautent aux yeux : le cadre en est un évident. Le savoir-faire des organisateurs en est un autre.

 

Quelle remontée de Mathilde Sénéchal !

Elles ont été quelques-unes à se casser les dents sur le record de l’épreuve, détenu depuis 2007 par Fatiha Klilech-Fauvel en 1h13’12. Les records sont faits pour être battus, mais celui-ci paraissait difficile à rayer des tablettes. Mathilde Sénéchal a réalisé cet exploit. Internationale tricolore à dix reprises, la fondeuse AJ Blois Onzain, partie sagement, a réalisé une spectaculaire remontée. Un chiffre pour illustrer sa folle aventure : La Française avait 1’05 de retard au 10e km (passage en 34’57) sur la Marocaine de l’Athlétic Vallée d’Avre Fatiha Asmid, finalement deuxième en 1h13’08, qui descend elle aussi sous l’ancien record aux Sable d’Olonne.

« Lorsque que la jonction s’est opérée un peu après le 20e km, je me suis dit qu’il fallait s’accrocher et faire abstraction de la douleur. J’ai pensé à tous les entraînements que l’on réalise au quotidien, nous confie la juriste de 26 ans qui va passer le concours d’avocat en septembre. Je ne suis pas chez moi ici mais j’ai été beaucoup encouragée. On a beaucoup cité mon nom. Il y a des coureurs, lorsque je les croisais sur le Remblai, qui m’ont encouragé, et ça m’a énormément poussée. Et dans les derniers kilomètres, le public ne faisait que de m’encourager pour aller chercher la fille devant. »

 

« Ça valait le coup de se lever à 5 heures un dimanche matin ! »

Mathilde Sénéchal a réalisé une course d’une grande intelligence, en gérant parfaitement son effort sur l’asphalte sablais. « Ça valait le coup de se lever à 5 heures un dimanche matin (départ du semi à 8h00) ! Je suis vraiment contente parce que je ne m’attendais pas forcément à réaliser une aussi bonne course et une aussi bonne place. Il y avait trois filles qui avaient un record mieux que le mien donc je ne pensais pas accrocher le podium mais finalement je suis partie assez tranquillement sur la première boucle et j’ai remonté au fur et à mesure sur la deuxième. Je me sentais de mieux en mieux au fil des kilomètres. J’ai eu de la chance d’être souvent avec un groupe de garçons. »

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par STADION (@stadion_actu)

 

Désormais supervisée par Pierre Gabory qui est aussi son kiné, mais également par son compagnon sur la préparation physique, la récente médaillée de bronze des Championnats de France des 10 km à Roanne va désormais effectuer quelques compétitions sur piste avant de retourner sur sa distance fétiche, le marathon. Ce sera à Valence le 1er décembre prochain. « J’ai à coeur de faire mieux que 2h35 (record en 2h35’42 à Valence en 2023) ». Avec son engagement, son envie et son courage, ce n’aurait rien de prétentieux, ce serait même dans la logique des choses. Avant cette échéance, Mathilde Sénéchal portera la flamme olympique le 8 juillet à Blois.

L’Algérienne du Racing Multi Athlon Nawal Yahi, lauréate l’an passé (1h15’18), complète un podium qui a fière allure en 1h15’35, tandis qu’Agate Violleau (Athlé Bocage Vendée) se classe quatrième et première régionale en 1h15’59, près de son record personnel (1h15’32 en 2023).

 

Murut Wbet Gebrheat éclipse Yohan Durand

Chez les messieurs, les favoris se positionnaient d’entrée de jeu aux avant-postes aux Sables d’Olonne. Mais rapidement, deux hommes forts se dégageaient seuls en tête de la course : l’Éthiopien Wbet Gebrheat Muruts et le Marocain Abdelkarim Ben Zahra. Il faut toujours être deux pour offrir un magnifique duel : À l’issue d’un mano à mano majuscule, où il aura fallu attendre les derniers hectomètres pour y voir un peu plus clair, c’est Murtus qui a coupé la ligne d’arrivée en 1h03’09 (contre 1h03’12 pour Ben Zahra), s’emparant ainsi, pour huit secondes, du record de l’épreuve détenu depuis 2021 par Yohan Durand lors des Championnats de France. La troisième place revient en 1h04’18 au Kényan Paul Kipsiele Koech, quatrième meilleur performeur de l’histoire sur 3000 m steeple en 7’54″31 (2012) et médaillé de bronze aux JO d’Athènes en 2004.

Sixième au scratch, Florian Caro (Stade Brestois Athlétisme) peut se targuer d’avoir décroché le titre honorifique de premier Français en 1h05’00, grappillant vingt secondes à son record personnel. « J’étais venu faire une sortie longue dans le cadre de ma préparation au Marathon de Caen dans deux semaines. Je suis parti en train, tout en contrôle, avant d’accélérer sur la fin de course pour signer un beau chrono. Il n’y avait pas de vent donc ça rend la course tout de suite moins difficile. Avec la forme qui est la mienne en ce moment, j’arrive en confiance à Caen où j’espère confirmer mon temps de Rennes (2h13’59 le 22 octobre 2023) ». Pas rassasié, il ne vous dira pas qu’il a enchaîné juste derrière avec sept kilomètres à 4’10 km/h (excusez du peu). Toujours côté Tricolores, citons également les 1h05’17 d’Hicham Briki (As Anzinoise Athlétisme), les 1h05’46 de Freddy Guimard (Alès Cévennes Athlétisme) et les 1h07’53 d’El Hassane Ben Lkhainouch (Alès Cévennes Athlétisme).

 

Saïd Ameri n’a fait aucune vague

Les hostilités se sont poursuivies sur le 10 km à 10h45. Saïd Ameri était le principal favori et, dès le début, il a montré à ses concurrents qu’il était au-dessus. Vous l’avez compris, il n’y a pas eu de suspense. Allez, si, un peu moins de trois kilomètres avalés à la vitesse de l’éclair, histoire de lâcher son dernier rival direct, Mathieu Brulet (AS Saint-Junien), troisième en 2023, qui a bien trop vite dû baisser pavillon. L’Algérien de l’Union Nord-Est Île-de-France Athlétisme a fait cavalier seul pour remporter en solitaire en 28’54, devant Mathieu Brulet (29’59), qui monte d’un cran sur la boîte, et Yohan Durand (Dordogne Athlé, 30’05).

De retour d’un stage de quatre semaines à Font-Romeu, Yohan Durand a pris du plaisir sur un tracé qui l’a vu être sacré champion de France du semi-marathon en 2021 : « L’idée c’est de refaire de la vitesse entre deux prépa marathon. Je vais enchaîner quatre 10 km ces prochaines semaines avec celui de Paris adidas, de Brive et de Langueux. Très heureux de revenir aux Sables et de retrouver l’ambiance familiale ».

 

Copier-coller parfait chez les dames sur 10 km

On prend les mêmes et on recommence aux Sable d’Olonne ! Dans le peloton féminin, les trois athlètes qui ont trusté les places sur le podium ce dimanche sont déjà, dans l’ordre exact, celles qui avaient brillé en 2023. La Marocaine du SA Toulouse UC Saadia Fadili, récidiviste aux Sables d’Olonne, a décroché la palme en 34’12 (35’05 en 2023) alors que le podium avait été complété par Manon Evrard (34’38, EFCVO) et Charlène Étoile (36’22, A3 Tours/Free Run).

« Je visais moins de 34 minutes mais il y a un peu de fatigue puisque j’ai participé au 5000 m du Meeting de Carquefou (16’05″42) vendredi. Je serai au départ du 10 km de Paris adidas dimanche prochain pour réaliser cet objectif. J’aime beaucoup cette ville des Sables d’Olonne et c’est très agréable de courir au bord de la mer. »

Tous les résultats du Semi-marathon des Sables d’Olonne 2024.

Crédits photos : STADION

ARTICLES RÉCENTS
NOUVEAUTÉS
NOUVEAUTÉS

NEWSLETTER

Rejoignez nos 30 000 abonnés pour ne rien manquer de l'actualité de l'athlétisme, du running et du trail !